Lundi 29 novembre 2021
TEST: 2261

COUTUMES CHINOISES - Pâques et le Ching Ming festival

Par Lepetitjournal Hong Kong | Publié le 02/04/2015 à 22:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Retour en page d'accueil - Découvrez nos autres articles

La rédaction du Petit Journal vous souhaite un excellent week-end pascal. Vous vous demandez pourquoi la fête de Pâques s'est exportée à Hong Kong et en Chine, ce qu'est le Ching Ming Festival auquel vous devez ce week-end prolongé. Voici nos réponses à toutes vos questions sur l'origine de ces jours fériés.

Un oeuf chinois peint

La fête de Pâques en Chine

Vous vous préparez déjà à vous étendre lascivement sur les plages de Stanley ou vous êtes en train de clore vos valises pour des destinations plus exotiques ? Aujourd'hui, vendredi 3 avril et lundi 6 avril, Hong Kong célèbrera le vendredi Saint et le traditionnel lundi de Pâques.

Pour les Occidentaux, Pâques est une fête chrétienne commémorant la résurrection de Jésus-Christ. Mais pour beaucoup de locaux, Pâques marque surtout l'arrivée du printemps. C'est également l'occasion de faire rêver les enfants et de renflouer les caisses des chocolatiers. Comme dans les pays de tradition chrétienne, il est de coutume de s'offrir des ?ufs en chocolat (apportés par le Lapin de Pâques), et des peluches de poussins symbolisant la vie et la naissance.

S'il n'y a que 60 millions de chrétiens en Chine pour 1,3 milliard d'habitants, la fête possède également une signification culturelle datant de la Chine ancienne. La peinture et la sculpture sur ?ufs constituent une partie importante de l'art chinois. Les ?ufs en jade et en bois représentent souvent des ?ufs de dragon, donnés en cadeau en symbole de fertilité.

La tradition des ?ufs vient d'une légende cosmogonique de la Chine antique. Avant la séparation du ciel et de la terre, le monde avait la forme d'un "?uf du chaos", vaste et insondable mais contenant tous les éléments de la création. Pendant 18.000 ans, au c?ur de cet ?uf, grandit un géant endormi nommé P'an-ku. Lorsque celui-ci s'éveilla, il explora les ténèbres et brisa la coquille de l'?uf à l'aide de son burin et de sa hache. Tous les éléments du monde furent dispersés dans l'espace.

Le traditionnel lapin de Pâques et ses oeufs... - Crédit : wikimedia

Le Ching Ming Festival

Ching Ming Festival tombe cette année le dimanche le 5 avril, c'est pourquoi le gouvernement a accordé à la population un jour de congé supplémentaire dans la foulée du week-end de Pâques.

Le Qingmingjie est l'une des vingt-quatre périodes du calendrier agricole chinois et son nom, qui signifie "pureté de l'air et lumière" en français, se réfère au climat de la période de début avril. Historiquement, les paysans chinois en profitaient pour retaper et renouveler leur matériel agricole.

Autrefois, le Ching Ming festival s'étendait sur plusieurs jours et donnait lieu à de nombreux rituels. La fête de Shangsi permettait de chasser les esprits malins et d'apaiser les démons du bord de l'eau mais était également l'occasion d'une promenade en famille à la campagne. Lors des jours de Hanshi, il fallait manger froid et il était interdit d'allumer de feu.

Depuis 1935, le Ching Ming Festival est officiellement la "journée nationale de nettoyage des tombes". Les familles chinoises s'arment de bâtons d'encens, de bouquets de fleur et des mets les plus délicats et se dirigent sur les routes bondées des cimetières des leurs ancêtres au nord des Nouveaux Territoires ou du côté de Tsuen Wan et de Diamond Hill. Des offrandes réalisées en papier (vêtements, argent, accessoires) sont brûlées pour être envoyées dans le monde des morts, en cadeau aux défunts. Cette tradition est la cause de nombreux incendies dans la région? Des enfants en profitent pour vendre des petites bandes de papier rouge et des pierres à placer sur les tombes, symboles de chance. Certains habitants superstitieux portent toute la journée une brindille apotropaïque de saule sur eux, qui protège des esprits rodant dans la ville à cette époque.

Un cimetière chinois - Crédit : wikimedia

Une légende est à l'origine de cette fête, celle de Jiezitui, un fonctionnaire du seigneur de Jin, modèle d'intégrité et de piété filiale. Extrêmement dévoué à l'héritier du trône, Jin Wengong, chassé par un traitre, il suivit son maître dans son exil, lui donnant des morceaux de sa propre chair lorsque la nourriture venait à manquer. Lorsque Jin Wengong réussit à reconquérir son titre, il ignora et oublia son plus fidèle serviteur. Mais réalisant son injustice, il eut de tels remords qu'il partit à la recherche de Jiezitui. Il entendit dire que celui-ci vivait dans une extrême pauvreté avec sa mère au fin fond de la forêt. Incapable de le retrouver, il ordonna de mettre le feu aux bois pour le faire sortir. Jiezitui et sa mère furent brûlés vifs? Le seigneur plus coupable que jamais ordonna que toute la population lui rende le culte et interdit d'allumer des feux le jour de l'anniversaire de sa mort. Un saule poussa sur les cendres des deux défunts et les habitants prirent l'habitude d'accrocher une branche de l'arbre à leur porte en hommage au héros.

Nous espérons que les vieilles légendes de la Chine ancestrale vous donneront à méditer pendant ces quelques jours de repos?

 

Clara Léonard (www.lepetitjournal.com/hongkong) reprise de mardi 3 avril 2012

 

Lire également:

FETE DE CHING MING ? La société hongkongaise face à la mort

 

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet