Ubud – « Ôde à l’Indonésie » la toute nouvelle galerie photos de Marius Moragues

Par Valérie Pivon | Publié le 13/07/2022 à 19:30 | Mis à jour le 14/07/2022 à 07:24
Marius Moragues photographe bali Ubud

La boutique photos « Ôde à l’Indonésie », ou le rêve qui se concrétise pour le photographe Marius Moragues. Arrivé en Indonésie en 2015 via Sumatra, Marius avoue avoir ressenti le coup de foudre pour l’archipel. Puis il part huit mois avec sa moto sillonner l’île de Java, appareil photo en bandoulière. De ce voyage naîtra « Beyond Java » le premier livre d’une série que Marius souhaite décliner sur d’autres îles indonésiennes. Il continue son travail mais a décidé de quitter Java pour s’installer à Bali et plus précisément à Ubud. Il vient de réaliser un projet qui lui tenait à cœur : ouvrir sa galerie photos.

 

gakerie photos Ubud Bali francais

 

Adresse de la galerie :

Jalan Gootama N2, Ubud. Ouvert de 11h à 21h tous les jours.

 

 

Retrouvez ici l’article que nous avions consacré à Marius dans nos colonnes.

Marius Moragues: "Bien plus que des photos, ce livre est avant tout des rencontres"

Beyobd Java livre Marius Moragues bali

 

Après des études de design en Belgique, Marius Moragues, Carcassonnais d’origine, ressent le besoin de nouveaux horizons et de nouveaux projets. Grâce au site workaway.info, qui propose logement et nourriture contre travail, il part découvrir l’Asie. Le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, les Philippines, la Malaisie, Singapour et puis l’Indonésie. Arrivé en 2015, c’est le coup de foudre pour l’archipel, Marius décide de rester et se lance pour mission de faire un livre de photos sur l’Indonésie autour de portraits authentiques.

 

Le coup de cœur indonésien

Marius arrive fin 2015 en Indonésie par Sumatra ; il s’installe au départ pour un mois, puis trois mois, chez un habitant de Jambi. Lukman l’héberge pendant cette période et en contrepartie Marius donne des cours d’anglais aux jeunes des environs. De là naît un attachement à la population : « Je n’avais rencontré nulle part ailleurs en Asie des gens aussi souriants, attachants et curieux ». Puis, départ pour Jakarta, c’est une nouvelle aventure. Il trouve un travail, apprend l’indonésien en jouant au foot avec les enfants dans le quartier de Jatinegara. "Il m’a fallu un an pour m’adapter à la ville et apprendre à connaître les gens » explique Marius. Son appareil n’est jamais bien loin, et des clichés, il en prend. C’est en découvrant le travail de Réhahn, photographe français, installé à Hoi An au Vietnam (ce dernier a d’ailleurs reçu le prix du public lors des trophées du petitjournal.com pour son travail sur les ethnies vietnamiennes) que l’idée de faire un livre autour des ethnies indonésiennes prend jour".

Pour continuer la lecture de l'article cliquer ici

 

 

 

Sur le même sujet
Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditoriale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale