TEST: 2268

Tourisme – La renaissance d’un secteur-clé de l’économie du Portugal

Par Thomas Ladonne | Publié le 30/03/2022 à 23:16 | Mis à jour le 31/03/2022 à 12:23
Photo : ©M.J. Sobral
Tourisme au Portugal

Depuis une décennie, le tourisme s’est affirmé comme un des secteurs les plus performants de l’économie portugaise. Secteur très impacté par la pandémie de Covid-19, mais qui voit son activité reprendre progressivement.


Le tourisme est primordial pour l’économie portugaise

De nos jours, il est impossible de dissocier le tourisme de l’économie portugaise. Cette construction a pourtant été progressive. En 2008, une grande crise frappe le monde : la crise des subprimes, qui a aussi beaucoup affecté le Portugal. Près de deux ans plus tard, les conséquences de 2008 provoquent une nouvelle crise économique, touchant majoritairement les pays du sud de l’Europe : la crise des dettes souveraines de 2010. La Grèce, Chypre, l’Irlande, l’Espagne, l’Italie et le Portugal en sont les plus touchés. La récession économique -taux de chômage à plus de 11%- et la politique d’austérité imposée par la Troïka1 jusqu’en 2011 et qui a beaucoup marqué les Portugais, a été un moment très difficile pour le pays. C’est  dans ce contexte difficile que le tourisme s’est imposé, au fur et à mesure, et est effectivement devenu un moteur important pour la croissance de l’économie portugaise.

En 2010, le secteur touristique représentait moins de 10% du Produit Intérieur Brut (PIB) portugais. 10 ans plus tard, en 2020 avant la pandémie de Covid-19, il représentait plus de 17,8% du PIB du Portugal.


Le Salon du Tourisme 2022 inauguré par le président Marcelo Rebelo de Sousa  

Entre le 16 et le 20 mars 2022, s’est tenu, en présentiel, le Salon du Tourisme à Lisbonne, ce qui n’avait pas eu lieu depuis deux ans, en raison de la pandémie de Covid-19. Les ambitions de la Bolsa de Turismo de Lisboa (Bourse du Tourisme de Lisbonne) sont claires : il faut relancer l’activité touristique au Portugal. Comme un témoignage de l’importance du secteur, c’est le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa qui a inauguré le Salon, accompagné de Pedro Siza Vieira, le ministre de l’Economie, à cette date. Ce dernier a porté un œil optimiste sur la relance de l’activité touristique, affirmant que les secteurs des vols et des logements étaient soumis à une demande en forte hausse.
L’édition 2022 a accueilli davantage d’exposants que l’édition 2019, qui avait connu un grand succès en étant visitée par plus de 70.000 personnes. Ceci est l’expression même de la « vitalité du secteur », selon les termes du Ministre.  


Se relever des effets négatifs de la pandémie de Covid-19

Cette dynamique s’inscrit dans la sortie de la pandémie de Covid-19. Les restrictions sanitaires ont été les premières causes de la chute de l’activité touristique portugaise. Comment remplir toutes les chambres d’un hôtel lorsque les voyageurs ne peuvent plus entrer dans le pays ? A qui faire visiter Lisbonne quand les frontières étaient quasiment fermées aux visiteurs ? Le 2 juillet 2021, le gouvernement annonçait un couvre-feu entre 23h et 5h du matin dans les grandes communes du pays. Quelques semaines plus tard, le passe sanitaire était la nouvelle règle anti-pandémique. Le tourisme a donc fortement pâti, encore en 2021, de tous ces effets négatifs de la pandémie de Covid-19.

Néanmoins, la tendance s’inverse peu à peu. Selon la Banque du Portugal (BdP), les recettes touristiques ont bondi de 101% entre janvier 2021 et janvier 2022. En un an, elles sont passées de 356,8 millions d’euros à 718,5 millions d’euros. Force est de constater qu’une véritable dynamique est retrouvée. Il faut toutefois garder en tête que ce montant reste inférieur à la situation pré-pandémique. Les recettes touristiques de janvier 2020 étaient supérieures de 27,5% à celles de janvier 2022. Effectivement, ces recettes s’élevaient à 991,02 millions d’euros il y a deux ans.

L’allègement des restrictions sanitaires vont dans le sens de cette amélioration, permettant au tourisme de retrouver son activité influant positivement sur l’économie du pays.


De nouvelles exigences de la part des voyageurs

Ce que l’on constate avec le redémarrage de l’activité touristique, c’est un changement dans les attentes des voyageurs : ils ont de nouvelles exigences. Quant auparavant un client recherchait un bon lit ou un hôtel rénové, le champ des critères de sélection des établissements s’est élargi. Avec un monde qui change et qui est confronté à de nouveaux enjeux, comme la crise climatique par exemple, les consommateurs évoluent aussi dans ce qui les séduit pour faire un choix. Désormais, les travailleurs du secteur touristique doivent s’adapter à la demande de respect de l’environnement et à des propositions sanitaires pointues.

Aussi, avec la pandémie, les clients valorisent dans une proportion plus forte qu’auparavant le contact avec le personnel. Silvia Dias, directrice marketing de la chaîne d’hôtels Savoy Signature, déclarait à une revue du secteur du tourisme « plus que l’efficacité, [le client] en est venu à valoriser l’empathie ».

Le tourisme réémerge donc mais doit faire face et s’adapter à ces nouvelles demandes des voyageurs, sous leurs divers angles.


Le tourisme au Portugal, rescapé de la guerre en Ukraine

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le 24 février 2022, le secteur touristique européen est inquiet. En effet, la guerre l’affecte directement, et notamment pour les pays d’Europe de l’Est, proches du conflit. Mais lorsque le regard se tourne davantage vers l’ouest, l’attrait des touristes augmente.

L’Espagne et la Grèce voient leurs cotes de popularité s’envoler en comparaison avec la période pré-pandémique (respectivement +17% et +21% selon Travelsat, une société mesurant la satisfaction des touristes à propos de leurs voyages). Le Portugal n’a pas à rougir non plus : l’attrait que le pays suscite est supérieur de 3% à l’avant-crise sanitaire, selon Travelsat. Cette hausse est notamment due à l’intérêt des Britanniques pour le pays. Une étude de Mabrian Technologies rapportée par la revue touristique Publituris montre qu’après le début de l’invasion russe, les recherches de vols du Royaume-Uni vers le Portugal ont augmenté de 13,2%, faisant du Portugal le pays le plus prisé par les Britanniques, devant l’Espagne et la Turquie.

Le secteur touristique portugais peut donc, à priori, être rassuré dans l’avenir proche, bien que cette conjoncture inédite reste tragique.

 

1 L’Union européenne, la Banque centrale européenne, le Fonds monétaire international et le parti au pouvoir à l’époque, le PSD-CDS (Parti Social-Démocrate allié au parti Démocrate-Chrétien et Populaire) ont négocié un prêt pour le Portugal d’un montant de 78 milliards d’euros moyennant une politique de forte austérité

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale