Dimanche 15 décembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Carrie Lam à Davos: opération séduction

Par Marc Schildt | Publié le 30/01/2018 à 10:45 | Mis à jour le 30/01/2018 à 11:25
Photo : Carrie Lam - WEF 2018 - session "Global Economic Outlook" - © World Economic Forum/Sandra Blaser
Carrie Lam Forum économique mondial Hong Kong individuel

La cheffe du gouvernement, Carrie Lam, a passé trois jours à Davos pour promouvoir l’image de Hong Kong auprès des leaders mondiaux et du monde des affaires. 

Elle était partie à la réunion annuelle du Forum Économique Mondial accompagnée de ses deux ministres, du Commerce et du Trésor. Une visite de trois jours dont le dernier épisode pour le gouvernement hongkongais remontait à 2012.


Cette année, le Forum Économique Mondial (WEF – World Economic Forum) accueillait 3.500 invités dont 340 hommes et femmes politiques. Hong Kong comptait donc trois représentants politiques alors que la République Populaire de Chine en envoyait seulement cinq de son côté.

Un signe que beaucoup ont interprété comme une volonté de rassurer la communauté internationale sur la compétitivité et la solidité des institutions de Hong Kong et son niveau d’autonomie. La visite de Carrie Lam à Davos intervient peu après le 20ème anniversaire de la rétrocession à la Chine et alors que plusieurs évènements récents ont fragilisé l’image de Hong Kong et l’exercice des libertés dans cette région administrative spéciale.
 

Du 24 au 26 janvier, Carrie Lam a ainsi participé à plus de huit tables rondes et douze réunions bilatérales avec des dirigeants politiques et économiques de plusieurs pays. Une liste composée par exemple de ministres du Royaume-Uni, de la Suisse, de Singapour, d’Arabie Saoudite, mais aussi de représentants de grandes institutions (OMC, WEF, Autorité de tutelle britannique, bourse de New York) et quelque patrons (Standard Chartered Group, Merck Healthcare). 

Le message: Hong Kong est une terre d’accueil compétitive et dynamique

Le public à Davos est avant tout un public d’affaire. Carrie Lam a donc pris soin de rappeler les opportunités économiques qu’offre Hong Kong : une fiscalité favorable, un environnement des affaires efficace, des lois connues par la communauté internationale, un système judiciaire robuste, des infrastructures et des services qui permettent un accès privilégié aux marchés chinois et asiatiques.

D’ailleurs, sa rencontre avec les responsables du rapport sur la compétitivité mondiale (WEF Global Competitiveness Report) était très certainement organisée pour le souligner. Hong Kong étant classé 6ème dans le dernier rapport annuel parmi 137 pays évalués (la France est 22ème - rapport GCR 2017/2018*).

Pour les entreprises qui souhaitent investir ou s’installer, Carrie Lam a lancé des invitations en les appuyant avec des chiffres (3,7% de croissance en 2017) et des évolutions qu’elle juge prometteuses : 

  • Hong Kong est une ville où de nombreux efforts sont menés pour diversifier l’économie, avec des investissements dans l’innovation et les technologies, et des applications pratiques d’ores et déjà dans les Fintech, Biotech, Edutech, Smart city and Gerontech (propos tenus lors de la table ronde "Asia Works: The Fourth Industrial Revolution")
     
  • Hong Kong est une porte d’entrée pour la Chine et l’Asie : la signature du Free Trade Agreement entre Hong Kong et l’ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) en novembre 2017 en est une preuve à ses yeux. Les opportunités amenées par la nouvelle route de la soie (Belt and Road Initiative) et par la région du Delta de la Rivière des Perles (Guangdong-Hong Kong-Macao Bay Area) en est une autre.

 

Carrie Lam au Forum économique mondial Hong Kong
 Carrie Lam en présence notamment de Martin Wolf et de Christine Lagarde – WEF 2018 "Global Economic Outlook" - © World Economic Forum/Faruk Pinjo

 

Des défis mondiaux mais pas locaux

La politique intérieure n’était pas à l’ordre du jour même si la communauté internationale avait pu réagir dernièrement à des évènements venant entacher les libertés à Hong Kong - destitution de six parlementaires, peine de prison pour des leaders étudiants, rapport d’un activiste britannique contesté par le gouvernement…

Les défis dont parlait Carrie Lam sont plutôt liés à une mondialisation sans protection et à la lutte contre les inégalités. 

En tant qu’invité du Women Political Leaders Global Forum (WPL), elle a ainsi partagé son expérience en tant que dirigeante (ndlr. c’est la première femme à exercer la fonction de chef du gouvernement à Hong Kong) et elle a rappelé ses engagements pour développer un égal accès aux femmes dans le monde du travail à Hong Kong.

Sur les perspectives économiques, elle a mis l’accent sur les politiques sociales de lutte contre la pauvreté, la disparité des revenus et le manque d'opportunités pour les jeunes. Une manière de se raccrocher au local, car elle avait fait de ces trois engagements son programme électoral en 2017.

Une manière aussi de se démarquer, timidement, du Premier ministre indien, Narendra Modi qui parlait avec grandiloquence lors de ce sommet des trois défis pour la civilisation: le changement climatique, le terrorisme et la réaction de défiance face à la mondialisation.
 

* Le rapport GCR sur la compétitivité indexe les pays en les évaluant en fonction des institutions en place, des politiques menées et des infrastructures jugées en termes de productivité.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir