Ouverture des frontières de Hong Kong, les compagnies aériennes font pression

Par Anaïs Joly | Publié le 05/06/2022 à 16:27 | Mis à jour le 06/06/2022 à 05:12
Photo : @unsplash/VOO QQQ
avion hong kong

Depuis quelques semaines, Hong Kong est sujette aux pressions des compagnies aériennes qui menacent de passer par d’autres hubs asiatiques si les réglementations très strictes continuent. Malgré les efforts de Hong Kong pour assouplir les suspensions de vols, Singapour pourrait bien devenir le futur Hub aérien de l’Asie. Beaucoup suggèrent donc que la ville devrait s’ouvrir à l’étranger avant de s’ouvrir à la Chine continentale, encore très affectée par une forte vague de covid.

Pression des compagnies aériennes sur Hong Kong 

Les compagnies aériennes commencent à exprimer leur ras-le-bol à Hong Kong en raison des mesures très strictes qui leur sont appliquées. Jusqu’à récemment, Hong Kong appliquait des suspensions de vols lorsque des passagers étaient positifs au covid ou ne présentaient pas les bons documents à leur arrivées. Pour rappel, les membres des équipages aériens sont aussi contraints de s’isoler et se tester durant les escales, même si leur quarantaine a été réduite de 7 à 3 jours. 

Les compagnies aériennes ont ainsi prévenu qu'elles contourneraient Hong Kong si les restrictions de voyage subsistent, et qu’elles opteront pour d’autres hubs tels que Singapour, qui s’ouvre au monde. Bien que Hong Kong ait assoupli certaines restrictions pour les voyageurs le 1er mai, l'industrie aérienne affiche son mécontentement vis à vis de la quarantaine obligatoire de sept jours pour toutes les arrivées, des règles strictes de flight bans ainsi que des quarantaines obligatoires pour les membres d’équipage. Singapour et Bangkok étant désormais plus faciles à traverser pour les voyageurs, les compagnies aériennes ont déplacé la demande de Hong Kong vers ces hubs.

Singapour : un nouveau hub pour remplacer Hong Kong ? 

Malgré l'assouplissement de certaines restrictions, Hong Kong n'a pas connu de forte augmentation en termes d’arrivée de touristes, avec seulement 1 770 arrivées de non-résidents dans son aéroport du 1er au 19 mai. D’un autre côté, les arrivées à l'aéroport de Singapour devraient atteindre plus de 40% des niveaux d'avant la pandémie ce mois-ci et augmenter jusqu’à  50% plus tard cette année.

Selon les données du cabinet mondial de conseil en aviation Cirium, il n'y a pas de vols vers Hong Kong en mai et juin pour Finnair, KLM ou Virgin Atlantic. Lufthansa avait programmé seulement 19 vols en juin et Swiss International Air Lines en avait quatre. En comparaison, l'aéroport de Changi à Singapour comptait 30 vols programmés par Finnair en juin, 52 pour KLM, 50 pour Lufthansa et 13 pour Swiss International Air Lines.

Les chefs de file de l'industrie des transports aériens ont averti que Hong Kong pourrait mettre des années à retrouver son statut de hub aérien, tandis que son rival Singapour en bénéficierait après avoir assoupli ses restrictions pour les voyageurs. Si les voyageurs quittent Hong Kong pour des centres de transit tels que Singapour, Bangkok et Dubaï, les compagnies aériennes chercheraient à répondre à cette demande.

Shukor Yusof, de la société de conseil en aviation Endau Analytics, a convenu que les compagnies aériennes suivraient la demande, mais a déclaré qu'il y avait encore de l'espoir pour Hong Kong de retrouver son statut de hub aérien, si la ville s’ouvre au monde le plus rapidement possible. 

 

arrivee aeroport de Hong Kong

 

Assouplissement des flight bans mais renforcement des tests post-quarantaine à Hong Kong 

Récemment, Hong Kong mettait à jour son mécanisme de flight ban, afin de trouver un compromis entre les attentes des compagnies aériennes et les conditions sanitaires. De cette façon, si le mécanisme de flight ban est déclenché seulement une fois en 10 jours, les compagnies aériennes auront seulement à payer une amende de 20 000 HKD (2 550 USD) et recevront un avertissement, plutôt que d'interrompre complètement leur itinéraire de vol pendant 5 jours. 

Dès le 1er juin également, les voyageurs ayant atterri dans la ville après le 24 mai et ayant terminé leur quarantaine devront subir un test PCR supplémentaire le 9ᵉ jour de leur arrivée. Selon la réglementation actuelle, les passagers arrivant de l’étranger doivent effectuer des tests antigéniques rapides quotidiens pendant leur quarantaine en plus d’un test PCR le 5ᵉ et 12ᵉ jours de leur arrivée. Ils devront maintenant effectuer deux tests PCR après la fin de leur quarantaine, le 9ᵉ et 12ᵉ jours de leur arrivée.

Pour plus de détails, accédez à un précédent article à ce sujet

Rouvrir Hong Kong aux pays étrangers, et à la Chine ensuite 

En plus de l’assouplissement des réglementations covid, nombreux sont ceux qui conseillent à Hong Kong de se rouvrir au monde avant de se rouvrir à la Chine. Le président d'Eurocham, Frederik Gollob, et la présidente de la Chambre générale de commerce de Hong Kong, Betty Yuen So Siu-mai, ont récemment appelé à la fin de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs. Betty Yuen a ainsi mis en garde contre le risque de manquer des opportunités financières dans la ville et de perdre des atouts commerciaux causés par les restrictions de voyage de Covid-19. 

Elle a déclaré : « Hong Kong est une économie ouverte et tournée vers l'extérieur ».  « Pouvoir reprendre les voyages est de la plus haute importance, que ce soit avec la métropole ou avec l'étranger. Mais nos restrictions strictes nous ont presque fait ressembler à une île séquestrée ». Inaki Amate, président de la Chambre de commerce espagnole et vice-président de l'Eurocham, a déclaré comprendre que l'ouverture de la frontière avec la Chine continentale restait une priorité pour Hong Kong, mais déclare que la ville ne devrait pas ignorer l'opportunité de s'ouvrir au reste du monde.

« S'il y a une opportunité de commencer à s'ouvrir au reste du monde, alors que la Chine commence à s'améliorer, faisons-le », a-t-il déclaré. « Et quand la Chine sera prête, ouvrons-nous à la Chine ».

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale