Dimanche 5 décembre 2021
TEST: 2261

Hainan : le nouveau Dubaï chinois

Par Carlota Pinero | Publié le 26/05/2021 à 15:00 | Mis à jour le 30/05/2021 à 22:21
Photo : L'île artificielle Ocean Flower vue du ciel n'est pas sans rappeler Palm Jumeirah à Dubai@NASA Earth Observatory/Lauren Dauphin
vue NASA de Ocean Flower Island à Hainan

L’île province de Hainan est l’un des plus ambitieux enjeux d’ouverture économique du gouvernement chinois. En quelques années, l’île est devenue un vivier commercial et touristique de taille, un temple de la consommation et du divertissement qui se veut concurrencer Hong Kong et Singapour à long terme. Mais que trouve-t-on sur cette île surnommée la Dubaï asiatique ? Lepetitjournal.com vous emmène en voyage…

Le nouveau «Dubaï à la chinoise»

Proche du Vietnam et de Hong Kong, l’île de Hainan au climat paradisiaque se situe au sud de la Chine. L’île province compte environ 9 millions d’habitants et sa superficie, comparable à celle de Taïwan, s’étend sur environ 35 000 km². Hǎinán signifie littéralement «au sud de la mer», elle est aussi surnommée «la queue du dragon» en référence à son emplacement à l’extrême sud de la Chine.

 

Hainan Chine
Photo@Wikimedia Commons

 

Historiquement, l’île était employée par les empereurs pour envoyer les sujets gênants dont on souhaitait se défaire. Aujourd’hui, c’est un lieu de villégiature très prisé où se pressent les touristes en quête d’évasion et désireux de consommer des produits de luxe, notamment à Sanya.

À l’origine, l’île volcanique se composait de petites villes côtières de pêcheurs et présentait un des plus faibles PIB de la Chine. En 2017, le Président du gouvernement chinois en personne décide de transformer Hainan en un pôle commercial et industriel majeur et d’en faire une destination touristique de rêve. Un haut lieu pour les grandes fortunes du pays et du reste du monde. Ce projet de créer un «Dubaï à la chinoise» en une des plus grandes puissances économiques mondiales concurrencerait directement Singapour et Hong Kong.

 

 

La ville de Sanya: centre touristique et temple de la consommation

La crise sanitaire qui aurait pu être néfaste pour l’économie de l’île eut un effet contraire. Les frontières étant fermées, Hainan est devenue la destination préférée des Chinois en manque d’évasion. L’afflux de touristes a considérablement augmenté le chiffre d’affaires de l’île.

En 2021, l’île province bat tous les records avec plus de 4,5 millions de vacanciers durant le mois de février pour seulement une seule semaine de vacances, soit quatre fois plus qu’en 2020. Ce boum économique du secteur touristique de l’île est largement influencé par le contexte de crise sanitaire, mais pas seulement.

Son succès, elle le doit également à ses nombreux complexes touristiques qui bordent les côtes de la province. La ville de Sanya est sans nul doute l’une des zones touristiques les plus fructueuses et attractives de l’île.

 

Sanya Hainan Chine
Vue d’une baie de la ville de Sanya (sud de Hainan) — @Photo Pavel Roev — Unsplash

 

La ville de Sanya, située au sud de l’île-province, est une idylle en plein essor touristique. La côte de Sanya s’étend sur 258 km et abrite un grand nombre de baies et de plages. La baie de Sanya est l’une des cinq baies majeures de la ville. Elle offre une plage de 22 km et une vue imprenable sur les îles de Xidao et de Dongdao.

Cette ville côtière est la promesse pour les vacanciers d’une expérience unique entre tradition et modernité. En effet, les amateurs de culture peuvent par exemple aller observer l’immense statue de Guanyin, déesse Marine de la Miséricorde et protectrice des enfants.

 

 

Cette imposante statue à trois visages mesure 78 mètres de hauteur et atteint les 108 m avec son socle. De nos jours, elle fait partie des plus grandes sculptures au monde.

L’incroyable complexe Atlantis Sanya

Outre le patrimoine traditionnel, le succès de la ville repose en grande partie sur la multitude d’offres de résidences, d’hôtels de luxe et de services touristiques modernes tel que le complexe Atlantis Sanya, l’un des plus grands projets du sud de l’île.

Après quatre ans de travaux, le complexe touristique ouvre ses portes le 28 avril 2018. Le projet a coûté 1,65 milliard de dollars, les travaux ont été confiés à la firme Fosun International et la gérance à Kerzner, qui supervise déjà l’Atlantis The Palm à Dubaï.

 

Atlantis Sanya hainan chine
Complexe de l’Atlantis de Sanya vue du ciel — @Photo de Thelench — Commons Wikipedia

 

Le vaste complexe de 54 000 m² surplombe la baie d’Haitang et la mer de Chine méridionale avec comme pièce maîtresse une luxueuse tour de 52 étages. La tour comprend 1160 chambres et plus de 150 suites, dont cinq suites dites «sous-marines».

En effet, ces cinq suites d’exception donnent directement sur un aquarium géant d’une capacité de 13 millions de litres d’eau de mer et qui abrite plus de 86 000 êtres vivants (environ 270 espèces différentes). La tour comprend également des clubs privés, un théâtre de 1 800 places pour des spectacles et des démonstrations, des restaurants, des bars, un spa, mais aussi un parc aquatique. Toboggans, piscines en tout genre, centres d’activités et terrains de jeu aquatiques accueillent les familles en quête de sensation forte, d’amusement ou de relaxation.

Enfin, pour s’assurer que les touristes passent un séjour complet, la station comprend un centre commercial géant qui propose un certain nombre de boutiques de marques de luxe.

 

 

Le duty-free de Sanya

Un autre succès financier du sud de l’île e­st assurément le Sanya International Duty-Free Shopping Complex. Ce complexe commercial se trouve à seulement 30 min du centre-ville de Sanya, tout proche de l’Atlantis. Le bâtiment d’une surface totale de 43 000 m² a reçu un investissement total de 800 millions de dollars. À noter qu’une potentielle extension est envisagée et le complexe s’étendra alors sur plus de 200 000 m². Sur trois étages se déploient près de 500 marques de renommée mondiale. Ce centre commercial est l’une des plus grandes zones de duty-free du monde.

Chaque jour, plus de 30 000 consommateurs viennent faire du shopping dans ses magasins de luxe en quête de bonnes affaires. Ce temple de la consommation est un véritable paradis moderne où tous les désirs sont possibles.

Parmi les enseignes de parfums, bijoux, montres, cosmétiques, sacs ou prêt-à-porter haut de gamme, les acheteurs peuvent trouver des mets très prisés tels que du caviar ou encore des whiskys d’exception. De longues files d’attente se forment devant les boutiques et ne désemplissent pas de la journée. Cet engouement sans précédent est compréhensible, car les acheteurs peuvent se permettre des folies en bénéficiant de prix détaxés pour des produits de luxe.

 

hainan chine phoénix island
Vue de nuit des tours de l’île artificielle Phoenix — @Photo Denny Ryanto — Unsplash

 

Depuis que les frontières chinoises ont été fermées, de nombreux acheteurs viennent spécialement faire leur shopping à défaut de pouvoir aller en Corée du Sud, à Hong Kong ou Singapour. La crise du Covid a été largement profitable aux zones de duty-free de Hainan et les consommateurs peuvent désormais dépenser le double de la somme autorisée, soit environ 14 000 dollars.

Selon Lui Xiandong, le directeur général du siège de China Duty-Free Group, les boutiques hors taxe ont largement stimulé le tourisme local et ont aussi permis la création de 1 800 postes. L’ensemble des boutiques détaxées de l’île ont dégagé un chiffre d’affaires d’environ 4 milliards de dollars en 2020.

Au début de l’année, les ventes ont explosé avec un total de 568,5 millions de dollars pour le mois de janvier et plus de 736 millions pour le mois de février. Durant les vacances de février pour le Nouvel An chinois Hainan a accueilli environ 828 000 personnes.

Mais, d’autres projets de grande envergure économiques sont en cours pour booster l’attraction touristique telle que l’île artificielle Phoenix située à l’extrémité de la grande plage de la baie de Sanya.

L’île artificielle de Phoenix: un projet en cours

La baie de Sanya présente une originalité, elle est dotée d’une île artificielle avant-gardiste nommée Phoenix Island. Surnommée la «Dubaï de Chine», l’île s’étend sur 365 000 m², elle mesure 350 m de large et 1250 m de long et est reliée à Sanya par un vaste pont mesurant pratiquement 400 m de long.

L’île artificielle est pourvue de cinq immenses tours faites de verre et d’acier, dont les façades reflètent la surface de l’eau. Ces buildings de luxe ont été réalisés grâce à un investissement total de 464 millions de dollars. En 2019, le directeur de Sanya Travel Guide, M. Thomson Zhang, expliquait à Euronews que le développement de l’île artificielle était prévu en deux étapes. «La première, ce sont les appartements de luxe, les hôtels et les terminaux internationaux pour les navires de croisière : ce qui veut dire que nous accueillons des visiteurs du monde entier. [...] Lors de la deuxième étape, nous construirons d’autres infrastructures pour les croisiéristes avec un parc à thèmes et un centre commercial duty-free».

 

Hainan Chine
Le complexe de Phoénix Island - Photo@Wikimedia Commons

 

L’île artificielle ne connaît pas encore un grand afflux et est loin du succès de l’île de Palm Jumeirah de Dubaï. En effet, il n’y a pas grand intérêt à visiter l’île, car elle est toujours en construction. Toutefois, il est possible d’apprécier la vue depuis la baie à la nuit tombée et d’admirer ces grandes tours de verre aux éclairages exceptionnels.

À terme, l’île artificielle proposera des hôtels de luxe, des appartements haut de gamme, des rues commerçantes, un centre de congrès international, un yacht-club et un port pour accueillir les paquebots. Pour attirer toujours plus de clientèle, les vacanciers pourront également bénéficier d’une aire sportive et récréative et surtout d’un complexe commercial duty-free.

L’accroissement économique de Hainan est édifiant. Nombreuses sont les entreprises à investir et alimenter cette course effrénée du marché touristique où fleurissent tous les jours de nouveaux projets, à l’image du duty-free de Haikou, au nord de l’île. (Source : Bulletin d’analyse économique du Service économique régional de Pékin, Ambassade de France en Chine, juillet 2020)

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook

 

Nous vous recommandons
WhatsApp Image 2021-05-11 at 10.53.18

Carlota Pinero

Carlota Piñero, anciennement médiatrice culturelle à Paris, a rejoint l'équipe du Petit Journal et leur prête sa plume pour rédiger des articles sur divers sujets.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Nicolas Piñero ven 28/05/2021 - 12:56

Bonjour , article très intéressant et très surprenant pour une personne ne connaissant pas la Chine , ne connaissant que part les médias français une Chine différentes . Très impressionnant toutes ses constructions touristique ainsi que la déesse de la mer et des enfants ...En bref bel article avec une belle compréhension grâce à l'écriture ainsi que les vidéos . Félicitations .

Répondre