TEST: 2263

Imlek - La communauté chinoise de Jakarta prépare le nouvel an

Par Valérie Pivon | Publié le 24/01/2022 à 21:30 | Mis à jour le 25/01/2022 à 12:14
Décoration chinoise du quartier de Glodok

Jakarta s’apprête à célébrer Imlek, la fête du nouvel an chinois et l’entrée dans l’année du tigre d'eau. Cette fête revêt un caractère important pour la communauté chinoise indonésienne car ce n’est que depuis 20 ans qu’elle peut enfin célébrer cet évènement. Cette journée a été déclarée jour rouge ou férié seulement depuis 2002 sous la présidence de Megawati Soekarnoputri.

Glodok, le quartier chinois de Jakarta

S’il est un endroit où l’on peut retrouver l’ambiance festive du nouvel an chinois, c’est en visitant le quartier de Glodok situé au nord de Jakarta. Une balade dans la petite rue Pancoran, qui se trouve derrière le marché couvert de Glodok, nous plonge dans l’atmosphère des préparatifs de cette fête avant tout familiale.

Le nouvel an chinois ne peut se célébrer sans décoration, partout des stands vendant des lampions rouges et or, des vêtements, des effigies en l’honneur du tigre sont installés dans la petite allée. Les échoppes des marchands d’encens, de fausses monnaies, de gâteaux à base de farine de riz et de sucre s’alignent au début de Pancoran. Il faut se frayer son chemin, entre les motos et les pousses-pousses pour aller plus loin sur le marché et découvrir les stands de légumes, fruits, poulets, poissons, concombres de mer, grenouilles, lapi lapi (sorte de tortues), anguilles … 

 

Les symboliques de la fête du nouvel an chinois

Le poisson symbole d’abondance, les dumplings de la santé financière, le poulet de la santé, les nouilles longues de la prospérité et les gâteaux de la douceur sont des incontournables que l’on retrouvera sur les tables des familles chinoises. À la fin du repas familial qui se déroule très souvent chez les grands-parents, de petites enveloppes rouges appelées hóng bāo sont distribuées aux enfants et aux célibataires de la famille. Toujours en nombre pair, les billets que l’on trouve à l’intérieur des enveloppes sont symboles de chance.

 

nouvel an chinois

 

Origine du nouvel an chinois 

L’une des légendes les plus populaires est celle de Nian, qui raconte qu’à chaque veille de nouvel an, un dragon cruel et féroce venait dévorer les habitants des villages. Afin de l’éloigner, des torches étaient allumées, des pétards claquaient, on écrivait des poèmes sur des bandes de papier rouge que l’on collait à l’entrée des maisons. Nian, craignant le rouge, la lumière et le bruit se tenait ainsi à l’écart. La population pouvait ainsi célébrer la nouvelle année dans le calme et se réjouir en lançant : « Kung-si » félicitations. Ces traditions perdurent aujourd’hui.

 

nouvel an imlek jakarta

On nettoie 

Dans les temples ou les maisons, on s’active, on balaie, on frotte, on lave à grande eau. On se doit de nettoyer les traces du passé afin d’accueillir la nouvelle année.

nouvel an chinois

 

Le temple de Dharma Bahakti Vihara 

Ce temple bouddhiste mais qui comprend également des éléments taoïstes et confucianistes est situé au bout de l’allée Pancoran.Il est l’un des plus vieux de Jakarta. Il a été construit en 1630. En 1740, suite à des attaques d’Européens par des triades chinoises, les Hollandais massacrent 10.000 Chinois et détruisent le temple. Il sera reconstruit en 1755. Un incendie a ravagé une partie du temple en 2015, il est en cours de rénovation depuis.

Néanmoins, c’est là que la communauté bouddhiste chinoise viendra prier ce week-end, brûler de l’encens, des papiers dorés destinés aux dieux et argentés aux ancêtres mais aussi de la fausse monnaie afin d’attirer la santé, la prospérité et la fortune sur la famille. De hautes et grosses bougies sont allumées par les familles et doivent brûler l’année entière. On apporte également des fruits comme des oranges avec des messages inscrits dessus qui seront déposés sur les autels pour satisfaire les dieux. Devant le temple, des vendeurs proposent des petits oiseaux en cage destinés à être lâchés au sein du temple tout en faisant un vœu. En lâcher 108 permettrait d'avoir une longue vie.

 

Dans la cour principale, des personnes mendient en ce jour car ils savent que par tradition, la communauté chinoise distribue de l’argent après avoir prié.

nouvel an jakarta imlek cochon jakarta glodok

La danse du lion

La danse du lion ou barongsai, symbole du bonheur et de l’audace, est l’un des évènements que les familles ne manqueraient pour rien au monde. Covid-19 oblige, il y aura peu de représentations cette année.

 

Visiter Glodok, ses ruelles, son marché, ses échoppes en cette période festive est l’occasion de comprendre cette communauté chinoise qui fait partie intégrante de la vie indonésienne depuis plusieurs siècles.

 

Photos: Emma S, Sophie LC

Sur le même sujet
Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditorale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale