Dimanche 18 février 2018
Istanbul
Istanbul
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EN TURC – 10 expressions très courtes et indispensables #2

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 11/10/2017 à 18:04 | Mis à jour le 11/10/2017 à 21:47
Photo : Pour exprimer l'étonnement ou l'admiration.
Turc : 10 expressions très courtes et indispensables

"Peki", "haydı" , "boşver"… Lepetitjournal.com d'Istanbul revient avec une liste de dix locutions et expressions très courtes mais très employées en turc. 

1. "boşver"

Traduction et emploi : La traduction littérale de cette expression est "donne du vide", sous-entendu "n’y prête pas attention". Par exemple, votre interlocuteur vous raconte quelque chose qui le blesse, l’étonne ou l’interpelle. Vous lui répondez "boşver" si vous considérez que la situation ne vaut pas la peine de se faire un sang d’encre… Sous-entendu : "laisse faire"!

2. "şey"

Traduction et emploi : Littéralement, cela signifie "chose". Les Turcs l’utilisent pour introduire une phrase ou marquer une pause, cela marque l’hésitation, la réflexion ou cela permet d’attirer l’attention de leur interlocuteur. En français, son équivalent est "euh" et en anglais, "well". 

3. "umarsın" 

Traduction et emploi : Vous pouvez utiliser cette expression familière si votre ami vous raconte quelque chose qui vous semble impossible à réaliser. Son équivalent français est "Tu peux toujours rêver!", sous-entendu, ça n’arrivera jamais…

4. "hayret"

Traduction et emploi : Elle s’utilise pour exprimer une situation de grande surprise. En français, on emploie l’interjection "Ha!". "Hayret" peut aussi être utilisé en fin de phrase pour montrer l’étonenment. Par exemple, "o çocuk çok tembel, nasıl tez yazmış hayret!", soit "ce garçon est très fainéant, comment a-t-il pu écrire une thèse!"

5. "peki"

Traduction et emploi : Peki peut signifier "d’accord", "bien reçu" ou encore "compris!" . Cette expression s’utilise aussi pour relancer une conversation. Par exemple : "Derslerim çok iyi. Peki, seninkiler nasıl ?", soit "mes cours se passent bien, qu'en est-il des tiens ?" Elle est aussi employée lors de querelles. Par exemple, "Ben bütün gün calıştım, peki sen ne yaptın?", soit "j’ai travaillé toute la journée et toi, qu’as-tu fait ?" et dans ce cas, la réponse sous-entendue est… rien!

6. "yok ya"

Traduction et emploi : Littéralement, cela signifie "non plus". Cette expression s’emploie lorsque l’on est surpris, étonné, voire déconcerté. Vous pouvez l’utiliser si votre interlocuteur vous dit quelque chose auquel vous ne vous attendiez pas, sous-entendu : "j’ai du mal à te croire!".

7. "vay be!"

Traduction et emploi : Cette expression s’utilise pour exprimer l’étonnement ou l’admiration. Dans ce sens, son équivalent en français est l’interjection "waouh!". Mais elle s’emploie aussi pour taquiner un peu. Par exemple, un ami vous présente les clés de sa nouvelle voiture, vous lui dites "vay be!", sous-entendu "ça ne rigole plus!".

8. "kıyamam"

Traduction et emploi : Littéralement, cette expression signifie "je ne peux pas te blesser". Elle peut être utilisée si votre ami vous raconte une terrible nouvelle ou bien quelque chose qui lui est arrivé et qui est susceptible de le peiner : "Kıyamam" est alors une façon d’exprimer votre compassion ou votre soutien. Elle s’utilise aussi à la vue de quelque chose de très mignon, comme un chaton ou un bébé par exemple. 

9. "Oha!"

Traduction et emploi : Cette interjection s’utilise quand on voit ou entend quelque chose de choquant ou d’incroyable. Même si vous l’entendrez régulièrement en Turquie, il s’agit d’une expression d’argot considérée comme impolie. 

10. "Haydi (haydi canım)"

Traduction et emploi : "Haydi", aussi écrit "hadi", signifie "Allez!" . C’est une façon de presser ou d’encourager quelqu’un. Cette expression s’utilise aussi en disant "Haydi canım", soit littéralement "allez mon cher/ma chère". Elle a plusieurs sens. Elle peut signifier "fais un effort !" ou "allez, vas-y !" et sous-entendu "tu peux le faire !". Selon le contexte, "Haydi canım" s’utilise aussi quand ce que vous dit votre interlocuteur vous semble improbable, peu croyable. Elle est alors généralement suivie de "ciddi misin ?", soit "es-tu sérieux?" Cela implique souvent le fait que votre interlocuteur confirme ou réitère son propos.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) jeudi 12 octobre 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Sami jeu 12/10/2017 - 22:51

Très bien ? Je pense que "yani" aurait été également un bon choix.

Répondre