Jeudi 26 novembre 2020

Inde : Il faut sauver les enfants perdus !

Par Capucine Canonne | Publié le 21/10/2020 à 01:00 | Mis à jour le 21/10/2020 à 10:29
enfants disparus inde operation smile

En Inde, des milliers d’enfants « s’évaporent » chaque année. Ils se perdent, sont abandonnés, fuient la misère ou sont enlevés. Un fléau que les autorités et les associations tentent d’endiguer.

50 000 à 100 000 enfants « s’évaporent » chaque année

Le chiffre est à peine croyable et certainement incomplet : entre 50 000 et 100 000 jeunes enfants disparaissent chaque année en Inde. Parmi eux, près de 45% des disparitions resteraient aujourd’hui sans suite… Ces enfants, surnommés « la génération perdue », s’égarent aux heures de pointe, fuguent par le trafic ferroviaire, sont abandonnés par leur famille ou sont enlevés par des trafiquants sans scrupules à des fins d’esclavagisme, de prostitution, de mendicité.

 

enfants perdus disparus fugueurs enlevés abandonnés india inde

 

Un fléau contre lequel les autorités tentent de se battre. La Cour Suprême multiplie les ordonnances comme celle de 2013 qui oblige la police à enregistrer un enlèvement dès qu’une plainte est déposée. En 2016, le gouvernement Indien élabore un nouveau projet de loi contre la traite des humains et augmente la sévérité des punitions envers les trafiquants. Mais parfois, ce sont tout simplement le manque de formation de la police locale, l’absence de coordination entre les antennes du pays, ou pire, l’indifférence de la population qui empêchent quelconque amélioration…

Des milliers d'enfants sauvés grâce à l’Opération « Smile »

A l’image du film International « Lion », des enfants retrouvent leur famille après des mois (voire des années) de recherches. Une opération nationale a justement été créée dans ce but : Des agents sont formés et dédiés au secours des jeunes disparus, et la coopération entre les différents services de renseignement, de police et la population est renforcée. Rien qu’au Tamil Nadu, 2 000 enfants ont été sauvés au cours des quatre dernières années. Dans l’Etat de l’Himachal Pradesh, dans le cadre de l’Opération « Smile », la police est fière de résoudre des centaines de disparitions chaque année et ne compte évidemment pas s’arrêter.

En 2018, la police de New Delhi essaye pour la 1ère fois un système de reconnaissance faciale auprès de foyers d’enfants. Le résultat est bluffant puisque 2 930 enfants sont identifiés en 4 jours ! Une solution en cours de déploiement puisque la police d’Hyderabad vient d’annoncer que, dans le cadre de la 6ème édition de l’Opération « Smile », près de 3 600 enfants ont été identifiés début 2020, en partie grâce à l’utilisation intensive de la reconnaissance faciale ! Sur ces 3 600 enfants, 1 982 ont été remis à leur famille, tandis que 1 618 d'entre eux ont été admis dans des foyers de secours.

 

enfant retrouvé india inde fléau perdus disparus

 

Des anges gardiens partout en Inde

Rekha Mishra est une policière de 35 ans en Inde. Chaque jour, elle parcourt les gares à la recherche d’enfants perdus. Et elle a du travail car, selon l'association Railway Children, un enfant indien débarquerait seul dans une gare toutes les cinq minutes. Souvent, il a fui son village, la violence de sa famille ou la pauvreté. Il espère une vie meilleure dans les grandes villes. Mais une fois arrivé, il est complètement désorienté et apeuré. Rekha a l’œil aiguisé maintenant pour repérer ces petits égarés et les guider avant que la situation ne s’aggrave. En 2017, elle avait réussi à réunir 434 enfants avec leurs parents respectifs !

De son côté, Kailash Satyarthi, ingénieur de formation, n’envisage pas une seule seconde arrêter son combat, celui de sauver les enfants exploités et esclaves. Tout commence en 1981, année où il organise une intervention dans un atelier de textile exploitant de jeunes enfants. Depuis, il créé une ONG et continue de mener des raids en collaboration avec la police locale. Une fois les enfants secourus, l’organisation les aide à retrouver leur famille, ce qui est souvent très long et difficile car les enfants n’ont pas de papiers d’identité et encore moins de photos ou de souvenirs. Mais Kailash n’abandonne pas ; avec sa femme, il a même créé un centre dans le Rajasthan où des bénévoles accompagnent les jeunes perdus et leur redonnent confiance.

 

Kailash Satyarthi prix nobel enfants india inde
Kailash Satyarthi, qui a reçu le prix nobel de la Paix en 2014 pour son combat pour le droit des enfants en Inde

 

Nous saluons leurs actions et nous ne manquerons pas de reparler de ce fléau pour mettre en lumière le combat de tant d'autres qui agissent dans l'anonymat chaque jour et partout dans le pays.

Nous vous recommandons

CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Directrice de la publication et rédactrice en Chef de l’Edition lepetitjournal.com de Chennai. Jeune maman et expatriée en Inde, elle crée l'édition de Chennai en août 2019 ; un prolongement de ses expériences en radio, TV et presse écrite.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Chennai ?

DÉCOUVERTE

Tamil Nadu : Les ruines d’une forteresse dans les collines de Jawadhu

Des ruines ont été retrouvées au sommet des collines de Jawadhu, dans le nord de l’Inde. Comment se fait-il qu'il y ait des ruines d'une ancienne structure rocheuse au cœur des collines ?

Vivre à Chennai

LE SAVIEZ-VOUS

3 infos pour comprendre le fuseau horaire singulier de l’Inde

+3h30 l’été, +4h30 l’Hiver : c’est le décalage horaire entre la France et l’Inde D’où vient cette petite demi-heure supplémentaire ? Le continent a-t-il plusieurs fuseaux au vu de sa taille ?