5 Marseillais de Hong Kong : "La mer nous rappelle nos calanques"

Par Didier Pujol | Publié le 20/06/2021 à 18:20 | Mis à jour le 21/06/2021 à 22:22
Photo : Pour Angélique, Cheung Chau a parfois des allures de Vieux Port
angelique marseillaise de hong kong à cheung chau

Parmi les “minorités visibles” de Français à Hong Kong, les Marseillais sont porteurs d’une identité forte, tant la ville du Vieux Port et de la Bonne Mère, chère à Pagnol, est dans leurs gènes et dans leur cœur. Ils ne sont pas les seuls. Aussi allons nous continuer notre tour des régions à Hong Kong.

Leurs profils sont aussi variés qu’est la cité phocéenne. Ainsi Thomas et Émilie sont entrepreneurs dans l’import-export, présents à Hong Kong depuis 2 ans et demi. Ron est V.I.E. dans le secteur de la cyber sécurité depuis 1 an et demi, tandis qu’Angélique est une spécialiste de la vente et du marketing, à Hong Kong depuis 2016. Marc est le propriétaire de deux salles de sport, présent à hong Kong depuis 9 ans.

« La vie à Marseille est plus détendue »

Comment vivez-vous l’éloignement de Marseille ? Qu’est qui est différent à Hong Kong ?

Thomas et Émilie : Plutôt bien, nous avons trouvé un équilibre de vie qui nous convient. Évidemment nos familles à Marseille nous manquent. Mais je crois que c'est un sentiment partagé par tous les Français. Nous avons retrouvé une petite similitude de style de vie à la Marseillaise en vivant sur l'île de Cheung Chau. Pour le reste tout est différent.

Ron : L'éloignement ne m'affecte pas beaucoup car je reste en contact assez fréquemment avec mes amis à Marseille. Pour moi, les gros changements sont le mode de vie et la manière de penser. La vie à Marseille est moins rythmée, plus détendue comparée à ici.

Angélique : Je rentre en France de temps en temps mais reste ici dans l'espoir de trouver une opportunité de travail qui m'intéresse et de pouvoir rester sur place pendant plusieurs années. Marseille, tout comme Hong Kong, est une ville cosmopolite. On peut y rencontrer des personnes du monde entier et se régaler avec une cuisine internationale. La proximité avec la mer et la montagne permet un grand choix de loisirs. La vie à Hong Kong est plus sécurisée ce qui rend le quotidien plus agréable. A Marseille, j'avais la crainte de me faire agresser tous les jours. Il fallait que je fasse attention aux vêtements que je portais, aux heures auxquelles je pouvais sortir... A Hong Kong, je me sens moins stressée. Quand il m'arrive de travailler la nuit, c'est sans inquiétude. Hong Kong est une ville qui ne dort jamais. Le système de transport est très développé et fiable. Il est vrai que lorsque je rentre en France, il m'arrive de râler car les magasins ferment "tôt" et les moyens de transports sont aléatoires. Malgré mon amour pour Hong Kong, Marseille reste dans mon cœur et me manque car c'est une ville magnifique.

Marc : Ça dépend de la durée. Personnellement ça va car à Hong Kong, j’habite aussi en bord de mer et dans un milieu qui me fait repenser à Marseille mais maintenant, après plus de 2 ans sans être rentré, cela me manque. Les amis et la famille certes, mais aussi les promenades dans les lieux de mon enfance, et simplement l’ambiance du Vieux-Port.

emilie et thomas, Marseillais de Hong Kong
Emilie et Thomas

"Les réseaux sociaux font oublier le manque de pastis"

Comment parvenez-vous à maintenir le lien avec Marseille?

Thomas et Émilie : A travers les réseaux en général et WhatsApp en particulier

Ron : On essaie de s'appeler les weekends pour faire des apéros virtuels ou des viewing parties quand on veut voir un évènement sportif. Sinon c'est plus par message dès que l'envie nous prend.

Angélique : Je contacte ma famille et mes amis régulièrement grâce aux réseaux sociaux. De plus, je suis une grande fan de « Plus belle la vie ». Je regarde la série depuis sa création en 2004. Par le passé, j'avais l'habitude de regarder le feuilleton en famille. Aujourd'hui, nous en discutons au téléphone, parlons des intrigues en cours, à venir.  Je me tiens informée aussi de l'actualité sur internet.

Marc : Je maintiens le contact avec ma famille et je lis parfois la presse locale.

 

Marseille et Hong Kong
Pas simple de garder ses racines phocéennes dans la forêt des buildings de Hong Kong

"Hong Kong ne compte pas un seul restaurant marseillais"

Avez-vous des bonnes adresses pour les Marseillais ou les fans de Marseille à Hong Kong ?

Thomas et Émilie : Très bonne question ! Si vous en avez je suis preneur ! 

Ron : Des bonnes adresses à Marseille ? Quelques-unes oui mais à Hong Kong, je suis encore dans l'exploration des bars et restaurants. Si je devais en recommander,  ce serait dans le quartier de Lan Kwai Fong le weekend et WanChai Stadium pour les rencontres sportives la crêperie à Stanley mais rien de marseillais, hélas.

Angélique : Malheureusement à ce jour je ne connais aucune adresse à Hong Kong qui me rappelle Marseille. 

Marc : A part les endroits évidents comme Pastis que tout le monde connait, je crois qu’il n’existe rien de vraiment marseillais à Hong Kong. Il faut le créer !

"Pour les Marseillais, Hong Kong c'est la Chine"

Comment vos amis de Marseille parlent de Hong Kong ?

Thomas et Émilie : La plupart n'y sont jamais venus. Et avec le Covid, ce n'est plus possible pour des touristes de visiter Hong Kong.

Ron : Ils sont assez curieux de la vie à Hong Kong, de l'ambiance dans la ville et des différentes activités disponibles.

Angélique : Mes amis de Marseille ne connaissent pas vraiment Hong Kong, qu'ils considèrent être en "Chine". En France, de nombreuses personnes ont une image négative de la Chine. 

Marc : Souvent, ils n’ont aucune idée de ce qu’est Hong Kong. Ils pensent souvent que c’est juste cool, comme le Japon.

 

marc guyon marseillais de Hong kong
Marc Guyon est propriétaire de salles de sport, président de l'UFE Hong Kong et Macao, Conseiller des Français de l'étranger et ... papa

"Le réseau des Marseillais reste à créer"

Comment rencontrer des Marseillais à Hong Kong ?

Thomas et Émilie : Bonne question ! Je trouve que la communauté marseillaise n'est pas assez fédérée à Hong Kong. C'est dommage.

Ron : Le plus simple pour moi, c'est de passer par les groupes d'expat sur Facebook et les Meetup.

Angélique : Je n'en ai aucune idée. La plupart des Français que je rencontre ici sont du Nord. Lors d'une soirée avec des amis, j'ai rencontré une personne qui était en stage et originaire de Marseille, tout près du quartier dans lequel j'ai grandi.

Marc : En contactant d’autres Marseillais ! Par ailleurs le président de l’UFE à Hong Kong (moi) est marseillais, ha ha!

 

Si vous voulez, vous aussi, faire connaitre votre région alors que vous habitez à Hong Kong à travers un témoignage, n'hésitez pas à nous contacter.

Et pour ceux qui ne connaissent pas encore Marseille, voici le moyen de passer un petit week-end virtuel :

 

Nous vous recommandons
Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir