Samedi 4 juillet 2020
Hong Kong
Hong Kong

La loi sécurité de Pékin relance les manifestations à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 24/05/2020 à 17:30 | Mis à jour le 25/05/2020 à 01:08
Photo : Des gaz lacrymogènes sont lancés dès 13:00 ce dimanche dans le quartier de Causeway Bay
Manifestation Hong Kong loi de sécurité nationale

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies ce dimanche dans le centre commercial de Hong Kong pour exprimer leur opposition au nouveau projet de loi de sécurité nationale prévu par Pékin pour Hong Kong

La "fin de Hong Kong"?

Présentée ce Vendredi dans la cadre de la réunion du National People’s Congress à Pékin, la "loi de sécurité nationale" doit permettre de punir les actes de "sécession", "subversion", "terrorisme" et "ingérance étrangère" à Hong Kong. Il semble donc que Pékin envisage de traiter désormais l’opposition à Hong Kong comme elle le fait déjà sur le reste de son territoire, les définitions des délits étant largement liées à l’interprétation du pouvoir central.  Selon la chaîne américaine CNN, la mise en application de cette loi, au plus tôt en fin d’année, selon le rythme de vote du NPC, pourrait signifier "la fin de Hong Kong telle que nous la connaissons", du fait que les conditions de la transparence juridique ne sont plus réunies pour les affaires.

 

Manifestation Hong Kong loi de sécurité nationale
Manifestants en début de journée à Causeway Bay

 

Condamnation internationale

Après 6 mois de manifestations et d’opposition par les urnes à Hong Kong qui a vu le basculement de 17 districts sur 18 dans le camp des anti-Pékin, ce nouveau projet de loi a soulevé stupeur et indignation tant à Hong Kong que dans le reste du monde. Les députés d’opposition ont violemment manifesté leur désaccord dans les locaux du LegCo en dénonçant une atteinte au principe fondateur “un pays deux systèmes”. De même, à l'international, les voix de quelques 200 parlementaires et ministres de 23 pays se sont élevées dans une déclaration commune emmenée par l'ancien gouverneur britannique Chris Patten, contre la remise en cause de la relative indépendance de Hong Kong. La Basic Law, la constitution de Hong Kong ratifiée en 1997 lors de la restitution du territoire à la Chine par la Grande Bretagne stipule en effet que le territoire spécial sera administré par les Hongkongais. Or le projet de Pékin soutenu par Carrie Lam, la cheffe du gouvernement de Hong Kong prévoit de compléter cette constitution via les annexes, non soumises aux débats de l’assemblée.

 

Manifestation Hong Kong loi de sécurité nationale
Barricade vers 18:00 à Wan Chai

 

Retour dans la rue 

Un temps réduite au silence par la crise du coronavirus, la contestation à Hong Kong n'en a pas pour autant désarmé. Bien que le pouvoir ait banni les groupes de plus de 8 personnes au nom de la distanciation sociale, des rassemblements ont déjà eu lieu le 1er mai pour le Labour Day. Ce Dimanche, les opposants étaient venus manifester très tôt dans la journée à Causeway Bay, secteur habituellement dédié au shopping et aux bureaux. Les forces de l’ordre en tenue anti-émeute était quant à elles largement déployées, soit 6.000 policiers au total. Des 13:30, les premières grenades de gaz étaient lancées près du centre commercial Sogo et des barrages érigés sur Gloucester Road. Le quartier est rapidement bouclé, non sans avoir déployé des canons à eau. Puis c’est Wan Chai qui verra des groupes ériger des barricades à l’aide de barrières de protection, de pavés et matériel de signalisation urbain. En fin de journée, les groupes de policiers restaient déployés tandis que les manifestants occupaient encore certains carrefours. Un total de 180 arrestations a été effectué selon la police. 

A suivre

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir