Mode : dans les coulisses de l’IFA Paris à Istanbul

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 15/03/2022 à 18:00 | Mis à jour le 15/03/2022 à 19:17
IFA Paris à Istanbul école de mode

Le saviez-vous ? Depuis 2014, l’école de mode IFA Paris forme, à Istanbul, des étudiants internationaux au savoir-faire français. 

 

Visite de l’école avec Lola Benkemoun (Responsable du service étudiant) et Eren Can Erçin (Conseiller aux admissions) ; rencontre avec Adile Cretallaz (Directrice de l’école), Mélanie Hakibilen (professeur de Business & Marketing) et Félix (étudiant français en MBA).  

 

Né en 1982 à Paris, l’lFA (International Fashion Academy) a ouvert un deuxième campus à Shanghai en 2002, et un troisième à Istanbul il y a huit ans. 

Située au cœur de Beyoglu, dans le majestueux immeuble Nese (anciennement Mizzi) tout près du lycée Galatasaray, l’école accueille actuellement 115 étudiants, de 51 nationalités, dont une majorité d’Iraniens et d’Indiens, mais aussi 7 Turcs, quelques Pakistanais, Canadiens, États-uniens, etc.

C’est à l’initiative d’Adile Cretallaz que le campus d’Istanbul est né. Turque d’origine, parfaitement francophone, Adile est partie vivre à l’étranger dès ses 16 ans. Elle a notamment travaillé à l’IFA Shanghai, d’où est née son idée d’établir un campus de l’école sur les rives du Bosphore.

 

Adile IFA Paris Istanbul
Adile Cretallaz - Crédit : IFA Paris à Istanbul

 

L’école, où tous les cours sont dispensés en anglais, propose un programme de Bachelor en trois ans et / ou un MBA, en deux ans.

 

IFA Paris Istanbul
Lola Benkemoun et Eren Can Erçin

 

Pour faire valider leur Bachelor, les étudiants doivent présenter six de leurs créations lors d’un défilé annuel. En 2020 le fashion show avait eu lieu au Şerefiye Sarnıcı, dans la vieille ville. Cette année il sera en principe organisé au Palais de France, au début de l’été. 

Suite à l’obtention de leurs diplômes, les étudiants établissent leur entreprise ou atelier aux quatre coins du monde, ou bien travaillent dans le marketing de la mode.

 

école de mode IFA Istanbul
À l'école de mode IFA Paris à Istanbul

 

Mélanie Hakibilen est professeure de Business et Marketing à l’école depuis 2019. Elle a par le passé déjà travaillé dans le secteur de la mode, et a introduit sur le marché turc plusieurs marques de cosmétiques.

 

Mélanie Hakibilen IFA Paris Istanbul
Mélanie Hakibilen

 

Elle insiste sur le côté éthique qu’elle doit transmettre à ses étudiants pour promouvoir la "mode du futur". En effet l’école s’intéresse de près aux tissus organiques et durables, aux teintures naturelles etc.

Quand on lui demande ce qu’elle pense de la mode turque, elle confie "la mode turque ne s’intéresse pas assez à cette approche durable", "par ailleurs on constate que les créateurs turcs ont du mal à s’implanter en Europe, c’est dommage car il y a du potentiel, notamment au niveau du textile", ajoute-t-elle.

Felix est le seul étudiant français de l’IFA Istanbul. Ils se sent un peu "ambassadeur" de son pays, comme de la mode française. Après des études de management international à Tours, il est en première année de MBA "management de la mode" à Istanbul. 

 

Felix étudiant mode IFA Paris Istanbul
Félix

 

La mode dans son pays d’accueil ? "Il n’y a pas vraiment de mode en Turquie", confie-t-il. "Pour moi, Istanbul, c’est un carrefour, une mixité". "J’avoue être aussi assez choqué quand je vois, dans des magasins dits ‘de luxe’, des articles soldés et mélangés en vrac, on ne respecte pas la pièce". Il ajoute : "Les Turcs s’intéressent plus au look qu’en France, mais ils sont surtout attachés à la marque, alors qu’en France, on s’intéresse à une belle pièce pour sa qualité, sa sobriété, on la regarde comme une œuvre d’art, en Turquie tout est dans le ‘paraître’"

Si la Fast Fashion occupe une place prépondérante en Turquie, la contrefaçon est également très répandue, la plupart des Turcs n’étant pas gênés de porter du faux "tant que la marque peut se voir !"…

C’est donc dans un environnement plein de challenges que l’IFA Paris à Istanbul cherche à transmettre les valeurs de l’art et du luxe "à la française", afin qu’elles puissent s’exporter dans le monde. 

 

Crédit photo : Martine Mereyde 

Remerciements à : Lola Benkemoun, Eren Can Erçin, Adile Cretallaz, Mélanie Hakibilen, Berna Armağan, et Félix

Sur le même sujet
lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale