Jeudi 16 août 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Comment continuer à cotiser pour sa retraite quand on est à l’étranger

Par CFE | Publié le 03/04/2017 à 10:13 | Mis à jour le 20/10/2017 à 10:20
CFE protection sociale expatrié expatriation

Quand on part vivre à l’étranger parmi les questions récurrentes que beaucoup d’expatriés se posent, il y a la question de la retraite. Comment cela se passe-t-il ? Comment continuer à cotiser ? Que vous soyez expatrié d’entreprise, que vous soyez en contrat local, ou bien sans activité à l’étranger, on pense ici notamment aux conjoints accompagnateurs, la CFE (Caisse des Français de l’Etranger) se charge de vous éclairer.

Clarifions d’emblée la situation : quand on part vivre et travailler à l’étranger, on cesse, sauf dans le cas du détachement, de cotiser automatiquement en tant que salarié aux régimes français de protection sociale (santé et retraite). Et l’accumulation des droits et des trimestres en France s’arrête donc… jusqu’au jour de votre retour et de la reprise d’une activité professionnelle.

Mais alors, comment faire pour sa retraite ?

Une fois à l’étranger, il est toujours possible de cotiser au régime obligatoire du pays d’accueil (à condition que celui-ci existe bien sûr). Mais il faut savoir que cela ne vous permettra pas d’acquérir de droits en France.
Même si des accords entre les pays peuvent parfois exister, ils ne permettent jamais une équivalence stricte pour la retraite. Mais dans certains cas ils peuvent consentir à valider des trimestres.

Ceci dit, il est possible de continuer de cotiser volontairement au système français pour assurer une certaine continuité et ne pas perdre de droits à votre retour :

  • via la cotisation au régime de base à la CFE (*La CFE collecte pour le compte de l’Assurance Vieillesse.
  • Via une complémentaire type Humanis

Il est vivement conseillé de cotiser au régime de base ainsi qu’à un régime complémentaire.

Ok, mais si on ne travaille pas à l’étranger ?

Si vous ne travaillez pas, que vous êtes une personne chargée de famille et que vous pouvez justifier de cinq années d’affiliation à la Sécurité sociale, vous pouvez également cotiser volontairement à la retraite de base via la CFE et valider des trimestres.

Si vous étiez en poste pendant un minimum de six mois préalablement à votre expatriation, vous pouvez également cotiser volontairement à la CFE. En tant qu’ancien assuré obligatoire français, vous cotiserez ainsi pour valider aussi bien des trimestres que des salaires.

Combien cela va me coûter ?

Si vous êtes salarié : cela sera basé sur votre salaire ou vos revenus.
Si vous êtes chargée de famille sans emploi : cela sera forfaitaire.
Si vous cotisez volontairement sans être chargée de famille : cela sera basé sur les 6 mois de votre dernier salaire.

Pour en savoir plus sur les cotisations rendez-vous ici.

Il faut savoir que les cotisations à la Caisse des Français de l’Etranger ne sont en rien obligatoires, mais sont vraiment à considérer, même si vous pensez ne partir que peu de temps… Le rachat ultérieur de droits auprès de l’Assurance retraite ne sera pas forcément aisé, et toujours plus cher.

CFE Caisse Français Étranger protection sociale expatriés

Caisse des Français de l’étranger (www.lepetitjournal.com) lundi 3 avril 2017.

Retrouvez plus d’information sur www.cfe.fr

 

cfe$

CFE

CFE (Caisse des Français de l'Etranger) La CFE est une caisse de sécurité sociale volontaire qui assure la continuité avec le régime général de Sécu pendant l'expatriation, au retour et pendant les séjours temporaires en France.
0 CommentairesRéagir

Le Mag

5 restaurants (vraiment) japonais à Paris

A Paris, parmi un large choix de restaurants asiatiques, où le Chinois fait souvent des sushis et des makis, dur de trouver la bonne adresse où l’on sert une cuisine japonaise authentique.