3 écrivains à Hong Kong

Par Claudia Delgado | Publié le 26/11/2020 à 18:10 | Mis à jour le 26/11/2020 à 18:10
écrivain Hong Kong

Dans le cadre du Festival de Littérature de Hong Kong, lepetitjournal.com est allé à la rencontre de trois écrivains, membres du Cercle des Écrivains (HK Writers Circle), qui chaque année édite une anthologie sur un thème différent, lors de cette édition ils présentent leur 16e publication.

Nous avons parlé avec J.M.Wong, Hongkongaise de 26 ans, Stewart McKay, Ecossais de 34 ans et Reena Bhojwani, Hongkongaise de 33 ans. Tous les trois partagent leur temps entre l’écriture et l’enseignement.  

Débuts littéraires

Quand et pourquoi as-tu commencé à écrire ?

J.M. : écrire est quelque chose de naturel pour moi, presque comme respirer. Cela m’aide à voyager dans un monde fantastique, où j’échappe à mes problèmes. J’écris depuis l’âge de 10 ans, d’abord en chinois et plus tard en anglais. J’ai publié mon premier roman "Under Her Cursed Scythe" en 2018.

Stewart : j’ai toujours aimé écrire, même enfant, mais je ne le prenais pas au sérieux. Il y a une dizaine d’années, j’ai pris des cours de création littéraire au Royaume-Uni, ça a été mon point de départ. En arrivant à Hong Kong il y a huit ans, j’ai trouvé le Cercle des Écrivains et suis un membre depuis lors.

Reena : j’étais jeune lorsque les mots entrèrent dans ma vie. J’ai grandi dans une famille de conteurs où jouer au scrabble était un passe-temps habituel. A 9 ans j’ai écrit une nouvelle pour mon cours d’anglais intitulé "bras de poulet" qui a été publié dans le magazine littéraire de l’école. C’est là que tout a commencé. En 2018 j’ai gagné le concours du Peel Street Poetry Slam et actuellement j’écris des livres jeunesse.  

écrivain Hong Kong
J.M.Wong

Comment le COVID a affecté ton travail d’écrivain(e)?

J.M. : dans le passé, j’étais toujours stressée lorsque je devais trouver des idées sur le sujet d’une anthologie en si peu de temps, mais à cause de l’épidémie j’ai pu travailler de chez moi et eu plus de temps pour réfléchir, pour assimiler les commentaires des éditeurs et pour parfaire ma nouvelle.

Stewart : le COVID n’a pas changé grande chose au niveau de mon écriture, car pour moi c’est une poursuite solitaire. Au début ça m’a donné plus de temps pour écrire étant donné que je travaillais de chez moi et qu’il n’y avait rien d’autre à faire ! Au sein du Cercle, on se retrouvait par zoom lors des ateliers et je serais tellement heureux si je n’avais plus à faire d’appel vidéo pour le restant de mes jours, mais pour le moment c’est irréaliste.  

Reena : malgré le COVID j’ai pu écrire quelque chose pour l’anthologie de cette année (ma 11e contribution) mais cela n’a pas été le cas de tout le monde et le recueil de cette édition est en effet plus mince.

écrivain Hong Kong
Stewart

Influences littéraires

Quel livre a eu sur toi l’effet que tu aimerais recréer chez tes lecteurs?   

J.M. : c’est un peu cliché, mais les séries de Harry Potter ont eu un grand effet sur moi depuis mon enfance et c’est une des raisons pour laquelle j’adore le genre de la fantasy urbaine qui se déroule dans un monde comme le nôtre et où le coté fantastique existe parallèlement. C’est un contexte plutôt réaliste qui ajoute des touches de magie dans une réalité monotone. J’aimerais que mes lecteurs éprouvent cette même joie et ce même engouement lorsqu’ils me lisent.

Stewart : les livres qui ont eu la plus grande influence sur moi, sont ceux que je n’imagine pas pouvoir égaler un jour. "Chroniques de l'oiseau à ressort" de Murakami est un chef d’œuvre qui te donne envie de balancer ton stylo à la poubelle pour ne plus jamais écrire, tout comme la trilogie "Le Conseiller" de Hilary Mantel. Récemment j’ai lu "Tin Man" de Sarah Winman, un récit beau et déchirant, j’espère qu’un jour mes écrits pourront avoir cette puissance. 

Reena : je ne suis pas une auteure littéraire. Je veux faire ce que Roald Dahl, Dr Seuss, Vivian French, J.K.  Rowling, F.E. Higgins and Brandon Mull ont fait pour moi. J’aimerais créer une maison dans le cœur des lecteurs, être une voix dans leur tête. Je veux graver ma magie si subtilement qu’elle reste dans l’esprit de chaque lecteur bien après la dernière page.

écrivain Hong Kong
Reena

 Si tu pouvais vivre éternellement dans un roman de ton choix, quel serait-il ?

J.M. : j’adorerais vivre dans le premier tome de Harry Potter, lorsqu’on découvre cet univers et ses personnages qui sont encore enfants. Ce tome est moins sombre et plus insouciant, les dangers arriveront plus tard, on se focalise sur la nouveauté du monde magique.

Stewart : vu le chaos qu’a été l’année 2020, j’aimerais partir vivre dans le monde romanesque de PG Wodehouse, notamment dans ses histoires de "Jeeves et Bertie" ou dans celles de "Blandings Castle". Évasion absolue et totale vers une époque plus simple (qui par ailleurs n’a jamais existé).

Reena : dans le monde de "Fablehaven" de l’auteur Brandon Mull ainsi que dans les "Cinq Royaumes" de Vivian French (The Five Kingdoms), ils sont tous les deux fantastiques et amusants sans la dangerosité du monde de Harry Potter (à moins qu’on cherche des ennuis).  

Lire et écrire à Hong Kong

Quels sont les meilleurs endroits pour lire et écrire à Hong Kong? 

J.M. : West Kowloon Art Park est mon endroit préféré pour lire et écrire. Il y a des espaces ouverts pour se relaxer et faire un pique-nique. On profite du coucher du soleil et de la vue sur le port. Je peux boire ou manger dans un des restaurants des alentours. Je vais souvent aux cafés Hooman et au Rest Coffee and Gin.

Stewart : je lis principalement chez moi ou à la plage en été, mais Hong Kong a des bons endroits pour écrire pendant quelques heures, le café Kubrick à Yau Ma Tei est très près de chez moi et c’est là que je vais la plupart de temps. Malheureusement, Hong Kong étant Hong Kong, c’est bondé les week-ends, il faut donc arriver tôt ou y aller un soir de semaine.  

Reena : j’aime lire presque partout, notamment dans les bibliothèques et sur certaines promenades en bord de mer (surtout en cette période de l’année). Quant à l’écriture, j’affectionne particulièrement d’écrire chez moi ou dans les bibliothèques.    

Je remercie ces trois auteurs d’avoir partagé avec nous leur passion de la lecture et de l’écriture. En ces temps de COVID où les voyages semblent irréalisables, découvrez d’autres mondes à travers la plume d’un écrivain, voyagez par le biais de la littérature et explorez des terres inconnues par la magie de la fiction

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Sur le même sujet
Claudia Delgado

Claudia Delgado

Mexicaine de langue française, Claudia est traductrice. Cela fait quelques mois qu’elle habite à Hong Kong et rédige des articles pour le Petit Journal
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale