La journée mondiale contre le travail des enfants dans le Tamil Nadu

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 13/06/2022 à 17:50 | Mis à jour le 14/06/2022 à 10:28
Photo : @Jorge Royan
Un enfant tenant un stand dans la rue à Bénarès

Cette année, la Journée mondiale contre le travail des enfants a été célébrée par une "Semaine d'action contre le travail des enfants", qui s’est déroulé du 3 au 12 juin 2022. Tout au long de cette semaine spéciale, des événements et des activités organisés dans le monde entier ont présenté les progrès réalisés en matière d'élimination du travail des enfants. Dans le monde, 160 millions d'enfants sont astreints au travail, ce qui représente près d'un enfant sur dix.

En Inde, le samedi 11 juin, le ministre en chef du Tamil Nadu a appelé la population à participer aux efforts du gouvernement pour éradiquer le travail des enfants dans l’État.

A Chennai, sur la plage Edward Elliot’s, le Tamil Nadu Domestic Workers Welfare Trust a organisé une chaîne humaine à laquelle près de 500 enfants et adultes ont participé pour montrer leur solidarité. 

 

Le travail des enfants renforce la pauvreté intergénérationnelle, menace les économies nationales et porte atteinte aux droits garantis par la Convention relative aux droits de l'enfant. Contrairement aux activités qui aident un enfant à se développer, comme la participation aux tâches ménagères quelques heures par semaine ou le fait d'accepter un travail pendant les vacances scolaires, le travail des enfants interfère avec la scolarité et nuit à la santé physique, mentale physique, mental, social et/ou moral de l’enfant.

United Nations Children’s Fund, ‘Child Protection Advocacy Brief: Child labour’, UNICEF, New York, 2018

 

Les revendications du Mouvement pour les droits de l’enfant dans le Tamil Nadu

Les membres du Mouvement pour les droits de l'enfant et le Tamil Nadu Domestic Workers Welfare Trust ont présenté une série de demandes visant à éradiquer le travail des enfants. Ils ont appelé le gouvernement de l'État à prendre des mesures pour prévenir le travail des enfants dans tous les secteurs et faire en sorte qu’il n’y ait plus aucun enfant qui travaille dans le Tamil Nadu.

Ils ont également demandé une augmentation des bourses d'études pour les enfants des travailleurs domestiques et une augmentation des fonds alloués à l'éducation et à la protection des enfants. Dans ses revendications, le Mouvement pour les droits de l'enfant souhaite aussi la création de comités de protection de l'enfance au plus petit niveau local, qui assureront un suivi continu des enfants. Lorsque les habitants des bidonvilles urbains sont relocalisés, le gouvernement devrait assurer leur sécurité et leur éducation. 

 

Des enfants travaillant dans la rue en Inde

 

La protection des enfants en Inde

En 1992, l’Inde a ratifié la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant et a depuis axé sa politique nationale pour les enfants sur une approche basée sur les droits. Le changement le plus important est que la politique nationale établie par le ministère des femmes et du développement de l’enfant a défini les enfants comme les personnes âgées de moins de 18 ans. Par cette politique, le gouvernement indien s’engage “à prendre des mesures positives - législatives, politiques ou autres - pour promouvoir et protéger le droit de tous les enfants à vivre et à grandir dans l'équité, la dignité, la sécurité et la liberté, en particulier les enfants marginalisés ou désavantagés ; de veiller à ce que tous les enfants aient des chances égales ; et qu’aucune coutume, tradition, pratique culturelle ou religieuse ne soit autorisée à violer ou à restreindre ou à empêcher les enfants de jouir de leurs droits”.

 

Les données du recensement de 2011 (le dernier disponible) indiquent que le nombre total d'enfants âgés de 5 à 18 ans qui travaillaient en Inde à cette date était de 33 millions dont 22,87 millions d’adolescents et 10,11 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans. 

Dans le cadre de ses efforts pour éliminer le travail des enfants, le gouvernement indien a mis en place la plateforme PENCIL (Platform for Effective Enforcement for No Child Labour) qui permet aux ONG et à la population civile de déclarer en ligne un cas d’enfant forcé à travailler.

 

Une petite fille travaillant comme aide domestique en Inde
@Biswarup Ganguly

 

Le Tamil Nadu, un des États pionniers dans la lutte contre la vulnérabilité des enfants

Selon l’UNICEF, le Tamil Nadu présente les taux de mortalité infantile et néonatale et de prévalence des retards de croissance les plus bas d’Inde et les taux d'inscription à l'école primaire sont les plus élevés de l’Inde. 

Le Tamil Nadu est l'un des États indiens pionniers dans la mise en place de politiques en faveur des pauvres et de programmes de protection sociale pour les enfants et les femmes des communautés les plus marginalisées. L'État a introduit des législations et des programmes progressistes tels que des mesures de sécurité sociale, l'expansion des systèmes de santé, de nutrition, d'eau, d'assainissement et d'éducation, ainsi que du système de distribution publique.       

Au fil des décennies, ces politiques sociales ont été mises en œuvre efficacement grâce à des investissements publics élevés dans le secteur social et à des structures et systèmes administratifs solides qui ont facilité une planification et un suivi efficaces. Ceci a démontré un impact significatif sur le bien-être des enfants en matière de santé, de nutrition et d'éducation. Les mortalités infantile et néonatale et la prévalence des retards de croissance chez les enfants de moins de cinq ans sont les plus faibles en Inde.

De plus, le Tamil Nadu a mis en place un certain nombre d'incitations positives pour attirer les enfants à l’école et au cours des trois dernières décennies, l'accent a été mis sur l'amélioration de l'investissement dans l'accès à l'éducation élémentaire. Mais, certains défis politiques doivent encore être relevés dans l’État.

 

Pieds d'enfants qui travailent en Inde

 

 

Une recrudescence post Covid du travail des enfants dans le Tamil Nadu

Une étude rapide publiée par l’organisation Campaign Against Child Labour (CACL) a montré que dans les 24 districts étudiés au Tamil Nadu et à Puducherry, le nombre d'enfants travaillant, issus de communautés vulnérables, est passé de 231 à 650 par rapport à la période pré-COVID-19.

La proportion d'enfants travailleurs issus des communautés des castes et tribus répertoriées a presque triplé, passant de 28,2 % à 79,6 %, en raison de la pandémie de COVID-19 et des fermetures d'écoles qui en ont résulté. 

Selon le rapport, 30,8 % des enfants travaillaient dans le secteur manufacturier et 26,4 % dans le secteur des services. Les enfants étaient également employés dans l'agriculture et les industries artisanales à domicile.

Plus de 94 % des enfants ont déclaré qu'ils avaient commencé à travailler en raison des difficultés financières rencontrées par leurs parents et de la pression familiale. La pandémie et la perte des moyens de subsistance qui l'accompagne ont plongé de nombreuses familles dans la pauvreté. Par conséquent, les enfants ont été amenés à travailler pour gagner un peu d'argent, même après le confinement.

L'étude a suggéré des mesures pour résoudre ce problème : fournir un emploi minimum garanti aux adultes dans les familles, couvrir les familles vulnérables par des programmes de protection sociale et d'appliquer strictement la législation du travail et mettre en place des comités de protection de l'enfance au niveau des villages.

 

Petite fille vendant sur un marché en Inde

 

 

Malheureusement, cette recrudescence du travail des enfants a été aussi observée un peu partout en Inde mais aussi dans le monde. Le rapport Travail des enfants : estimations mondiales 2020, tendances et le chemin à suivre, publié à la veille de la Journée mondiale contre le travail des enfants le 12 juin 2021, prévenait que les progrès enregistrés pour mettre fin au travail des enfants étaient au point mort pour la première fois en vingt ans, inversant la précédente tendance à la baisse qui avait vu le travail des enfants reculer de 94 millions entre 2000 et 2016. A 160 millions dans le monde en 2022, le travail des enfants a enregistré une augmentation de 8,4 millions au cours des quatre dernières années – et des millions d’autres sont en danger en raison des effets du COVID-19, précise le rapport. A l’échelle mondiale, neuf millions d’enfants supplémentaires risquent d’être poussés vers le travail d’ici à la fin 2022 en raison de la pandémie. Un modèle de simulation montre que ce chiffre pourrait atteindre 46 millions si les enfants n’ont pas accès à une couverture de protection sociale indispensable.

 

 

 

 

logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale