Mardi 28 septembre 2021
TEST: 2263

Java : le plateau de Dieng et le mystère des enfants rasta

Par Marius Moragues | Publié le 20/07/2021 à 21:30 | Mis à jour le 20/07/2021 à 21:30
Portrait des enfants rasta

Marius Moragues, photographe et auteur, vient de publier un livre de photos Beyond Java, premier d'une série dédiée à la culture et aux éthnies indonésiennes. Nous retrouvons ici un extrait de son livre écrit suite à la rencontre des enfants rasta du plateau de Dieng situé sur les hauteurs de Java.

 

Rencontre avec Azkya et Zila

Ce fut lors de mon voyage dans les hauteurs de Dieng, à Java central, que je fis la curieuse rencontre de deux jeunes sœurs, Azkya, cinq ans (à gauche) et Zila, six ans (à droite) sur la photo de une.

Ces deux sœurs ont une histoire spéciale et unique, car elles appartiennent aux enfants Gimbal qui ont naturellement des cheveux dreadlocks comme vous pouvez particulièrement le voir sur ceux de Zila.

Ce style est généralement connu sous le nom de « rasta » et demeure le plus souvent associé à la Jamaïque. Contrairement à cette mode en vogue, ceci n'est pas la résultante d'un choix mais bel et bien d'un phénomène naturel qui touche certains enfants javanais du plateau de Dieng, comme Azkya et Zila.

« Après leurs naissances, les cheveux d'Azkya et Zila étaient normaux, comme ceux des autres enfants » se souvient la mère. « Les dreadlocks ont commencé à apparaître seulement lorsque mes filles ont eu deux ans. Au début, elles ont eu de fortes fièvres étranges qui ont duré presqu'un mois, typique avec ces enfants. Cette maladie ne réagit à aucun traitement médical mais s'estompe naturellement dès que les cheveux commencent à s'entremêler pour former les tresses » m'explique-t-elle.

Un mythe derrière ces cheveux mystérieux

Afin de mieux comprendre l'histoire derrière ces cheveux mystérieux, nous devons remonter à un mythe qui date du début du XIVème siècle. L'histoire nous dit que la reine de la mer du Sud de Java souhaitait que les cheveux s'entremêlent afin de prouver aux visiteurs la divinité de Dieng. Depuis lors, les cheveux dreadlocks firent leur première apparition.

Après que les enfants aient laissé pousser les cheveux dreadlocks, il y a une cérémonie appelée Ruwatan Gimbal où les cheveux sont rasés, mais ceci ne peut avoir lieu qu'avec le consentement de l'enfant. « J'ai demandé à mes filles si elles souhaitaient couper leurs cheveux, mais elles n'en ressentent pas encore le besoin, comme ils sont courts. Je dois attendre le moment voulu » m'explique leur mère.

Quand les enfants ne veulent plus leur cheveux gimbal, ils demandent généralement des cadeaux à leurs parents une semaine avant la cérémonie. « C'est dur à croire, mais les enfants peuvent demander tout ce qu'ils souhaitent. Si mes filles demandaient deux cents colliers, ou souhaitaient de l'or, alors nous devrions répondre à cette requête » me dit la mère. « Les gens n'imaginent pas toujours à quel point une telle cérémonie peut être onéreuse ! »

Parfois, cela cause des problèmes aux parents, en particulier s'ils ont peine à joindre les deux bouts, mais le suivi de ce rite important est aussi un test de la croyance des parents au mythe. Toutes les étapes doivent être respectées afin de mener à bien la cérémonie, car si les parents ne satisfont pas à la demande de leur enfant, celle-ci ne peut avoir lieu et les cheveux ne peuvent être coupés. Après que les cheveux soient rasés, ils doivent être purifiés et apportés dans le lac où ils sont destinés aux ancêtres afin que les enfants restent sains et prospères.

La rencontre avec Azkya et Zila questionna mes propres croyances vis-à-vis de la réalité. Tout ceci me fit comprendre que la vie est un mystère qui doit être vécu et non un problème qui doit être résolu. Ce mythe me montra que les choses ne suivent pas toujours un plan, elles arrivent selon notre propre échéance, et que nous devrions croire en leur aboutissement si nous voulons que celles-ci se réalisent comme nous le souhaitons.

 

Un livre, une idée cadeau

Livre Beyond Java

Livre : BEYOND: Java - 48€ 

- Coffee table book – 1,7 kg

- Bilingue français/anglais

- Dimensions: 22 cm x 31,5 cm 

- 244 pages

- 150 photos

- Papier mat fine art

- Frais de livraison GRATUITS partout dans le monde !

 

Nous vous recommandons
Marius Moragues

Marius Moragues

Marius Morague auteur et photographe vit en Indonésie depuis 2015. Soutenu par le ministère du Tourisme de l'Indonésie, son projet, BEYOND, est dédié à la documentation des ethnies et cultures de l’archipel.
0 Commentaire (s) Réagir