Jeudi 3 décembre 2020

Les "cols blancs" satisfaits du télétravail pendant la pandémie

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 27/07/2020 à 03:45 | Mis à jour le 29/07/2020 à 13:26
télétravail Turquie cols blancs étude

Selon une étude conduite par le département d'Économie de l’Université d’Istanbul, les "cols blancs"* qui ont eu l’occasion de travailler à domicile pendant les premières semaines de l’épidémie de Covid-19, sont globalement satisfaits.

Le travail à la maison (ou télétravail) a commencé à se répandre comme modèle de travail alternatif ces dernières années, notamment avec l'utilisation généralisée d'internet, qui a, pour certains corps de métiers, éliminé la nécessité pour l'employé d'être physiquement au travail.

L’étude de l’Université d’Istanbul intitulée "Rapport de recherche sur le télétravail pendant la période de pandémie",  a été menée du 27 mai au 22 juin 2020 auprès de 1077 personnes**. 72% des participants ont entre 25 et 44 ans, 37,7% vivent avec un/des enfant(s) ; les secteurs les plus représentés sont la finance (banques, assurances) l’éducation et la technologie.

63% des personnes interrogées ont indiqué qu'il s’agissait d’une première expérience de télétravail.

Le confort de travailler à domicile et l’insatisfaction de travailler dans des espaces de travail collectifs (open space – plateau ouvert) sont les deux principales raisons qui ont rendu le travail "agréable" à la maison.

Avant l'épidémie, 33,5% des participants considéraient comme satisfaisant ("agréable") de travailler au bureau ; 48,3% estiment aimer leur nouvel environnement de télétravail, ce qui indique que les cols blancs interrogés préfèrent avoir leur bureau à domicile.

20,4% indiquent qu’ils n’aimaient pas leur vie de bureau avant l'épidémie, alors qu’ils ne sont que 12,2% à déclarer ne pas aimer leur "bureau" (télétravail) durant la pandémie.

Selon l'enquête, 85% des cols blancs interrogés vivent dans des logements de 80 mètres carrés et plus, et 55% disposent d'une pièce séparée ou d'un espace partagé pour travailler.

L’étude pose aussi la question de l’environnement de travail (aération, bruit) à la maison et au bureau, où plus de 70% disent préférer l’environnement de leur domicile. 

Concernant la gestion du temps, 55% disent planifier leur temps de travail à la maison comme ils le souhaitent.

Par ailleurs, l'enquête révèle que les femmes ont davantage souffert du syndrome de l’épuisement professionnel ("surcharge de travail"). En effet, environ 17% déclarent être "épuisées", contre seulement 11,7% des hommes.

Qu’ils soient célibataires ou mariés, ils sont entre 50 et 60% à se dire préoccupés par l'avenir de leur entreprise. 

Interview de Sayım Yorğun, doyen du département d'Économie de l’Université d’Istanbul

Les résultats de l'étude montrent que le télétravail, qui s'est généralisé avec la pandémie, offre des avantages significatifs aux entreprises et aux employés. De plus, cette nouvelle pratique peut être considérée comme une option particulièrement rentable pour les entreprises (loyers etc.). 

La conclusion de l’étude pointe néanmoins le risque de la perte des valeurs communes propres à l'entreprise, valeurs créées par des personnes qui travaillent ensemble, la fameuse "culture d'entreprise", un élément fondamental dans la réussite de celle-ci.


Consulter l’étude complète (en turc) 

 

*L'expression col blanc est un terme du langage courant utilisé pour désigner les travailleurs de bureau, en particulier les cadres. 

(Par extension, il peut désigner des individus faisant partie du monde des affaires et de l'entreprise en particulier, parfois aussi de la politique).

** 97% des personnes interrogées sont titulaires d’un diplôme universitaire ("Lisans" = équivalent à quatre années d’études).

 

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu
THÉÂTRE

Gilbert Rouvière, un metteur en scène français pour « Avant/Après »

L’œuvre de l’Allemand Schimmelpfennig est la première pièce de théâtre montée au Pérou depuis le début de la pandémie. Une production de l’ENSAD présentée gratuitement en ligne du 3 au 20 décembre.