Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Créer son entreprise en Indonésie quand on est étranger

Par Lepetitjournal Jakarta | Publié le 10/03/2020 à 22:30 | Mis à jour le 10/03/2020 à 22:30
créer societe étranger indonesie

De par sa taille, son marché intérieur et sa population, l’Indonésie est un pays qui attire les investisseurs étrangers. L’archipel offre de nombreuses opportunités ; y créer son entreprise et investir peut être attirant. Dans un parcours qui peut se révéler semer d’embûches et de questionnements, nous proposons quelques pistes pour vous aider à la réflexion, voire à la création de votre projet. Des témoignages de personnes qui ont créé leur entreprise viendront compléter cet article qui en quelques lignes ne peut pas apporter toutes les réponses, mais permettre de se poser les bonnes questions.

 

L’Indonésie est un marché avec une classe moyenne importante et un taux de croissance de 5% : tous les voyants sont au vert pour les investisseurs. Avant tout, il est conseillé d’étudier le pays, de contacter des personnes ou sociétés qualifiées pour la création d’entreprise et ne pas hésiter à prendre contact avec des personnes qui ont déjà créé leurs entreprises sur le territoire. 

 

Il important de consulter la liste dite négative (daftar negative Investasi) : certains secteurs d’activité ne sont pas permis ou sont restreints aux étrangers. Exemple : un hôtel 3 étoiles peut être détenu par des capitaux étrangers en totalité, ce n’est pas possible pour la catégorie en-dessous. Aucune activité en tant que professionnel de la santé n’est permise pour les étrangers.

 

En fonction du type d’activité, des montants que vous souhaitez investir et de ceux que vous souhaitez réaliser, pour des étrangers seules trois possibilités s’offrent à vous :

 

Créer une PT. PMDN 

(société de droit local, à actionnariat indonésien et à responsabilité limitée) : les étrangers ne peuvent pas détenir de parts dans ce type de société et doivent trouver un actionnaire/partenaire indonésien (ce qui peut présenter une prise de risque car il faut être sûr de son partenariat). Il faut obligatoirement deux actionnaires et un capital social minimum de 50 millions de roupies soit 3.400 euros pour créer une PT, et si l’entreprise a besoin d’un permis de travail pour un étranger, le capital social est de 10 milliards de roupies soit 66.400 euros. Cette solution est souvent celle utilisée par les couples dont l’un des deux conjoints est indonésien pour créer une société (restauration, hôtel, magasin, usine). Créer une PT PMDN prend environ 2 mois.

Créer une PT PMA

(Perseroan Terbetas Penanaman Modal Asing ou société à responsabilité limitée) : ce type de société peut être détenu jusqu'à 100% par des étrangers selon les secteurs d’activité. Afin de protéger les sociétés locales et pour attirer les gros investisseurs, le gouvernement a établi un capital minimum de 10 milliards de roupies soit 665.000 euros pour créer un PT PMA (plan d’investissement). 25% du capital doit être libéré à la création de l’entreprise. Ce type de contrat accorde un visa investisseur qui implique un permis de travail. Il faut compter environ entre 3 et 6 mois pour établir une PT PMA  (document, identification fiscale, enregistrement, rendez-vous au ministère pour présentation du projet…).

Un bureau de représentation locale

Ce type de bureau ne permet pas d’avoir une activité commerciale, posséder des installations opérationnelles, ni signer de contrat avec des clients et donc de générer des revenus ; ses compétences sont donc limitées. Cela peut être la solution pour une société qui souhaite venir s’implanter en Indonésie et dans un premier temps étudier le marché. Ses activités couvrent le marketing, promotion et études de marché pour le siège de la société à l’étranger. Deux permis de travail sont accordés pour un bureau de représentation. Pas de capital requis.

Témoignages d'entrepreneurs :

Claire a créé sa société d’études et conseils en développement durable, la formule PT PMA a été la bonne solution pour elle. Son conseil : « prendre le temps, investir dans le légal, cela a certes un coût, mais on est certain d’avoir établi correctement sa société et on a vite un retour sur investissement. Créer ma PT PMA m’a pris 6 mois. »

 

Pour Selim, dont la société propose de mettre en relation des investisseurs étrangers avec des entreprises indonésiennes, le bureau de représentation est la meilleure solution. Pour lui : « un bureau de représentation est la meilleure solution pour mettre un pied dans le pays, pour ensuite créer une PT PMA. Les lois changent souvent, il faut se tenir informé et ne pas sous-estimer le coût de renouvellement des accréditations. Un bon agent est essentiel ! »

 

Pour JC : « Considérez l’Indonésie comme vous considérez un casino : investissez seulement ce que vous pouvez vous permettre de totalement perdre. Et trouver un bon notaire est indispensable ».

Pour Jonas qui a crée sa PT PMA: " Ne jamais baisser les bras, rester positif en adoptant une démarche proactive permet, dans mon cas, de surmonter les problématiques entrepreneuriales du quotidien ."

 

Quelques contacts utiles :

En résumé : se renseigner, rencontrer des entrepreneurs du terrain et ne pas hésiter à contacter des professionnels :

  • cabinets d’audit et de conseil tels le cabinet Mazars (société française installée en Indonésie depuis 2008 qui a déjà aidé de nombreuses entreprises à s’installer) ou cabinet Herbert Smith Freehills 
  • Business France qui a rédigé « le guide des affaires » regroupant de nombreuses informations sur l’économie et le marché indonésien  et qui a pour mission d’accompagner les entreprises françaises dans leur installation à l’étranger, 
  • la Chambre de Commerce et d’Industrie ( IFCCI) 
  • Chambre Européenne : Euro Cham

A consulter, site riche en informations :

Le site Facebook de Bali Francophones regroupe de nombreuses informations sur ses groupes satellites :

 

 

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com jakarta

Lepetitjournal Jakarta

L'édition de Jakarta de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir