Karine Yoakim Pasquier publie son deuxième roman à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 03/05/2022 à 13:41 | Mis à jour le 03/05/2022 à 13:41
Photo : @Nicolas Yoakim
karine sur fond rouge

Un mois après la sortie de son premier roman, Karine Yoakim Pasquier sort un deuxième ouvrage, destiné cette fois-ci à un public jeunesse et s’intitulant « À la poursuite du dragon ». Pour en savoir plus sur ce roman destiné aux 9 ans et plus, nous sommes allés à sa rencontre. 

« J'adore inventer de nouvelles histoires »

Vous publiez votre second roman. Pouvez-vous nous en parler ? 

Ce second roman est né grâce à plusieurs personnes que j’aime : ma sœur et mes filleuls. 

En effet, en 2019, je suis allée rendre visite à ma sœur, Laura, qui habitait alors à Zushi, un village se trouvant à environ 70 kilomètres de Tokyo, au Japon. Pendant ce séjour, elle m’a fait découvrir la région : la superbe ville de Kamakura, la baie de Sagami et surtout, l’île d’Enoshima avec ses nombreux temples et sanctuaires. Je connaissais déjà bien le Japon, mais ces petites villes balnéaires, avec leur ambiance à la fois traditionnelle et hipster m’ont totalement charmée. Mon imagination s’est évidemment mise en branle…

Puis, quelques mois plus tard, je suis retournée en Suisse. J’ai passé du temps avec mes filleuls, Elijah et Zoé, ainsi qu’avec leurs frères et sœurs. À chaque fois que je les vois, je leur raconte des histoires personnalisées. Et là, pendant ce séjour, ils m’ont réclamé une histoire qui se déroule au Japon. Je repartais à Hong Kong, mais je n’ai pas oublié leur demande. Et ainsi entre 2020 et 2021, chaque mois, je leur écrivais et je leur envoyais un chapitre par la Poste. Ils étaient évidemment les héros de mon histoire… et attendaient la suite avec impatience. Je me suis notamment inspirée de la légende du dragon d’Enoshima pour construire mon récit. 

Au printemps 2021, j’ai mis le point final à ce petit roman en me disant : oh, je devrais essayer de le faire publier. Juste pour voir. Neuf jours après, j’avais une réponse positive de la maison d’édition Oskar. 

« J'ai écrit ce roman pour garder le contact avec les miens »

 

Les filleuls de Karine qui lisent l’histoire
Photo@Karine Yoakim Pasquier

 

Vous voyagez entre Hong Kong et l’Europe. Comment cette situation vous a-t-elle inspiré ?

Ce sont mes voyages au Japon et plus spécialement ma sœur, Laura, qui m’ont inspiré. Elle y habite depuis plusieurs années et j’ai eu la chance de pouvoir aller lui rendre visite à plusieurs reprises. Passionnée d’aïkido, elle a notamment pu me faire découvrir les arts martiaux japonais… qui font partie prenante de mon récit (même si elle froncera très certainement les sourcils en voyant comment j’ai imaginé la vie d’un pratiquant en arts martiaux japonais…). 

Mais vivre à Hong Kong, loin de mes proches, m’a également forcé à faire preuve de créativité pour garder le contact avec mes filleuls : chaque année, je leur fabrique un calendrier de l’Avent personnalisé, je leur écris des cartes postales, je leur envoie des romans-photos pour illustrer mon quotidien ou je leur envoie des choses en lien avec les festivals de Hong Kong… mais surtout, je leur écris des histoires qu’ils reçoivent chaque mois. La distance est un vecteur d’inventivité ! 

 

roman karine pasquier

 

« Je suis guidée par la curiosité et l'imaginaire »

Vous avez de nombreuses activités : théâtre, écriture, journalisme, enseignement… comment conciliez-vous tout ça ? Quel est votre fil conducteur ?

Je crois que mes fils conducteurs sont la curiosité et l’imaginaire : qu’il s’agisse d’un article que je doive rédiger, d’une histoire que j’imagine ou d’un spectacle que je monte, je me laisse porter par toutes les découvertes, les nouvelles sensations que m’apporte ma vie à Hong Kong. 

Ensuite, je suis très organisée. Je m’alloue des plages spécifiques pour mes projets et j’arrive donc à avancer sans que certaines activités n’empiètent sur les autres. Mais ça demande parfois de sacrées compétences en Tetris, je dois bien l’avouer. 

 

karine pasquier port hong kong
Photo@Photocromatique

« Le tome 2 en déjà en relecture »

Un autre livre en préparation ? Quel sera votre prochain projet ?

Pendant le mois de mars, lorsque Hong Kong était en proie à de nombreuses restrictions, j’en ai profité pour terminer le tome 2 de « À la poursuite du dragon ». Il est actuellement en phase de relecture. 

Je travaille également sur un deuxième roman jeunesse qui se déroulera cette fois-ci à Hong Kong et partira sur les traces du pirate Cheung Po Tsai. 

Et, en parallèle, je suis en train d’écrire mon deuxième roman pour les adultes… et dont la trame nous mènera dans les Alpes suisses. 

 

Pour en savoir plus : 

À la poursuite du dragon, Karine Yoakim Pasquier, éditions Oskar – 2022

Roman dès 9 ans

Disponible prochainement à la librairie Parenthèse

Le résumé : 

À Tokyo, au Japon, Eli vit une petite vie tranquille, où il travaille en tant qu’apprenti cuisinier dans un izakaya. Mais le jour où un grand maître des arts martiaux vient manger dans son restaurant, son existence bascule. Il débute alors une formation dans un Dojo, afin de devenir un spécialiste des arts martiaux. Mais, tandis que l’année se termine, Néa, l’élève la plus douée de l’école, disparaît subitement.

Quel mystère entoure son départ… et quel est le lien avec le dragon d’Enoshima ? Pour le savoir, Eli et ses amis n’hésiteront pas à partir au secours de la jeune fille.

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale