Vendredi 25 mai 2018
Istanbul
Istanbul
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un week-end à Istanbul : les immanquables

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 25/04/2018 à 17:19 | Mis à jour le 25/04/2018 à 17:19
Istanbul escapade week-end

Au carrefour de l'Orient et de l'Occident, Istanbul est devenue une destination touristique incontournable. Imprégnée des civilisations ottomane et byzantine, la ville mêle harmonieusement quartiers branchés et cosmopolites avec son riche héritage historique. Mais le gigantisme de la métropole turque donne rapidement le vertige. Difficile d'y organiser un passage express, sans ne rien manquer. Lepetitjournal.com d'Istanbul a établi pour vous un itinéraire afin de vous guider pendant deux jours dans les dédales du labyrinthe stambouliote.

 

Jour 1 : Culture et saveurs stambouliotes

Une fois débarrassé de vos valises, c'est dans le centre historique de Sultanahmet que nous vous proposons de commencer votre circuit. Facilement accessible en tramway, ce quartier renferme les monuments emblématiques du passé d'Istanbul. Afin de réduire vos dépenses, lors de vos visites, il est possible d'acheter directement un pass musée pour 85 TL, plutôt que de payer (cher) chaque ticket individuellement. Une fois descendu du tramway, rendez-vous d'abord à l'imposant palais de Topkapi. Inscrit au patrimoine de l'UNESCO depuis 1985, ce joyau architectural a vu se succéder les sultans de l'Empire Ottoman depuis le XVème siècle. C'est en 1459, soit six ans après avoir conquis Constantinople, que Mehmet II lance la construction du palais. Celui-ci connaîtra de multiples arrangements avant d'être finalement transformé en musée en 1924. S'étendant sur 70 hectares, le palais de Topkapi a abrité jusqu'à 4.000 personnes. Préparez-vous donc à marcher un long moment afin d'en découvrir les merveilles...

 

La visite du musée commence par la deuxième cour du Palais. Après une traversée des jardins, vous vous dirigerez vers les anciennes cuisines, où sont rassemblés ustensiles, marmites, et vaisselle en porcelaine des différentes époques. Poursuivez votre tour vers la troisième cour en passant la porte Babüssaade. Dans cette partie, vous trouverez les appartements privés du sultan, ainsi que la salle des trésors. La troisième cour est certainement la plus prisée, puisqu'on y trouve également la salle des reliques islamiques. Soyez alors correctement vêtus afin d'y pénétrer. La visite se termine par la quatrième cour.

 

Après un arrêt sur la terrasse de marbre, qui surplombe Istanbul, en offrant une vue magnifique, promenez-vous dans le jardin où se multiplient les charmants kiosques. Pour ceux que la visite a su charmer, il est également possible de faire un détour par le harem ? à condition d'avoir pris le ticket correspondant à l'entrée. Une fois sorti du palais, il sera certainement temps pour vous de faire une pause. Vous n'aurez pas de mal à trouver de quoi vous restaurer avant de reprendre votre balade.
 

Dirigez vous ensuite vers l'ancienne basilique Sainte Sophie. Symbole des différentes influences de la ville, Ayasofya fut construite par l'empereur byzantin Justinien au VIème siècle, avant d'être transformée en mosquée par Mehmet II. Elle ne devient un musée qu'en 1935, sous les ordres d'Atatürk. La visite en est surprenante : à côté des mosaïques représentant le Christ, la Vierge Marie ou les Saints, s'élèvent d'imposants médaillons où sont écrits les noms d'Allah et de son prophète en calligraphie arabe. 
 

En face de la basilique Sainte Sophie se trouve la mosquée la plus connue d'Istanbul : la mosquée bleue. Elle doit son nom aux céramiques bleues qui tapissent son intérieur. Bâtie au XVIIème siècle, elle fut un lieu important pour les musulmans puisqu'elle constituait le point de départ des pèlerins vers la Mecque. Afin de la distinguer des autres moquées de la ville et d'exprimer sa grandeur, le sultan Ahmet Ier la dota de six minarets. Après avoir parcouru les trésors culturels de Sultanahmet, quittez le quartier en vous dirigeant vers le Grand Bazar. Véritable labyrinthe dans lequel sont installées près de 4.000 boutiques, cet immense souk couvert saura satisfaire vos envies de shopping. C'est également l'occasion de tester vos talents de négociateur avec les vendeurs qui n'hésitent pas à augmenter leur prix à la vue des touristes. Pour ceux qui sont de passage le weekend, le grand bazar est malheureusement fermé le dimanche. Bien qu'incroyablement atypique, le lieu peut rapidement devenir épuisant, sortez alors par la Kapalıçarşı, Mercan Kapısı, afin de vous rendre au Buyuk Valide Han.
 

Après avoir donné quelques liras au gardien, accédez au toit de cet ancien caravansérail désaffecté et prenez le temps d'y contempler la vue. En sortant, vous tomberez au bout de quelques mètres sur le Bazar Egytien ou Bazar aux épices. Mêlant couleurs et bonnes odeurs, le lieu est propice aux achats culinaires. A la sortie du bazar dans le quartier d'Eminönü, les gourmands pourront profiter des bonnes adresses pour goûter les confiseries turques. Nous vous recommandons notamment la boutique Hac Bekir pour ses délicieux loukoums.


Jour 2 : Entre Europe et Asie
 

Pour bien commencer la journée, profitez d'un petit déjeuner turc traditionnel. Parmi les (nombreux) choix existants, nous vous conseillons de vous rendre au Van kahvaltı situé dans le quartier de Cihangir, à côté de Taksim. Une fois rassasié, repartez pour une journée de visites. En descendant la rue où se situe le Van kavhaltı vous arrivez non loin du Istanbul Modern. Ce musée, situé sur les rives du Bosphore, sera le paradis des passionnés d'art contemporain. Il est ouvert tous les jours sauf le lundi, entre 10 heures et 16 heures et 10h et 20h le jeudi. En plus des salles d'expositions permanentes, il accueille des expositions temporaires qui pourront attirer votre attention. Pour les cinéphiles, une salle de cinéma y est également installée.

Si vous préférez le grand air, nous vous recommandons de vous rendre dans le quartier branché de Karaköy. Là, vous pourrez vous asseoir dans l'un des nombreux cafés et régaler vos papilles avec des baklavas, ou alors, vous trouverez sur les bords du Bosphore des vendeurs de Balık ekmek : sandwichs au poisson grillé.

Légèrement en amont du quartier de Karaköy se trouve celui de Galata. Les rues ruissellent de petites boutiques, où vous trouverez toutes sortes de souvenirs : bijoux, objets décoratifs, cartes postales... Après avoir terminé vos emplettes, vous arriverez au pied de la colossale tour de Galata. Haute d'environ soixante mètres, la Tour est le fruit de l'époque médiévale. Bien que l'expérience ne soit pas unique, vous pourrez monter au sommet de la tour pour, contempler, une nouvelle fois, de haut la belle Istanbul. Une fois redescendu, nous vous proposons de vous diriger vers la rive anatolienne...

Retournez sur vos pas pour vous embarquer sur un ferry en direction d'Üsküdar. Quartier généralement considéré comme plus traditionnel, il est le lieu idéal pour profiter d'un hammam (bains turcs). Afin de bénéficier d'une expérience authentique, nous vous dirigeons vers le Çinili haman. Commandé par Kösem Sultan en 1640, femme du sultan Ahmet Ier, le lieu garde la trace de la période ottomane dans son architecture. S'il est peut-être plus sobre et moins luxueux que d'autres, il a l'avantage d'être tenu à l'écart des touristes. Vous pourrez profiter du savoir-faire traditionnel du personnel, lors d'une prestation lavage-massage, qui coûte environ 60 TL. Précision : ce hammam n'est pas mixte.

Depuis Üsküdar, rejoignez en bus le second quartier majeur de la rive asiatique, Kadiköy, où l'ambiance se transforme. Là vous serez au coeur d'un quartier vivant et attractif. Restez-y la soirée afin de pouvoir profiter d'un excellent repas de poisson, accompagné de rakı, alcool anisé très populaire parmi les Turcs. A bord d'un dolmus, regagnez ensuite la rive européenne en profitant une dernière fois d'une vue à couper le souffle lors de la traversée du pont du Bosphore.

Anna Huot (www.lepetitjournal.com/Istanbul)  (réédition)

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 CommentairesRéagir

Communauté

Zurich Appercu

La Suisse, victime de la propagande turque ? 

Les faits, révélés par le quotidien suisse SonntagsBlick, ont mis en alerte la Confédération, qui voit là une tentative de propagande orchestrée par le régime turc. Explications.  

Sur le même sujet