Vendredi 17 septembre 2021

Le casse-tête du retour vers Hong Kong à partir de la France

Par Didier Pujol | Publié le 21/07/2021 à 15:16 | Mis à jour le 26/07/2021 à 12:10
Photo : @unsplash/Tom Barrett
avion rentrant à Hong Kong

Pour ceux qui comme moi ont eu la chance de pouvoir enfin quitter le territoire de Hong Kong après près d’un an sans voyager, les retrouvailles avec les amis et la famille ont sonné comme une délivrance. Pourtant autant l’arrivée sur le sol français ne pose en général pas de problème, avec un test PCR et une déclaration sur l'honneur de non-symptômes, le retour s'avère plus compliqué. Voici un aperçu des pièges qui vous attendent pour votre retour à Hong Kong.

Quarantaine de 7 jours… pas sûr

La promesse de quarantaine réduite pour les résidents ayant pu faire un test immunitaire avant leur départ de Hong Kong a conduit beaucoup de Français à prendre leur billet pour la France. Ces dernières semaines, les réseaux sociaux fleurissent en effet de photos d’apéritifs en terrasse sur la côte atlantique ou le sud de la France, de parasols sur le sable et de déjeuners familiaux. Mais l'on oublie bien vite que nous sommes rentrés dans un monde où les transports internationaux ne vont plus de soi, les vols n'étant ni garanti ni directs dans bien des cas, le tout agrémenté de procédure de contrôles compliquées à mettre en oeuvre. Les règlements sanitaires changent rapidement comme l’a montré la mise en place du pass sanitaire en France et l’information circule mal entre les autorités et les acteurs de terrain chargés de l'application. Entre la théorie et réalité sur place, il y a une grande différence et une bonne dose d'incertitudes comme j'ai pu le constater lors de mon dernier voyage.

 

file d'attente pour embarquer vers Hong Kong
L'embarquement des passagers vers Hong Kong occasionne de nombreux contrôles

 

Le parcours du combattant de l'hôtel de quarantaine

Sur la trentaine d’hôtels désignés par le gouvernement hongkongais pour effectuer quarantaine obligatoire, un total de 8200 chambres accueillaient quotidiennement jusqu’à la mi-juin les résidents et les familles de Hong Kong de retour de voyage. Cependant, au vu des retours des étudiants pour les vacances d’été, le taux d’occupation a avoisiné les 90 %. Le gouvernement a donc porté la liste officielle à 34 hôtels, proposant plus de 9000 chambres jusqu’à la fin août. Dans mon cas, sur la liste ouverte en juin, seuls 2 hôtels proposaient encore des chambres pour la période de deux semaines requise au moment de mon départ. Même si l'éventualité de passer de 14 à 7 jours de quarantaine sur la base d'un test immunitaire positif était annoncée, il a fallu attendre les annonces du site officiel du gouvernement de Hong Kong pour modifier le dispositif du retour. Dans les faits, les complications pour changer les billets dans des conditions tarifaires et délais acceptables m'ont finalement conduit à maintenir la date de retour initiale.

Traduction des tests PCR français

Même s’il est possible de faire un test PCR à peu près n’importe quand et n’importe où en France dans les 72 heures précédant le départ de la destination finale, il n’est pas certain que les résultats soient disponibles en anglais, condition indispensable pour rentrer à Hong Kong. C'est le problème que j'ai rencontré, ce qui a bien failli me priver du vol retour. Il a donc fallu en urgence joindre le service de garde durant le week-end et obtenir une phrase de traduction du résultat du test, celle-ci étant finalement acceptée par le supérieur hiérarchique de l'employée d’embarquement seulement 2 minutes avant la fermeture des portes. Ouf!

 

Carte d'embarquement
Le sésame du tampon d'embarquement pour Hong Kong ne s'obtient pas facilement

 

Reconnaissance du laboratoire par Hong Kong

La reconnaissance du laboratoire français par les autorités de Hong Kong est probablement ce qui vous posera le plus de difficultés car il vous faudra prouver que l’entité ayant effectué le test est certifiée à la norme IS0 15189 en imprimant une preuve de cette certification. La liste des organismes certifiés est donnée par le site www.sante.fr, et il faut donc montrer que votre laboratoire fait partie de cette liste. L’opérateur vérifiera en particulier que l’adresse de votre résultat correspond à celle de l'organisme certifié. Le consulat de France à Hong Kong et Macao a émis un certificat officiel indiquant que les établissements de la liste des sites www.solidarites-sante.gouv.fr et www.sante.fr sont accrédités le gouvernement français pour faire les tests PCR, Dans le cas de mon vol, il a été nécessaire pour plusieurs passagers d’exhiber ce document.

Le piège des annulations de vols vers Hong Kong

Dans la mesure où les remplissages et disponibilité des équipages vaccinés et non en quarantaine au moment du voyage n’est pas toujours assurée, il est de plus en plus fréquent d'être informé un ou deux jours avant le départ d’un report de vol. Or, votre test PCR n’a que 72 heures de validité. Il y a donc de fortes probabilités pour que vous vous retrouviez comme moi avec un second vol de transit décalé d’une journée et qu'il ne vous reste plus que quelques heures avant l’expiration du délai de validité du test. La chance dans mon cas fut que le test a été mis à l’heure du résultat et non du relevé, sinon il fallait tout refaire en express dans l’aéroport. Evidemment, dans ce cas, il fallait tout reprendre en termes de réservations d'hôtel de quarantaine.

 

Transfert vers les hôtels de quarantaine à l'aéroport de Hong Kong
Prise en charge par des navettes à l'aéroport de Hong Kong pour le transfert en quarantaine

 

Le manque d’information des personnels

Entre mon vol de connexion à Roissy vers la Suisse, l’embarquement à Zurich le lendemain et l’arrivée à Hong Kong le deuxième jour, les documents requis par les différents employés étaient différents, le premier découvrant mot à mot les instructions de Hong Kong sur son terminal et le dernier produisant de nouvelles demandes.

Dans cette confusion, durée et dates de quarantaine ont fait l'objet de différentes interprétations, conditionnant malheureusement l’obtention des cartes d’embarquement. Les nouvelles règles concernant les tests immunitaires ne sont pas toujours connues des comptoirs d’enregistrement et je n’ai pu embarquer à Roissy que parce que j’avais à disposition ma réservation initiale de 15 jours, même si les dates ne correspondaient plus tout à fait à cause du report de vol par la compagnie. Ce n’est qu'à la dernière étape, à Zurich que la vérification de l’hôtel sur la liste du gouvernement de Hong Kong a été effectuée. 

Un voyage de retour vers Hong Kong stressant

On le sait, la pression sur les opérateurs aériens est énorme puisqu’une compagnie qui ne procéderait pas aux vérifications obligatoires se verrait interdire de vol vers Hong Kong pendant plusieurs semaines comme ce fut déjà le cas au mois de mai pour British Airways. C'est donc un voyage sous stress qui vous attend à votre retour de France, en espérant que d'ici là la propagation du variant Delta n'ait pas encore plus compliqué la donne.

Fort heureusement, à l'arrivée à Hong Kong, les temps d'attente des résultats des tests sont considérablement raccourcis et les transferts vers les hôtels de quarantaine particulièrement bien organisés. Un dernier rebondissement cependant, lorsque que l'employé hongkongais a rempli à la hâte un ordre de quarantaine de 14 jours au lieu de 7 jours, avant de me faire relire et de s'apercevoir, heureusement, de son erreur. C'était limite!

 

Si vous aussi souhaitez partager votre expérience concernant les conditions de voyages entre la France et Hong Kong, n'hésitez pas à répondre à nos questions ici.

 

 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir