Mercredi 21 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DÉSHYDRATATION - Les signes et les remèdes

Par Dr.Elisabeth Blanchi et Dr.Amélie Renaud | Publié le 25/02/2019 à 23:30 | Mis à jour le 25/02/2019 à 23:30
santé eau hydratation

Le climat en Indonésie, chaud et humide, favorise la déshydratation c'est-à-dire une perte d'eau supérieure aux apports en eau. Qu'elle soit aigüe, d'installation rapide ou chronique, d'installation lente, la déshydratation peut avoir des conséquences désagréables voire graves.

 

Les causes d'une déshydratation rapide peuvent être multiples : une diarrhée très liquide, une forte fièvre en signalant tout particulièrement la dengue, une impossibilité de boire à cause de vomissements, un effort sportif inhabituel sous une chaleur intense... Le stock en eau va alors s'abaisser et provoquer des symptômes comme une soif intense avec bouche et langue sèches, des vomissements, des maux de tête, des vertiges, de la fièvre, une fatigue intense, une émission d'urines en faible quantité, des troubles de la conscience pouvant aller jusqu'au coma.

Les plus à risque sont les nourrissons car l'eau représente 75 à 80 % du poids de leur corps, les personnes âgées dont la sensation de soif est diminuée et les personnes malades comme les diabétiques par exemple.

Pour les nourrissons, les parents doivent savoir reconnaître les signes de la déshydratation qui sont par ordre de gravité croissante : la soif, l'absence d'urine, la sécheresse de la bouche, la somnolence excessive, l'enfoncement des yeux, la respiration accélérée, la dépression des fontanelles (espace situé entre les os du crâne), le pli de la peau de l'abdomen au pincement. Toute perte de poids supérieure à dix pour cent du poids du corps de l'enfant impose l'hospitalisation en urgence, d'où la nécessité de disposer du poids récent de l'enfant dans le carnet de santé. Être vigilant particulièrement avant l'âge de six mois.

Les causes d'une déshydratation chronique seront toutes celles où les apports ne couvrent pas les pertes du quotidien comme la transpiration, le déséquilibre des besoins métaboliques causé par un jeûne prolongé ou un régime diabétique mal suivi, les pertes accentuées par un médicament comme spécialement les laxatifs ou les diurétiques. Si l'on ne boit pas assez, les cernes apparaissent, le regard se ternit, la peau est moins tendue, les muqueuses sont sèches, la tension baisse causant des vertiges ou des migraines, une fatigue anormale avec perte de force. Cette déshydratation chronique favorise les infections urinaires et les calculs rénaux.

Les facteurs aggravants ou contribuant à la déshydratation sont l'alcool ainsi que les boissons excitantes et diurétiques (thé, café, etc...)

De façon générale, pour éviter cette situation, mieux vaut boire au moins deux litres par jour, en ajoutant un litre par dizaine de degrés au-dessus de 20 °C : trois litres à 30 °C, quatre litres à 40 °C. Buvez de préférence par petites quantités et fréquemment sans attendre d'avoir soif. Si on boit beaucoup et que l'on n'éprouve pas le besoin d'uriner ou si l'urine est foncée, c'est que l'on ne boit pas encore assez. 

En cas de déshydratation modérée, penser à allonger la personne, l'éventer, la dévêtir et appliquer des linges humides sur le front et les extrémités. Donner à boire fréquemment une eau qui contient du sel et du sucre (pour 1L d'eau, ajouter 2 cuillères à soupe de sucre et ½ cuillère à café de sel) sera beaucoup plus efficace que de l'eau seule, qui ne sera pas bien fixée par le corps. Il existe des solutions de réhydratation orale  PHAROLIT : ce sont des sachets de poudre que l'on trouve en pharmacie en Indonésie, dont il faut bien respecter la dilution.

En cas de déshydratation grave, la personne est hospitalisée et les pertes en eau et sels minéraux sont compensées par perfusion.

Donc boire très souvent de l'eau et ne pas hésiter à rajouter du sucre et du sel, si les pertes sont plus importantes que d'habitude (épreuve sportive, maladie, forte chaleur), vous éviteront de vous déshydrater !

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

FAITS DIVERS

Du transit à la rétention, le calvaire de 3 Sud-Américaines en France

Jacqueline Madeline, Présidente de l'association Welcome a accepté de livrer son témoignage sur le cauchemar de trois touristes qui ont été placées en rétention alors qu'elles étaient en transit.  

Sur le même sujet