Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Melati Wijsen au Lycée Français de Hong Kong : « L'écologie, c'est maintenant »

L’activiste écologiste indonésienne de 22 ans était l’invitée d’honneur du lancement du festival du film du développement durable du Lycée Français International de Hong Kong. Elle a répondu à nos questions.

Melati Wijsen Hong KongMelati Wijsen Hong Kong
Melati Wijsen, activiste écologique de Bali, était l'invitée du festival du film du développement durable du LFI de Hong Kong.
Écrit par Guillaume Clément
Publié le 10 octobre 2023, mis à jour le 10 octobre 2023

Invitée du Lycée Français de Hong Kong

A 22 ans, Melati Wijsen a déjà beaucoup contribué à de nombreuses avancées écologiques dans le monde. Sur son île de Bali, son activisme lui a permis de faire adopter l’interdiction du plastique à usage unique. En Indonésie toujours, elle a commencé au niveau local avec le projet Bye bye Plastic Bag, pour étendre son action avec la plateforme Youthtopia. Au niveau planétaire, elle est devenue célèbre en effectuant des reportages sur des actions écologiques dans sept pays, pour en faire un documentaire poignant appelé « Bigger than us ».

C’est justement ce film qui a été projeté mardi 3 octobre à l’auditorium de Jardine’s du Lycée Français International de Hong-Kong, en ouverture du festival du film du développement durable et en présence de l’activiste indonésienne. Accueillie par Iv Charbonneau, directeur du festival, elle a également participé le lendemain à une journée de travail avec une soixantaine de lycéens, en partenariat avec la fondation caritative hongkongaise Crossroads. Par le biais de Youthtopia, Melati Wijsen interviendra aussi tout au long de l’année scolaire dans divers ateliers en ligne qui seront proposés aux participants du festival à Hong Kong et dans toute la région. En attendant, en marge de la séance inaugurale, elle a répondu à quelques questions sur son engagement.                                                                                                       

Pas besoin de tout résoudre en une nuit

Qu’attendez-vous d’un voyage à Hong Kong ? 

Ce voyage à Hong Kong est spécialement dédié à la collaboration avec le lycée français international pour lancer ce festival du film du développement durable. Je vois mon rôle ici comme étant d’ajouter de l’inspiration et de la motivation pour les étudiants qui conduisent ce projet, mais aussi pour fournir quelques conseils, encouragements et expériences.

Que diriez-vous à un jeune de votre âge habitant à Hong Kong qui souhaite s’engager ?

N’attendez pas d’être plus vieux pour créer du changement, mais aussi fractionnez ce que vous devez faire. Vous n’avez pas besoin de tout résoudre en une nuit. Peut-être qu’un bon endroit pour commencer est le bénévolat. En tout cas, nous avons besoin de vous et de vos compétences.

Les innovations vertes de Hong Kong sont un premier pas

Diriez-vous que les pays riches et les pays pauvres doivent faire le même effort pour l’environnement ? 

C’est souvent un point d’attention de beaucoup de conférences où je vais : le Sud global contre le Nord global. Je pense que cela doit davantage se passer est une collaboration, plus la reconnaissance que le Nord global doit apprendre de ses erreurs. 

Il y a beaucoup d’innovations vertes à Hong Kong. Pensez-vous que les problèmes écologiques peuvent être résolus par l’innovation ?

Je pense que la technologie peut prendre une très grosse part, mais aussi, venant de Bali, qu’un des plus importants éléments de nos cultures est la connexion humaine à la nature, et c’est peut-être là que la technologie construit un mur au lieu d’un pont. Mais comment pouvons nous utiliser la technologie pour faire cette connexion. Il y a par exemple des technologies qui amènent la nature dans les classes d’écoles.

Ma règle générale est d’être optimiste

Que pouvons-nous faire au quotidien quand nous vivons à Hong Kong pour faire avancer le combat écologique ?

Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire, et nous devrions faire des choses comme ne pas utiliser des plastiques à usage unique, ou faire plus attention à nos modes de transport, faire du bénévolat dans différentes organisations… Mais il est important de ne pas parler que des actions individuelles, mais aussi des changements de systèmes, en faisant pression sur les gouvernements ou les entreprises pour créer le changement.

Est-ce que votre tour du monde vous a rendue optimiste ou pessimiste ?

Cela dépend des jours, mais je pense que ma règle générale est d’être optimiste.

Est-ce que vous rêvez d’un monde sans plastique ?

Oui. Un monde idéal serait sans plastique à usage unique. C’est même plus que cela, c’est comment nous vivons en harmonie avec l’environnement, avec les personnes autour de nous et notre communauté, et comment nous sommes en équilibre avec notre conscience de soi. C’est un concept appelé Tri Hita Karana à Bali. C’est un mode de vie, vivre avec la communauté, la nature et notre conscience personnelle.

Sujets du moment

Flash infos