Lundi 25 janvier 2021

Özlem Emir, la "maman des animaux de rue"

Par Marie Meister | Publié le 11/11/2020 à 03:50 | Mis à jour le 11/11/2020 à 11:02
Photo : Özlem Emir au Pet chalet
Özlem Emir maman animaux Cihangir

Lepetitjournal.com Istanbul a rencontré Özlem Emir qui, depuis 11ans, consacre tout son temps à recueillir des animaux, les héberger, leur trouver une famille et leur offrir une meilleure vie au sein du "Pet chalet", au coeur de Beyoglu/Istanbul. Son dévouement lui vaut le surnom de "Sokak hayvanlarının annesi", qui signifie "La maman des animaux de rue". 

 

Özlem Emir maman des animaux Istanbul

 

Marie Meister : Bonjour Özlem, merci d'accepter de répondre aux questions du Petit journal et de me recevoir au sein de votre pension. Tout d'abord, pourriez-vous revenir sur votre parcours, que faisiez-vous avant de vous consacrer entièrement aux animaux, et de créer cet endroit pour eux ?

Özlem Emir : J’ai fait des études en administration des affaires pendant de longues années, et ai travaillé 20 ans en tant que courtier en bourse. J’ai décidé d'arrêter ce travail en 2009 car je commençais à fatiguer. Quand j'ai arrêté, je n'avais pas d’autre plan, mais je n’avais pas peur de ne pas savoir ce qu’allaient réserver les lendemains, ce n’est pas dans mon caractère.
Durant la période où je travaillais, j'avais l'habitude d’aller dans les forêts comme Beykoz pour nourrir tous les chiens et chats délaissés là-bas, sans nourriture et livrés à eux mêmes. 

J'ai toujours été comme ça, je suis toujours venue en aide aux animaux. Si je voyais des animaux malades ou blessés, je les aidais, mais j'avais mon travail à côté qui me prenait du temps, tout d’un coup, j’ai décidé d’arrêter et je suis très heureuse de cette décision.


Racontez-nous, quel a été le déclencheur de cette décision ?

Après avoir quitté mon travail, je me suis assise en buvant sûrement la dernière tasse de café que j’avais. Je réfléchissais à ce que je pouvais faire, comment je pourrais gagner de l’argent. Quand je regardais mes animaux, les voyant si heureux, libres et en bonne santé, je me suis dit : ‘voilà, je devrais commencer à faire une pension pour animaux à la maison’ !
Et moi-même, j’avais ce problème quand je voulais voyager ou m’absenter quelques jours, je ne trouvais pas de bon endroit pour laisser mes chiens, alors je les laissais au voisin en qui j'avais confiance, donc je me suis dit que ce serait une bonne idée de proposer une pension.


Depuis combien de temps avez-vous cette pension ?

Cela fait 11 ans que j’ai créé la pension, une maison pour les animaux.
Et je suis la première à avoir fait ça. Enfin, il existait d’autres endroits, mais pas des endroits "comme à la maison", plutôt des fermes où ils étaient dans des cages, et que la cage soit petite ou grande peu importe, ce n’est pas des bonnes conditions pour eux, ils ne doivent pas être enfermés de cette manière.

J'ai alors trouvé un petit endroit à Cihangir, où j’ai commencé ce travail, puis plus tard, ayant de plus en plus d’animaux, j’ai dû trouver un endroit beaucoup plus grand. Ça fait 6 ans que je suis là. Maintenant, des endroits comme ici, il y en a plusieurs en Turquie.

Combien de chiens et chats avez-vous actuellement ? 

J’ai actuellement 28 ou 30 chiens et énormément de chats, environ 70, je dirais, car j’en ai adopté beaucoup avant la pandémie de Covid-19 et pendant cette période, on n'a pas pu leur trouver un maître. Et puis on en a récupéré encore plus, car certains pensaient que les animaux pouvaient transmettre le virus, donc il y a eu beaucoup d’abandons… Mais maintenant, heureusement, les adoptions ont repris.
Beaucoup d’animaux sont adoptés en Allemagne, car je connais quelques organisations là-bas, j’ai deux contacts et je leur envoie les informations sur les animaux et ils font leur possible pour leur trouver une famille sur place. Les animaux sont transférés par avion, c’est pour ça qu'à cause de la crise sanitaire, ils n’ont pas pu être transférés, mais maintenant ça va reprendre.

Özlem Emir maman des animaux Istanbul

 

Özlem Emir Istanbul maman animaux

 

Özlem Emir Istanbul maman animaux

 

S’occuper d’autant d’animaux, c’est beaucoup de travail et d’argent, le travail ne me dérange pas, mais l’argent pose problème.

Racontez-nous une journée typique au sein du Pet Chalet ?

On se réveille entre 6 et 7 heures, car les chiens attendent qu’on les sorte. On les emmène au jardin et on nettoie l’intérieur, les différentes pièces, puis après, on nettoie l’extérieur, c’est beaucoup de travail. Le matin, c’est vraiment le grand ménage. On ramasse tous les tapis, les couvertures et on en met des nouvelles. Après on leur donne à manger et s’il y a des bébés ont les nourrit à plusieurs reprises.
Pendant la journée, même si on a fait le grand ménage du matin, il faut constamment nettoyer le jardin, car ils y font leurs besoins. Ça arrive dedans aussi, donc toujours beaucoup de ménage !

 

Özlem Emir Istanbul maman animaux


Sinon, chaque jour est différent car chaque jour a son lot de surprises. Par exemple, une porte se casse, ils mangent le bois des meubles, le tuyau d’arrosage… Même si on les surveille, chaque jour, il se passe quelque chose. Et aussi, presque tous les jours, on va à la clinique pour les soins de certains chiens ou chats. 
Puis, après 22 h, je m’occupe de tout ce qui est la paperasse, car c'est plus tranquille, les chiens sont fatigués, ils dorment et je peux enfin me concentrer. En effet, lorsqu’un animal est adopté, il y a beaucoup de choses à faire sur le plan administratif : tous les renseignements sur l’animal, son transfert, etc.
Parfois, je me dis que j’avais prévu de faire une tonne de choses dans la journée et que je n’ai rien fait.


Recevez-vous des aides financières pour votre pension ? Des donations ? 

Les gens ne font pas de dons, le problème, c’est qu'en Turquie, on n’a pas vraiment cette culture. Si je demande de l’aide, oui, ils vont donner. Mais aussi, après, certains me laissent des animaux, me donnent une somme, mais au final, je dois dépenser le double de cette somme pour l’animal. Les gens se disent ‘oh, c’est son travail, elle doit s’occuper des animaux’, mais ça ne marche pas comme ça.
En général, je ne demande pas d’aide, mais bien sûr il y a des gens qui me connaissent et qui viennent m’aider, comme mon frère par exemple. Les cliniques aident aussi beaucoup. Les soins chez les vétérinaires sont moins chers pour moi que pour une personne lambda.
Aussi parfois, certains propriétaires d’animaux m’envoient des cadeaux, spécialement à la période de Noël. Bien sûr, ce n’est pas le nouveau sac Dolce Gabana, mais ce sont des choses pour les animaux, comme des traitements pour les puces par exemple.
Alors ça, c’est déjà bien, mais souvent, ce n’est malheureusement pas assez. Puis beaucoup d’entre eux ne continuent pas les dons. Parfois, je ne sais vraiment pas comment je m’en sors financièrement, avec l’achat de la nourriture, les médicaments, les soins, le loyer, tout ça, c’est très cher… Des fois, je n’ai plus d’argent alors je dois emprunter.
Par exemple, il y a certaines cliniques qui me connaissent depuis 20 ans, et ils savent que si je ne peux pas payer tout de suite, je le ferai plus tard et ils me donnent ce dont j’ai besoin. Surtout depuis la Covid-19, ça a été compliqué pour moi.

J’ai beaucoup de choses à faire et je ne peux pas aussi m’occuper de cette partie-là, créer des cagnottes, remercier les gens, envoyer des nouvelles des animaux en pension, maintenir le contact, etc. Tout ça, c’est un autre travail à part entière que je n’ai hélas pas le temps de gérer malgré son importance.


Avez-vous des bénévoles pour vous aider ? 

Je n’ai pas de bénévoles. Encore une fois, c’est une culture que nous n’avons pas.
Oui des gens qui adorent les animaux viennent, mais ils font ça seulement une fois et puis ils ne reviennent pas, ou alors ils viennent quand bon leur semble et ça ne peut pas marcher comme ça, il faut une organisation. En plus, les animaux, ils s’attachent à la nouvelle personne, donc si elle ne revient plus ce n’est pas très bon pour eux, ils ont besoin d’habitude et d’un référent.
Actuellement, il y a deux personnes qui travaillent avec moi et si elles n’étaient pas là, ce serait impossible.
Il y a trois étages, je ne peux pas être partout pour surveiller et pour exécuter toutes les tâches à faire. Si c'était un grand appartement sur un seul étage, peut-être que ce serait possible, mais là il y a 3 étages et différentes zones, donc je ne peux pas surveiller seule.
 

Pourquoi y a-t-il tellement de chiens et chats dans les rues d’Istanbul ?

Ici il n’y a pas de politique de contrôle. Les animaux font des petits, et on ne s'en occupe pas. En Allemagne, ils ont résolu ce problème. Il y a une grande tolérance pour les animaux et beaucoup de choses sont faites pour leur bien-être là-bas. Ils adoptent plus qu’ils n’achètent. Je pense que l’Allemagne est le paradis pour les animaux. Je suis sûre qu’ils aiment même mieux les animaux que leurs enfants (rires).
 

J’ai entendu parler de l’histoire de "l’île aux chiens" en 1910, où tous les chiens ont été ramassés et emmenés sur l’île de Hayırsız, afin de disparaître car ils étaient trop nombreux dans les rues. Pouvez-vous en dire un peu plus ?

Oui, ils les ont ramassés et abandonnés sur cette île. Les chiens s’entretuaient et mouraient de faim. Quelque temps après il y a eu un tremblement de terre, et les gens ont pensé que c'était une punition pour ces actes barbares. 
Maintenant, quand certains se plaignent dans les villages, les autorités ramassent les chiens et les abandonnent dans la forêt, c’est pour ça que j’y allais souvent dans le passé.
Mais chaque année, je trouve que la condition des animaux s’améliore en Turquie.
Le gouvernement essaye de faire de son mieux. Ce n’est pas encore suffisant, mais au moins ils ne les tuent pas, ils essayent de les sauver et de trouver des solutions. Cependant, le problème, c’est que toutes les municipalités ne font pas les mêmes efforts. J’ai l’espoir que dans 5 ans le problème sera réglé.


Avez-vous entendu parler de la nouvelle application SemptPati pour les chiens errants ? Pensez-vous que cela peut changer la situation ?

Non, je ne connais pas, car je n’ai pas le temps de regarder la télé ou de surfer sur Internet, mais je suis contente de savoir que ça existe, car toute petite action fait partie du puzzle. Tout le monde doit agir.

 

Özlem Emir Istanbul maman animaux


Pour tout renseignement ou aide, vous pouvez contacter Özlem à la pension au : +90 552 694 92 61.
Vous pouvez également suivre les animaux du "Pet chalet" sur Facebook 

 

Nous vous recommandons

Marie Meister

Marie Meister

Diplômée en Évènementiel, médiation et ingénierie de la culture mais également photographe, Marie est tombée sous le charme d'Istanbul où elle ne cesse de revenir afin de se nourrir de nouvelles expériences et connaissances.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Robert Kaptan mer 11/11/2020 - 16:27

Bel Article... Que Ozlem note son numéro IBAN et les gens intéressés pourront lui faire un où des dons .. ce serait normal de l'aider un peu, notre BB Turc !!!! (Brigitte Bardot...............Pour ceux qui ne savent pas !!!!...:):):):)..)

Répondre
Commentaire avatar

Robert Kaptan mer 11/11/2020 - 14:50

Bel Article... Que Ozlem note son numéro IBAN et les gens intéressés pourront lui faire un où des dons .. ce serait normal de l'aider un peu, notre BB Turc !!!!

Répondre
Commentaire avatar

Lily mer 11/11/2020 - 08:12

Magnifique initiative et on aidera des que possible, je vais en parler autour de moi en France (frontière Suisse-allemande). Merci pour cet article et à Özlem pour son engagement.

Répondre