Vendredi 23 août 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Quand Hong Kong était à la campagne

Par Didier Pujol | Publié le 29/01/2019 à 16:00 | Mis à jour le 30/01/2019 à 02:12
Photo : Des vaches paissent paisiblement à Lantau à quelques km du centre ville @Didier Pujol
Campagnes Hong Kong paysages verdure

Il fût un temps où certaines plaines et collines de Hong Kong, encore vierges de constructions, ressemblaient plus à celles de Vietnam ou du Yunnan qu’à celles de la mégapole que nous connaissons.

Lorsque vous vous promenez à Lantau ou à Sai Kung, il n’est pas rare que vous croisiez des troupeaux de vaches circulant librement sur la route. Cette scène, surprenante au premier abord, s’explique par la présence dans ces lieux, il y a encore quelques décennies, d’animaux de trait utilisés pour cultiver les champs de riz des Nouveaux Territoires.

Parmi eux, les buffles d’eau, sont attestés depuis le début du 19ème siècle. Nombreuses sont à ce titre les vieilles photos mettant en scène des paysans labourant un champ avec leur buffle ou battant le riz dans des grands paniers d’osier, que ce soit à Sha Tin ou à Yuen Long.

 

Agriculture extensive

Jusqu’à la fin des années 1960, l’agriculture et la culture rurale tenaient encore une place importante à Hong Kong. Venus à la fin du 18ème siècle réinvestir les terres laissées en jachère par l'Empire Chinois, longtemps désireux de maintenir la zone côtière inhabitée pour des raisons militaires, les Hakkas se sont installés dans les Nouveaux Territoires. Ces paysans de tradition ont parfois bénéficié du soutien de missionnaires étrangers comme à Yim Tin Tsai. Dans les années 1950s, l’afflux des réfugiés chinois, pour beaucoup issus de la paysannerie, viendra compléter les populations des campagnes.

 

paysan rizière hong kong buffle
Sam Tung Uk Heritage Museum - collections et photos - Tsuen Wan

 

Il valait mieux en effet à l’époque avoir un lopin à cultiver loin du centre ville que de croupir dans les taudis au-dessus de Wan Chai (voir l'épisode du glissement de terrain dans le film Suzie Wong) ou à Shek Kip Mei, dont le terrible incendie du 25 Décembre 1953 a laissé près de 53.000 sans abris. Parmi les réfugiés, les anciennes troupes du Kuomintang occupaient une place bien particulière puisque la sédentarisation de communautés autogérées comme celle de Rennie’s Mills, englobée aujourd’hui dans la ville nouvelle de Tseung Kwan O, permettait d'une certaine manière de limiter la contagion chinoise nationaliste en ville.

Pique-nique et lait frais

Parmi les souvenirs souvent évoqués par les gweilos des années 1960, figurent les promenades dominicales en famille dans les Nouveaux Territoires pour profiter de l’air frais. On allait alors faire des pique-niques ou bien déjeuner dans l'un des deux restaurants à la mode sur les hauteurs de Shatin: Yucca De Lac ou Shatin Heights Hotel, où l'on goûtait une ambiance proche de celle de la Suisse des bords du Lac Leman, la mer entrant alors profondément dans la vallée.

 

hotel restaurant hong kong 1960 campagnes
Restaurants sur les hauteurs de Shatin - Photos @Gwulo

 

L’île de Hong Kong avait, elle aussi, sa face campagne puisque les pentes de Pok Fu Lam, déjà cultivées depuis plusieurs siècles, accueillaient jusqu'en 1983 des vaches dont on le lait était destiné à la consommation de la colonie. Le bâtiment sur Ice House Street qui abrite désormais le Foreign Correspondant Club était précisément l'entrepôt de cette entreprise, Dairy Farm, devenue entre-temps un géant mondial de l'agro-alimentaire. Sur l'île de Lantau, le monastère situé au Sud de Discovery Bay entretenait également un cheptel de vaches laitières pour les besoins des trappistes.

 

ferme Vaches laitières hong kong
Une exploitation laitière de Pok Fu Lam (@Gwulo) et l'entrepôt de Dairy Farm, actuel Fringe Club et FCC

Que reste-t-il aujourd’hui?  

Le temps des rizières et des animaux de trait est logiquement révolu. Lors du boom industriel de la fin des années 1960, les communautés rurales ont perdu de leur attrait, les terrains plats étant choisis en priorité pour accueillir villes nouvelles et projets industriels.

L’accès aux transports devenant primordial pour se rendre dans les lieux d’emploi, les îles et secteurs reculés sont progressivement délaissés. Les propriétaires de vaches et buffles d’eau les ont tout simplement abandonnés, les rendant de fait à la vie sauvage.

Il reste 120 buffles sur Hong Kong dont les deux-tiers à Lantau, leur nombre étant limité pour éviter les problèmes de cohabitation avec l'homme. Pourtant, même si les bovins ne croissent plus, les constructions ne s’arrêtent pas, menaçant cette biodiversité fruit d'une histoire unique.

A Yi O, au sud de Tai O, on a récemment relancé la culture expérimentale du riz et les villages abandonnés de la baie de Sai Kung sont aujourd'hui reconvertis en attraction. Aussi, même si, à Hong Kong, préservation de la mémoire et développement économique font rarement bon ménage, l'avenir en ce domaine reste à écrire.

 

riziere hong kong

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Melbourne Appercu
FAMILLE

Littérature enfantine : le top 6 des auteurs australiens

Votre petit se prépare pour son premier jour en crèche ou dans une maternelle australienne? Un petit tour d’horizon des livres pour enfants les plus populaires, écrits par des auteurs australiens.