Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Pourquoi le yacht d'un oligarque russe reste-t-il ancré à Hong Kong ?

yacht oligarque russe à Hong Kongyacht oligarque russe à Hong Kong
Le yacht "Nord" dans les eaux hongkongaises
Écrit par Mathis Nicod
Publié le 17 octobre 2022, mis à jour le 19 octobre 2022

Depuis le 5 octobre, Nord, yacht flambant neuf de 141 m, est ancré à Hong Kong, pour une durée maximale de 6 mois. Il appartient à l'un des hommes les plus riches de Russie, Alexey Mordashov. Dans le cadre de la guerre en Ukraine, la non-réaction de Hong Kong fait réagir les Etats Unis. Aucun changement n'est cependant prévu coté hongkongais. Explications

Le yacht d’un magnat russe sous sanctions américaines et européennes

Mordashov est un magnat de la sidérurgie en Russie. Il fut jusqu’en 2015 le CEO de Severstal, une multinationale minière et sidérurgique russe privatisée en 1993, qui n’a cessé de se développer depuis. Il reste l’actionnaire majoritaire, à 77%, et sa fortune personnelle s’élève, selon la « Forbes World’s Billionaires List », à 18.2 milliards de dollars, au 14 octobre 2022.

L’Union européenne a décidé le 28 février d’interdire Mordashov de voyage sur le sol européen, de geler ses actifs, notamment les 34% des part de TUI, une agence de voyage allemande, leader mondial sur le marché. De plus, l’UE promet de saisir yachts, jets et biens immobiliers de l'oligarque. Cela sera chose faite le 4 mars, puisqu’un autre de ses yachts, le Lady M, sera confisqué par les autorités italiennes, décision contestée en attaquant le Conseil de l’UE le 6 mai.

Mordashov est également sous sanctions américaines, britanniques, australiennes, suisses et japonaises.

 

Mordashov World Economic Forum  2018
Alexey Mordashov en janvier 2018. Photo Flickr, World Economic Forum / Sikarin Thanachaiary

Quel est l'objectif des sanctions contre la Russie ? 

D'abord, toucher l'économie russe afin de réduire les possibilités de financement de la guerre, ou de participation à l'effort de guerre. Sevenstal a par exemple stoppé toutes ses exportations vers l'Europe suite aux sanctions sur Moradshov. Si cela peut déstabiliser les entreprises européennes qui importaient cet acier, c'est un manque à gagner important pour Sevenstal. 

De plus, les sanctions touchant personnellement les oligarques, ils pourraient s'opposer à la guerre en Ukraine, une chose importante dans la lutte de soft power et de communication. Moradshov s'est d'ailleurs opposé à la guerre, le 28 février dernier, le jour des sanctions, appelant à « faire tout le nécessaire » pour stopper « l’effusion de sang ».

La proximité entre le propriétaire du yacht et Poutine

Plusieurs rencontres entre l’homme d’affaire et le président russe ont eu lieu ces dernières années. Selon l’agence de communication du Kremlin, ce sont des rendez-vous concernant les politiques d'emploi, d'investissement extérieur, de construction de pipelines,…

 

Moradshov Putin 2018
Moradshov et Poutine le 21 janvier 2018. Photo : Agence de communication du Kremlin

 

Le 24 février 2022, jour de l’offensive russe sur le sol ukrainien, Mordashov est convoqué par Poutine, avec d’autres grands chefs d’entreprises. Son porte-parole affirme que ce rendez-vous était destiné à prévenir les grands patrons qu’ils allaient sûrement faire l’objet de sanctions. Cela ne traduit pas un lien avec le pouvoir ni une quelconque implication dans le conflit en Ukraine selon lui.

Selon Tadviser, un portail d’information type Wikipédia spécialisé sur le business russe, Moradshov a revendu le 11 Mai 2022 ses parts du plus grand holding médiatique russe, National Media Group (NMG). Il détenait en 2015 26.2% du capital. Le groupe est propriétaire ou actionnaire principal de nombreuses chaînes et journaux d’Etat russes. 

Ces positions sont-elles le résultat des sanctions ou une réelle distanciation avec la politique du Poutine ? Impossible de le savoir. 

Le yacht de Mordashov à Hong Kong, une situation qui déplait aux Etats Unis. 

Selon l’autorité maritime de Hong Kong, un navire de plaisance ne peut entrer à Hong Kong qu’en fournissant des informations sur les passagers et le personnel de bord, des certificats de sécurité et de prévention de la pollution. Si Nord est ancré à Hong Kong, c’est donc qu’il est en règle.

 

position du yacht de Mordashov à Hong Kong
Rond violet entouré : la position du Nord le 16 octobre à 19h30. Capture d'écran Marine Trafic

 

Interrogé à ce propos dans une conférence de presse le mardi 11 octobre, John Lee, Chief Executive, expliquait simplement :

 

N’importe quelle sanction de l’ONU sera suivie par Hong Kong. […] Certains pays imposent certaines actions, c’est leur décision. Nous suivrons les sanctions de l’ONU » [s’il y en a].

Selon lui, imposer une sanction n’aurait, dans ce cas-là, pas de base légale et les décisions de sanctions sont unilatérales.

Mordashov n’est pas sur le yacht, selon son porte-parole rapporté par Bloomberg, mais les Etats Unis ont tout de même réagi à la nouvelle. Selon un porte-parole du Département d'Etat Américain, cette non-sanction pourrait faire apparaître la ville comme un refuge pour les individus sous sanction de plusieurs juridictions.

La réputation de Hong Kong en tant que hub international dépend de son adhésion aux règles et aux standards internationaux » 

Le yacht de Mordashov ne sera donc pas saisi à Hong Kong. Estimé à plus de 500 millions de dollars US, le yacht a tout de même changé de drapeau, passant des îles Cayman, territoire d’outre-mer britannique, à la Russie. C’est donc un drapeau russe que l’on peut apercevoir sur le yacht ancré coté nord-ouest de l’île de Hong Kong, selon la dernière position de Marine Traffic. 

Sujets du moment

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024