Samedi 31 octobre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

La réforme du baccalauréat et son « caractère multi-profil »

Par Aurélie Billecard | Publié le 14/10/2020 à 17:45 | Mis à jour le 14/10/2020 à 17:45
réforme baccalauréat 2020 Sondage

Depuis Juin 2020, les séries (L, ES, S) lycéennes n’existent plus, et sont remplacées par des parcours par spécialités choisis par les lycéens. INSEEC U et le Figaro Étudiant dévoilent un sondage d’OpinionWay sur la réforme du baccalauréat, vue par les lycéens, les parents et les enseignants.

 

La rentrée scolaire était la deuxième étape de la réforme du baccalauréat. Les élèves, passant le bac au printemps 2021, voient de nouvelles classes de Terminale se créer. Les trois séries générales L, ES, et S disparaissent, et laissent place à des spécialités choisies par les lycéens.

Le sondage, organisé par INSEEC U et le Figaro Étudiant, a été réalisé auprès de 501 lycéens de Première et de Terminale, 502 parents, et 104 enseignants, entre le 7 et 15 septembre 2020.

 

Des lycéens favorables

La majorité des lycéens interrogés sont favorables à la réforme du baccalauréat (58%). Ils voient ce changement comme une opportunité de prendre une décision, par eux-mêmes, sur leur orientation. Cependant, malgré leur approbation de cette refonte, 51% d’entre eux pensent qu’il est trop tôt pour choisir leur parcours pour les études supérieures.

Plus des trois quarts des lycéens ne comprennent pas, ou ne sont pas au courant des modalités de cette nouvelle réforme. Ils se tournent donc vers leurs enseignants pour plus d’informations avant de se diriger sur Internet.

« Ce sondage démontre que les lycéens ne sont pas contre le changement. Les générations d’étudiants à venir sont de plus en plus curieuses et ouvertes, au caractère affirmé, et ont une approche moins formatée des études, en phase avec le caractère multi-profil du nouveau baccalauréat », déclare José Milano, Directeur Générale INSEEC U.

 

Des parents et des enseignants méfiants

Les parents des lycéens sont plus partagés sur cette réforme. 50% d’entre eux la soutiennent, et seuls 45% comprennent les modalités disponibles pour leurs enfants. Mais, un point positif se dégage de cette refonte : 79% des parents reconnaissent que c’est leur enfant qui a le plus pesé dans le choix des options.

D’autres n’accueillent pas avec joie cette nouveauté. La majorité des 104 enseignants interrogés y sont réticents et doutent son efficacité : 71% sont défavorables. Selon eux, cette réforme peut créer des inégalités entre les élèves, puisque toutes les options ne seront pas disponibles dans tous les établissements scolaires.

 

Les élèves et les parents, face au manque d’information, critiquent la mise en oeuvre du nouveau baccalauréat, jugé trop complexe. Les enseignants, quant à eux, n’approuvent pas la réforme du bac en elle-même, car elle sera source d’inégalités et de précipitation dans l’orientation des études supérieures.

118706627_104533904718606_7858939562566256367_o

Aurélie Billecard

Étudiante en management culturel et journalisme, fille d’expatriés en Asie et en Europe pendant une dizaine d’années, elle a rejoint l’équipe de la rédaction internationale.
0 Commentaire (s)Réagir

Santé

São Paulo Appercu
Coronavirus

Y aura-t-il un vaccin à Noël au Brésil ?

Au Brésil, pays durement touché par la Covid19, les tests des quatre vaccins autorisés laissent espérer un immunisant à brève échéance. Mais les jeux politiques continuent de flouter l’avenir.