Dimanche 15 décembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nouveaux troubles ce week-end à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 03/11/2019 à 11:17 | Mis à jour le 04/11/2019 à 05:22
Photo : Affrontements dans le quartier de Causeway Bay
Manifestations Hong Kong

Après le bouclage du quartiers des bars de Lan Kwai Fong Jeudi soir, alors que des manifestants avaient décidé de profiter de la fête d‘Halloween pour défiler affublés de masques de carnaval, les manifestions se sont poursuivies ce week-end.

La méthode forte

La réunion de quatre jours du Comité Central du Parti Communiste Chinois se concluait Jeudi par un communiqué sur ”l’amélioration” du système actuel à Hong Kong, sans que l’on sache vraiment ce que recouvre ce terme ainsi que des préconisations pour utiliser la Basic Law dans le sens de la sécurité nationale. La dernière fois que de telles recommandations ont été faites, c’était avant la révolte des parapluies quand le gouvernement chinois avait décidé d’”améliorer” la manière dont étaient choisis les candidats aux élections au parlement de Hong Kong avec pour résultats le blocage de Central pendant 6 mois. Cette fois, il semble aussi que le processus de sélection du Chief Executive fasse partie des changements envisagés, Carrie Lam ayant perdu sa crédibilité aux yeux des Hongkongais et probablement de Pékin. L’évocation de restrictions de certains réseaux sociaux incitant à commettre des actes violents, la messagerie codée Telegram servant aux manifestants à échanger des consignes avant et en cours de rassemblement, étant nommément visée, font également partie des mesures envisagées par le gouvernement. Autant dire que l’assouplissement que semblait esquisser les annonces de la Chief Executive, en particulier concernant l’enquête indépendante sur les violences policières n’est pas acquis. Carrie Lam a d'ailleurs changé son agenda pour passer deux jours à Pékin Mercredi et Jeudi.

 

Manifestations Hong Kong
Tirs de lacrymogènes

 

Interdit d’élections

L’activiste Joshua Wong surtout connu pour son rôle dans la révolte de 2014, alors qu’il avait 15 ans et faisant partie du groupe parti réclamer des sanctions aux États Unis en cas de manquement au processus démocratique à Hong Kong, s’est vu refuser sa candidature aux élections législatives censées se tenir à la fin du mois, le 24 novembre. Celui-ci a en effet “pris des positions publiques en faveur de l’autonomie de Hong Kong contraires à la constitution”, selon le bureau chargé d’examiner les candidatures. Pour beaucoup, cette éviction est le signe de l’interférence de Pékin dans le processus local.

 

Affrontements 

Ils était des milliers ce Samedi, dont une centaine de candidats aux élections venus à Victoria Park pour tenir une "campagne électorale" après le rejet de de candidature de Joshua Wong. La manifestation n’était pas autorisée et la police ayant décidé proactivement de disperser le rassemblement, la tension n’a pas tardé à monter. Spray au poivre et arrestations conduisent les manifestants à s’éparpiller pour mener des actions dans le quartier de Causeway Bay. Puis des tirs de lacrymogènes suivis de canons à eau entament le ballet des affrontements auquel plus de cinq mois de manifestations nous ont hélas habitué. Pendant une grande partie de la journée, les quartiers de Causeway Bay, Wan Chai, Central sur l’île de Hong Kong mais aussi Mongkok et Tsim Sha Tsui sur Kowloon serviront de terrain de guérilla urbaine entre plusieurs milliers de manifestants et la police, barricades et cocktails Molotov d’un côté contre tirs de lacrymogènes et canons à eau de l’autre. Au cours de la journée, les locaux de l’agence de presse chinoise Xinhua à Wan Chai feront l’objet d’un attaque, les manifestants brisant les vitres et fenêtres de l’entrée et tentant de mettre le feu. 200 personnes seront arrêtées.

 

Manifestations Hong Kong
Samedi soir à Mongkok

 

Dimanche, un nouveau rassemblement était prévu dans le shopping mall New Town Plaza à Shatin, où plusieurs centaines de protestataires ont occupé le lobby et scandé des slogans avant l'arrivée de la police anti-émeutes. En soirée, un individu armé d'un couteau blessait 4 personnes près du métro Taikoo avant d'être battu par la foule.

À suivre

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook

 

Nous vous recommandons

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir