Français Libres: Une cérémonie très émouvante à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 14/12/2019 à 04:33 | Mis à jour le 14/12/2019 à 16:17
Photo : La découverte de la stèle rénovée des Français Libres au cimetière de Stanley: de g. à d., C. Hammerbeck, P. Deponcelle, L.F. Salvador, P. Sierleja, T. Sarrazin, A.Giorgini, François Drémeaux, X.Pech
Français Libres Hong Kong

Les enfants du Lycée Français étaient là pour chanter en mémoire de la France Libre engagée à Hong Kong ce Vendredi 13 décembre au cimetière militaire de Stanley en présence d’un vétéran de 95 ans du débarquement en Normandie.

La nouvelle stèle 

Cette édition revêtait un caractère spécial puisque devait être inaugurée une nouvelle stèle des Français Libres, portant 5 nouveaux noms de nos compatriotes morts pour la France à Hong Kong à l’occasion de la Seconde Guerre Mondiale. En présence des officiers de réserve français à Hong Kong et des représentants des forces armées engagées dans le conflit, le Consul de France à Hong Kong et Macao Alexandre Giorgioni a dévoilé le nouveau monument aux côtés de François Drémeaux, président du Souvenir Français de Hong Kong et du colonel Philippe Deponcelle, attaché militaire français venu tout spécialement de Pékin.

 

 

Les élèves de 3ème du LFI et leur professeurs de chant et d’histoire étaient aux premiers rangs pour citer les noms des martyrs et leur histoire, réciter le poème "Liberté"  de Paul Eluard et chanter le "Chant des Partisans". Parmi les nouveaux noms inscrits sur la stèle figurent deux employés du consulat, originaires d'Indochine Française, tombés pour la France face aux Japonais, marquant ainsi la reconnaissance de notre pays pour le sacrifice de ceux que l’on nommait alors les "coloniaux".

 

John Sievert, vétéran du D Day

Il assiste régulièrement aux événements de commémoration à Hong Kong, John Siewert, natif du Wisconsin, est né en février 1924 et avait 18 ans au moment de son incorporation dans la Navy, à peine quelques mois après les événements de Pearl Harbour. Le 6 juin 1944 à 5:30 du matin, il participe en tant que timonier du destroyer "USS Satterlee" au pilonnage de la Pointe du Hoc en Normandie, visant à réduire au silence les batteries côtières allemandes, facilitant ainsi la prise d'un falaise de 30 mètres de haut par 300 Rangers équipés de cordes et de grappins. Cet épisode, relaté dans le film “Le Jour le plus long” est l’un des plus héroïques du débarquement en Normandie.

 

Français Libres Hong Kong
John Siewert, 95 ans aujourd'hui, transmet la mémoire à la nouvelle génération, ici entouré des élèves du LFI

 

John participera ensuite au débarquement de Provence, son bateau escortant les troupes américaines et françaises (la deuxième DB du General Leclerc). Son destroyer coule alors un sous marin allemand Ubot venu attaquer la flotte d'invasion. Affecté par la suite aux missions de protection dans le Pacifique aux environs de Saipan, John Siewert verra monter à son bord le jeune acteur hollywoodien Henry Fonda, à l'occasion de son service miliaire dans la Navy. 

 

Français Libres Hong Kong
Le destroyer de John Siewert restera un mois en Normandie après le débarquement pour assurer la protection de la flotte débarquant hommes et matériels

 

Ce Vendredi 13 décembre 2019, il tenait à être aux côtés des Français et a insisté, malgré ses difficultés à marcher pour remonter à pied la colline du petit cimetière de Stanley afin d'échanger avec les enfants du LFI participant au cocktail. Beaucoup de questions en anglais ont été posées par les adolescents, fascinés par ce personnage chargé d’histoire voulant transmettre la mémoire à une nouvelle génération. Un bel exemple d’engagement. Comme le rappelait l’historien François Drémeaux à l’origine de la rénovation de la stèle, "la mémoire est un travail permanent qui ne doit pas subir la corruption du temps". 

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook

 

Sur le même sujet
Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale