Poutine et Xi se réunissent en pleines tensions avec l'Occident

Par AFP | Publié le 15/09/2022 à 04:20 | Mis à jour le 15/09/2022 à 16:20
Poutine et Xi Jinping se rencontrent

Les présidents de la Chine Xi Jinping et de la Russie Vladimir Poutine se réunissent jeudi lors d'un sommet régional en Ouzbékistan pour afficher leur entente face à l'Occident, en pleines tensions exacerbées par la guerre en Ukraine.

MM. Xi et Poutine doivent se voir à Samarcande, carrefour majeur de l'antique Route de la soie, pour un sommet de deux jours de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) auquel participeront aussi les dirigeants de l'Inde, du Pakistan, de la Turquie, de l'Iran et d'autres pays.

Si la principale réunion de ce sommet aura lieu vendredi, c'est la rencontre bilatérale entre les présidents chinois et russe jeudi qui sera la plus scrutée, leurs pays étant au coeur de crises diplomatiques internationales.

Pour M. Poutine, qui s'efforce d'accélérer un virage vers l'Asie face aux sanctions occidentales contre Moscou pour son invasion de l'Ukraine, ce sommet est l'occasion de renforcer les liens et montrer que la Russie n'est pas isolée.

Avant M. Xi, il s'est entretenu avec les présidents de l'Iran Ebrahim Raïssi, dont le pays souhaite intégrer l'OCS, du Kirghizstan, Sadyr Japarov, et du Turkménistan, Serdar Berdymoukhamedov.

"Notre coopération se développe de manière positive", a déclaré M. Poutine lors de l'entretien avec M. Raïssi, lui assurant qu'il faisait "tout pour que l'Iran devienne un membre à part entière de l'OCS".

M. Raïssi, de son côté, a estimé que la coopération entre les pays sanctionnés par Washington ne pouvait que les rendre "plus forts".

- Patrouille russo-chinoise -

A Samarcande, M. Xi, qui effectue en Asie centrale son premier déplacement à l'étranger depuis le début de la pandémie de coronavirus, pourra renforcer encore sa stature de dirigeant de premier plan avant un congrès du Parti communiste chinois en octobre lors duquel il vise un troisième mandat inédit.

La rencontre Poutine-Xi a aussi un air de défi lancé à Washington, qui a pris la tête des sanctions contre Moscou et du soutien militaire à Kiev et suscité l'ire de Pékin avec la visite de plusieurs responsables américains à Taïwan.

afp

Comme pour signaler leur rapprochement, des navires russes et chinois ont effectué jeudi une patrouille conjointe dans l'océan Pacifique afin de "renforcer leur coopération maritime", a indiqué le ministère russe de la Défense.

Pékin avait déjà pris part le mois dernier à des manoeuvres militaires conjointes en Russie.

afp

La dernière rencontre entre MM. Poutine et Xi remonte à février dernier, lorsque le président russe s'était rendu aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin. Ils avaient alors proclamé leur amitié "sans limite".

Quelques jours plus tard, M. Poutine lançait ses troupes contre l'Ukraine.

Sans explicitement soutenir l'invasion russe, Pékin a plusieurs fois exprimé ces derniers mois son appui à Moscou qui, de son côté, a soutenu la position de la Chine lors des récentes tensions autour de Taïwan.

- "Alternative" à l'Occident -

En amont de l'arrivée des dirigeants à Samarcande, les déplacements dans la ville, placée sous haute sécurité, ont été restreints et l'aéroport fermé aux vols commerciaux.

Dans cette cité célèbre pour ses mosquées et mausolées recouverts de mosaïques bleues, des habitants semblaient pourtant ravis. "Nous sommes fiers que tant de chefs d'État de différents pays se réunissent dans notre ville", a affirmé à l'AFP Shakhboss Kombarov, un homme de 26 ans.

L'OCS, dont les membres sont la Chine, la Russie, l'Inde, le Pakistan et les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale, a été créée en 2001 comme un outil de coopération politique, économique et sécuritaire concurrent des organisations occidentales.

afp

"L'Organisation de coopération de Shanghai offre une alternative réelle aux structures orientées vers l'Occident", a assuré mardi à la presse le conseiller diplomatique du Kremlin, Iouri Ouchakov.

Le conflit en Ukraine, la situation en Afghanistan ou encore les troubles qui ont secoué plusieurs pays d'Asie centrale ces derniers mois devraient figurer parmi les principaux sujets abordés.

Jeudi, M. Poutine doit encore s'entretenir notamment avec le Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif. Vendredi, ce sera avec le Premier ministre indien Narendra Modi et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale