Mardi 11 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HAYDARPAŞA - La rénovation de la gare a un train de retard

Par AFP | Publié le 18/02/2018 à 19:03 | Mis à jour le 18/02/2018 à 19:03
HAYDARPAŞA - La rénovation de la gare a un train de retard istanbul

Construite au tout début du XXe siècle comme la porte de l'Europe vers l'Orient, la gare de Haydarpaşa à Istanbul se dresse toujours fièrement sur la rive asiatique de la ville, mais il lui manque des trains: la rénovation du site n'en finit plus.

Ses hautes tours au style gothique dominent encore le Bosphore et l'imposante façade a survécu à un siècle d'une histoire parfois tragique - la Première Guerre mondiale et la chute de l'Empire ottoman, la déportation des Arméniens, plusieurs coups d'Etat, un incendie qui a détruit la toiture en novembre 2010...

Mais depuis cinq ans, plus aucune locomotive n'est entrée en gare.

Le bâtiment est fermé pour restauration, or les travaux traînent en longueur et les rumeurs de vente ou de transformation en hôtel ou en centre commercial - des options évoquées par des responsables politiques dans le passé - vont bon train.

Les défenseurs du patrimoine s'inquiètent d'une telle éventualité et nombre d'entre eux se mobilisent, manifestant chaque semaine pour préserver cette gare inscrite en 2012 sur la liste des sites menacés par l'ONG Fonds mondial pour les monuments.

Mais ces défenseurs ainsi que des élus locaux et la société publique des chemins de fer (TCDD) assurent à l'AFP que les trains reviendront bien à Haydarpasa.

"Les premiers trains arriveront en 2019", affirme Aykurt Nuhoglu, le maire du district de Kadıköy où se trouve la gare à Istanbul. La gare "restera une propriété publique. Il y a eu des débats, mais le risque (d'une privatisation) est écarté", dit-il.

"Une gare, rien d'autre"

Un responsable de la TCDD, qui a requis l'anonymat, l'assure également : "Haydarpaşa est en cours de restauration pour être une gare, rien d'autre n'est envisagé".

Une fois rouverte, elle est censée devenir une plaque tournante pour les trains de banlieue, ainsi que le terminus des nouveaux trains à grande vitesse venant d'Ankara, qui s'arrêtent actuellement à la gare de Pendik, très éloignée du centre-ville.

Lire la suite sur notre édition internationale en cliquant ici

0 Commentaire (s)Réagir