Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

"Nos objets préférés au musée" : le sasando

En attendant la réouverture du Musée National de Jakarta, nos guides francophones de l'association Indonesian Heritage Society nous partagent leurs coups de cœur.

Design Le Petit Journal (1)_0Design Le Petit Journal (1)_0
credit @ indonesia.travel
Écrit par Lepetitjournal Jakarta
Publié le 3 juin 2024, mis à jour le 9 juin 2024

 

Le sasando par Anne-Sophie Quilis

Cet instrument de musique est originaire de l'île de Rote, à l'est de Nusa Tengara. Il existe de nombreux contes et légendes sur l'origine de cet instrument.

L'un d'entre eux raconte l'histoire d'un jeune homme nommé Sanguanna. Après avoir fait naufrage sur une île appelée Ndana, il est amené au palais pour rencontrer le roi. Pendant son séjour, Sanguanna tombe amoureux de la princesse de Ndana. Lorsqu'il demande sa main, elle lui demande de créer un instrument qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Une nuit, Sanguanna rêve qu'il joue un air magnifique avec un instrument unique. Inspiré par ce rêve, il crée un sasanoo à partir de bambou et de feuilles de lontar.  

Les histoires sur son origine sont nombreuses mais elles ont toutes un point commun : l'inventeur a fait preuve d'une grande créativité et d'une grande ingéniosité pour créer le sasando.

 

Une apparence unique et distinctive

Le sasando appartient au groupe des instruments à cordes pincées. Il s'agit d'une sorte de cithare sur un tube de bambou autour de laquelle sont tendues des cordes. Le tube est ensuite placé dans un récipient en forme de hamac composé de feuilles de lontar ou de feuilles de palmier séchées, appelé haïk. C'est ce récipient qui sert de caisse de résonance lorsque les cordes sont pincées. La disposition des cordes peut être comparée à une toile d'araignée.

Le joueur place ses mains autour du tube de bambou par l'ouverture située à l'avant, face au hamac. Ses doigts pincent alors les cordes de la même manière qu'une harpe. Sa sonorité est unique. Il est généralement joué pour accompagner des chants ou des danses traditionnelles et peut être de plusieurs types, en fonction de la taille et du nombre de cordes (de 10 à 56).

Même si son nom le suggère, son origine n'est pas portugaise mais provient d'un mot du dialecte de l’île de Rote, "sasandu", qui signifie "vibrant" ou "instrument sonore". On pense même que le sasando était déjà connu des Rotes depuis le 7e siècle.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions