Créer son business en expatriation : portrait de Lucie Rondelet

Par Article Partenaire | Publié le 30/09/2020 à 17:30 | Mis à jour le 30/09/2020 à 17:30
Lucie-Rondelet-Business-Expatriation

« À chaque mutation de mon conjoint, je passais mon temps à chercher du travail, puis démissionner. » Pour résoudre ce problème, Lucie a créé son business en expatriation. Retour sur son parcours inspirant.

 

Travailler, démissionner, recommencer : la carrière chaotique du conjoint expatrié

Originaire de Montpellier, Lucie aime voyager. Elle s’envole d’abord au Japon après l’obtention du BAC pour donner des cours de français aux Japonais. 

Elle rentre ensuite en France où elle obtient son BTS Tourisme. Les années qui suivent ressemblent à celles vécues par de nombreux conjoints expatriés : elle suit son compagnon en Guyane, puis en Martinique. Elle devient employée dans l’hôtellerie, puis dans des agences de voyages… 

À chaque déménagement, tout est à refaire. Elle rêve d’une activité réellement nomade.

 

expatriation business

Exercer un métier exportable : la révélation

Elle a d’abord cru que le FLE (Français langue étrangère) était la solution, mais cela ne résout pas un problème majeur : il faut réinventer son activité lors de chaque nouvelle mutation de son conjoint.

Écartée de son travail lors de sa grossesse, elle se lance dans la rédaction web pour rester active. Elle apprécie la flexibilité de cette activité et, en dépit des faibles revenus qu’elle gagne au début, elle persiste, persuadée que ce travail à domicile pourrait la « délivrer » du salariat.

Après un an et demi, elle gagne autant qu’en exerçant une activité à temps plein. Progressivement, elle développe une expertise en référencement naturel. C’est alors qu’elle déménage à nouveau.

 

Créer un business en expatriation : une activité sur mesure

Direction la Nouvelle-Calédonie. Et miracle : elle ne doit pas chercher un nouveau travail et garde ses clients qui, toujours plus nombreux, lui demandent de gérer leur stratégie éditoriale. Elle a créé cette activité nomade dont elle rêvait. 

Mais les demandes de clients affluent, et elle ne trouve aucun rédacteur formé au SEO pour l’épauler.

Dans l’espoir de favoriser des vocations, Lucie crée un le blog Formation Rédaction Web. Elle souhaite apprendre aux internautes les ficelles de ce métier méconnu et pourtant essentiel pour les entreprises : rédiger des textes qui se positionnent bien dans les résultats des moteurs de recherche.

Très rapidement, ses abonnés lui demandent une formation qu’elle crée sur mesure en fonction de leurs besoins. C’est un succès, et elle doit limiter le nombre d’inscrits pour les accompagner vers leur nouveau projet professionnel.

Parallèlement, elle crée La Rédac Du Web, une plateforme qui met en relation les clients et les rédacteurs ayant suivi sa formation. Et puisque les idées ne viennent jamais seules, elle lance aussi un webzine féminin avec l’une de ses premières élèves, aujourd’hui associée, Marie Di Maggio.

14 ans après sa première expatriation, elle a créé une entreprise qui occupe 12 personnes. Et elle a formé plus de 1 000 élèves qui, eux aussi, sont devenus indépendants.

Certains expatriés ont fait le choix de l’entrepreneuriat avec succès. Pourquoi pas vous ?

 

Formation Rédaction Web

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition internationale