TEST: 2261

Sea Ranch, l’effondrement d’un rêve immobilier à Hong Kong

Par Claudia Delgado | Publié le 09/03/2022 à 13:43 | Mis à jour le 09/03/2022 à 13:42
Photo : photo@booking.com
Sea Ranch Hong Kong

Nichées sur la côte sud de Lantau, ces résidences ont été conçues pour constituer un village idyllique en bord de mer. Un endroit de rêve, où le luxe se conjuguait avec l’isolement. Jadis, son club-house accueillait toutes sortes de fêtes et réceptions, mais aujourd’hui, l’immeuble accumule la poussière pour devenir un endroit aux allures apocalyptiques. Bienvenue au Sea Ranch.

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Un complexe résidentiel haut de gamme

Les tours blanches de Sea Ranch se dressent sur la pointe sud-est de Lantau, on peut les apercevoir lorsqu’on prend le ferry pour Macao. Si l’on se demande qui habite dans ce lieu isolé, il faut retracer son histoire, afin d’y répondre.

En 1975, le promoteur immobilier Hutchison annonce les plans d’un nouveau complexe à Yi Long Wan sur Lantau, à environ 6 km de Pui O. Tout comme Discovery Bay (DB), Sea Ranch a été conçu comme un complexe résidentiel haut de gamme, un havre de paix et de luxe isolé permettant de s’échapper du tumulte de la ville. Il a ouvert ses portes en 1979, à peine quelques années avant DB. Ce paradis isolé de 40 millions de HKD comprenait 200 appartements.

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Sea Ranch a été envisagé comme un centre de villégiature complètement sécurisé, réservé à ceux qui pouvaient se payer une résidence secondaire, car l’impraticabilité de son emplacement compliquait les séjours prolongés. Le complexe ne serait pas accessible par voie terrestre, mais uniquement par ferry. Des brochures promotionnelles de l’époque le décrivaient comme « le club de villégiature exclusif de Hong Kong », avec des appartements spacieux et bien desservis, un immense club privé, des installations de sports nautiques, des restaurants de luxe, un héliport, un service de bateau direct à grande vitesse vers l’île de Hong Kong et, surtout, une magnifique plage. Au départ, ce fut un succès, les propriétés se sont vendues aux alentours de $70 000 (550 000 HKD).

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Un havre de paix loin de la ville

Le promoteur immobilier Hutchison, qui est devenu Hutchison Whampoa en 1980, disait à propos de la liaison par ferry : « une traversée de seulement 45 minutes du centre de Hong Kong dans un bateau à grande vitesse dans lequel vous pouvez vous laisser emporter loin du bruit et des embouteillages de la ville ».

Dans un documentaire fait par Piotr Zembrowski, de HKU en 2014, la présidente-fondatrice de Sea Ranch, parle de cette époque : « les visiteurs et résidents de Sea Ranch étaient des cadres supérieurs et chefs d’entreprise, et chaque weekend, il y avait une fête ou une soirée à thème ».

Un autre ancien résident s’exprime ainsi : « C’était comme un country club. On pouvait naviguer en bateau ou en canoë depuis la plage. Il y avait un restaurant chinois, un restaurant occidental et un café près de la piscine, qui était la plus grande piscine privée de Hong Kong. »

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Un succès éphémère

Bien que Sea Ranch ait été populaire le week-end, il n’a pas attiré suffisamment d’intérêt dans l’ensemble, ce qui a fortement affecté les coûts d’exploitation, selon un rapport annuel publié en 1980 par Hutchison Whampoa. Certains des résidents ont commencé à vendre leurs appartements. En 1984, la société de développement qui a créé Sea Ranch a accumulé une dette de plusieurs millions et a décidé de vendre ses actions de la société à un petit groupe de propriétaires à Sea Ranch.

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Un endroit laissé à l’abandon

La holding d’origine, Holiday Resorts, a été vendue à ses résidents pour un montant de 1 dollar. Peu après, la plupart des résidents ont fini par déménager, laissant un endroit fantomatique dans leur sillage. Holiday Resorts a continué de gérer l’immeuble résidentiel ainsi que le club house pendant une courte période. Après une série de litiges entre les propriétaires, plongeant le complexe dans le chaos, la bataille juridique a culminé à la fin des années 90 lorsqu’un groupe de résidents a formé un nouveau comité nommé Incorporated Owners, qui détient maintenant le contrôle majoritaire. Le club house et les installations sportives ont fini par fermer en 2002.   

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Du renouveau pour Sea Ranch

Toutefois, il y a eu une vague d’intérêt renouvelée pour Sea Ranch au cours des dernières années, avec des chiffres récents indiquant un taux d’occupation de 70%. Le manque d’internet, de commerces et même d’accès routier, permettent d’acheter un appartement à des prix avantageux qui n’ont rien à voir avec les coûts exorbitants du marché immobilier à Hong Kong. À titre d’exemple, un appartement d’une centaine de mètres carrés avec deux chambres, un grand balcon et une vue sur la mer, vaux environ 4 millions de HKD.

Au cours des douze dernières années, les prix des propriétés résidentielles de Hong Kong ont grimpé de 262 % selon le Global Property Guide. En conséquence, Sea Ranch a connu une résurgence, avec une centaine de résidents à plein temps et quelques locataires temporaires qui réservent des appartements pour un court séjour.

 

Sea Ranch Hong Kong
photo@YouTube

 

Un résident interviewé dans le documentaire parle de la situation actuelle de Sea Ranch : « une trentaine d’appartements sont occupés à temps plein, et entre 30 et 50 sont dédiés aux visiteurs du weekend, le reste est abandonné. Depuis notre déménagement en 2011, nous avons assisté à une transformation des lieux, avec l’achat et la rénovation d’un grand nombre de logements autrefois abandonnés. Les prix ont également augmenté, mais pas autant que dans le reste de Hong Kong».

Il n’y a pas de services médicaux ni magasins ou restaurants – mis à part un petit kiosque sur le quai. Les résidents doivent apporter toutes leurs fournitures par bateau et s’organiser autour des horaires du ferry pour Cheung Chau, le seul transport entre Sea Ranch et le reste de Hong Kong.

L’électricité est fournie par des générateurs de China Light and Power Company et il n’y a pas d’internet, mais le haut débit mobile fonctionne bien. L’eau est gratuite depuis une colline voisine et le gaz embouteillé est livré sur demande. Les frais de gestion sont élevés, car ils couvrent les coûts d’entretien, du personnel et du ferry.

 

 

Un accès exclusif aux résidents

Sea Ranch a été décrit par certains comme ayant une atmosphère post-apocalyptique, pour d’autres, il restera un paradis éloigné offrant espace et tranquillité. Quoi qu’il en soit, après une histoire pleine de rebondissements, Sea Ranch est toujours niché dans un coin paisible de Lantau pour ceux qui ne craignent pas un peu d’isolement.

Pour les non-résidents, toute tentative de prendre le ferry pour Sea Ranch entraînera un retour forcé des gardes de sécurité. Bien que l’accès par ferry soit interdit, la plage est censée être ouverte au public et peut être atteinte à pied par Pui O. Il est aussi possible de loger à The cove hostel Sea Ranch pour un court séjour.

 

Sur le même sujet
Claudia Delgado

Claudia Delgado

Mexicaine de langue française, Claudia est traductrice. Cela fait quelques mois qu’elle habite à Hong Kong et rédige des articles pour le Petit Journal
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale