La succession de Carrie Lam à Hong Kong est-elle déjà réglée ?

Par Anaïs Joly | Publié le 06/04/2022 à 15:35 | Mis à jour le 12/04/2022 à 10:34
john lee hong kong

Carrie Lam a annoncé lundi son retrait de la vie politique et donc le fait qu’elle ne sera pas candidate pour un second mandat en tant que Chief Executive de Hong Kong. Hier, c’était au tour de John Lee, le Chief Secretary, d’annoncer sa démission en vue de candidater. John Lee serait de l'avis de nombreux observateurs le favori de Pékin. Le choix du successeur de Carrie Lam est-il pour autant réglé ? Quels sont les autres candidats potentiels, qui ont, en théorie, du moins jusqu’au 16 avril pour se faire connaître ?  Et comment se déroule concrètement l'élection du Chief Executive à Hong Kong ?

L'élection du Chief Executive de Hong Kong, un choix avant tout "patriote" 

Depuis ce dimanche 3 avril, l’appel aux candidatures pour le poste de Chief Executive de Hong Kong est ouvert. Les potentiels candidats ont jusqu’à mi-avril pour se présenter et l’élection aura lieu le 8 mai. Le ou la candidat(e) élu(e) prendra ses fonctions le 30 juin.

Mais à Hong Kong, le nombre des électeurs pour le poste de Chief Executive est limité. En effet, depuis la réforme électorale du 11 mars 2021, un comité de « patriotes » a été désigné pour ce scrutin.

Le comité électoral est composé de 1462 membres, obéissant à la règle "les patriotes administrent Hong Kong". Il n’est pas élu conventionnellement, puisque plus d’un tiers de ses membres est nommé par des groupes pro-Pékin, et le reste est choisi lors de consultations et de votes au sein de 5 groupes censés représenter la société :  

- Le secteur industriel, commercial et financier

- Les professionnels

- Secteurs populaire, syndical, religieux et autres

- Les membres du LegCo et les représentants des organisations de district et d'autres organisations 

- Les députés de la RAS de Hong Kong au National People’s Congress, les membres de la RAS de Hong Kong du National Committee of the Chinese People's Political Consultative Conference et les représentants des organisations nationales concernées.

Le comité de patriotes intervient dans l'élection du Chief Executive et d'une partie des membres du parlement. 

40 des 90 sièges du parlement peuvent être occupés par des membres du comité ou par des personnes ayant reçu l’approbation des patriotes (seulement 22% des représentants au LegCo sont directement élus par les Hongkongais).

Comment sont désignés les candidats au poste de Chief Executive de Hong Kong?

Les potentiels candidats au poste de Chief Executive doivent réunir au moins 188 nominations du comité électoral, avec au moins 15 nominations venant de chacun des cinq secteurs dont le comité est composé. Sans ces conditions, ils n’ont pas le droit de se présenter. Il est aussi devenu impossible pour un candidat de l’opposition, à savoir pro-démocratie, de se présenter, tout candidat. Une fois les candidats nominés par le comité électoral de patriotes et approuvés par Pékin, les membres du comité éliront le ou la nouvelle Chief Executive.

Qui sont les possibles remplaçants de Carrie Lam à Hong Kong ?

Après sa visite à Pékin le vendredi 1er avril, Carrie Lam, actuelle Chief Executive de Hong Kong, a annoncé qu’elle se retirerait de la vie politique pour selon ses dires "se consacrer à sa famille" et ne se représenterait pas pour un second mandat. L'autre annonce de la semaine est la démission de John Lee, Chief Secretary (deuxième plus haut poste au gouvernement) mercredi 6 avril suivie de sa déclaration de candidature au poste de Chief Executive : 

 "Cet après-midi, j'ai remis ma démission en tant que secrétaire en chef et j'ai demandé [à Carrie Lam] de recommander au gouvernement central d'approuver ma démission. Dans la lettre, j'ai expliqué que si ma démission est approuvée par le gouvernement populaire central, je prévois de me préparer à me présenter à l'élection de Chief Executive", indique-t-il.

John Lee, 64 ans, a commencé sa carrière dans les forces de police, avant d’être nommé secrétaire à la sécurité sous l’ancien Chief Executive C.Y Leung. Il y a moins d’un an, il a été promu Chief Secretary dans le gouvernement de Carrie Lam. Sa promotion indiquerait que l’ancien policier ait les faveurs de Pékin.

À ce stade, John Lee est le seul à avoir officialisé sa candidature sous réserve de l'accord de Pékin. D’autres candidats tels que Paul Chan, secrétaire à l’économie, et C.Y. Leung, ancien Chief Executive, avaient été évoquées un temps mais Paul Chan a annoncé hier son soutien à John Lee dans un post sur Facebook :

"La période de nomination pour l'élection du Chief Executive a commencé, marquant une nouvelle étape pour Hong Kong. Je suis ravi d'apprendre que M. John Lee Ka-chiu a démissionné de son poste de secrétaire en chef pour l'administration et qu'il a l'intention de se présenter pour le sixième mandat de l'élection du chef de l'exécutif. Je lui souhaite bonne chance.", laissant entendre qu'il ne se présenterait finalement pas.

Dans le cas de l’ancien Chief Executive C.Y Leung, ses désaccords avec Carrie Lam font qu'il n'est pas soutenu par Pékin qui craindrait qu'il ne remette en cause la stratégie des 5 ans passés. Il ne serait donc pas possible pour lui de faire son retour en politique à ce rang. Paul Chan étant un proche de Leung semble ne pas bénéficier du soutien de Pékin.

Une autre candidate possible est Regina Ip, députée du district de Hong Kong, mais aucune annonce officielle n’a été faite à l’heure qu’il est et de possible autres candidats peuvent toujours se présenter dans les jours à venir. Le passé politique de Hong Kong a montré que nous n'étions pas à l'abri de surprises.

 

À suivre.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale