Mercredi 30 septembre 2020

Cinéma indien : la place de la femme dans le Bollywood

Par Capucine Canonne | Publié le 23/07/2020 à 01:00 | Mis à jour le 23/07/2020 à 10:53
Photo : extrait du film bollywood "Parched"
place femme bollywood 2

Cette année lepetitjournal.com de Chennai vous emmène découvrir la richesse cinématographique indienne en revenant sur le TOP des films à voir absolument et leurs particularités. Ce mois-ci, découvrons la place de la femme dans les films Bollywood.

 

Quelle est la place de la femme dans le film Bollywood ?

En Inde, le terme « 7ème art » prend tout son sens : le cinéma est perçu bien au-delà qu'un moyen de divertissement de la population, c’est de l’art. Et pour sublimer l’art, les réalisateurs Bollywood l’ont bien compris, il faut soigner l’histoire, montrer l’homme comme le héros  et mettre en avant des femmes toujours plus resplendissantes et très souvent…dociles. Des études datant de 2012 montrent en effet que de nombreux  films indiens dépeignent un rapport très bancal : l’homme est fort, courageux, ambitieux et libre. Il est face à une femme épouse ou mère raisonnable, qui sait se sacrifier et être à sa place dans le couple, le village ou la famille…

 

femme émancipation bollywood

 

D’ailleurs pour illustrer les stéréotypes trop souvent utilisés par les scénaristes de Bollywood, des chercheurs ont récemment analysé les pages Wikipédia de plus de 4 000 films Bollywoodiens sortis entre 1970 et 2017* ; Le constat est sans appel, l’homme a très souvent le « beau rôle » !   

 

rôles hommes fammes bollywood

* étude relayée par Quartz India

 

Timidement, le cinéma s’empare de sujets de société, et notamment de l’émancipation des femmes. Cette évolution vient notamment d’une certaine pression de la classe moyenne urbaine qui recherche des intrigues plus réalistes et surtout, surtout, moins sexistes ! A titre d’exemple, récemment le film Kabir Singh, sorti en salles en juin 2019 [l’histoire d’un jeune chirurgien alcoolique qui plonge dans une folie destructrice quand sa petite amie est mariée par sa famille avec quelqu’un d’autre] a été très vivement critiqué par la presse à cause du caractère misogyne et violent du héros envers les femmes. Malgré le gros succès du film, aujourd’hui ça ne passe plus.

Mais au-delà des intrigues, l’actrice est-elle relayée au second plan, dans le second rôle ? Une étude a récemment montré que dans les années 1970, seuls 7% des rôles principaux Bollywood étaient féminins. Ils sont 11,9% en 2015-2017. Oui il  y a de l’évolution mais ces chiffres montrent tout de même une grande inégalité hommes-femmes. Il y a encore du chemin à faire. La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus d’actrices indiennes crèvent l’écran et traversent les frontières, comme Anushka Sharma, Kangana Ranaut, Vidya Balan ou encore freida Pinto.

Anushka Sharma, Kangana Ranaut, Vidya Balan ou encore freida Pinto
dans cet ordre : Anushka Sharma, Kangana Ranaut, Vidya Balan ou encore freida Pinto

 

 

3 films incontournables sur l’émancipation des femmes  

Parched (2015)

Dans un petit village de Gujarat, l’organisation est sans contexte patriarcale et n’a, semble-t-il jamais été remise en question. Dans ce contexte, Lajjo (Radhika Apte), sous l’emprise d’un mari violent et alcoolique, Bijli (Surveen Chawla) prostituée et danseuse, et Rani (Tannishtha Chatterjee), jeune veuve qui marie son fils, vont petit à petit remettre en cause cet ordre moral qui leur interdit toute liberté et indépendance.

Très bon film réalisé par une cinéaste indienne, Leena Yadav, qui nous plonge très rapidement au cœur d’un village où la femme n’a PAS son mot à dire. Si la plupart s’en accoutument « parce que c’est comme ça », suivre ces 3 héroïnes pendant 2h fait beaucoup de bien. Elles sont tantôt pétillantes, tantôt effondrées mais surtout elles sont… solidaires face à l’adversité ; ce dernier constat va aider le spectateur à avancer dans le film jusqu’à une fin pleine d’espoir, mais on n'en dit pas plus !

 

parched film inde

 

Lipstick under my burka (2016)

Les histoires croisées de 4 femmes rêvant d’une vie « meilleure » : d’abord une veuve de 55 ans, Usha Parmar (Ratna Pathak) lisant en secret un roman érotique et recherchant comme elle peut une seconde jeunesse. Il y a ensuite Rehana Abidi (Plabita Borthakur), la jeune étudiante à l’université qui n’hésite pas à retirer sa burka imposée par sa famille et voler des accessoires féminins dans les magasins. Puis vient Leela (Aahana Kumra), jeune esthéticienne qui tient son propre salon, rêvant de voyager avec son amant alors que son mariage arrangé approche. Et enfin, Shireen Aslam (Konkona Sen Sharma), une femme au foyer et mère de 3 garçons, secrètement vendeuse mais sous la coupe d’un mari adultère et abusif. 

Voici un film cherchant à nous montrer l’emprise de la société, la famille ou du couple sur des femmes indiennes qui, pourtant, ne font rien de bien méchant. Rencontrant des difficultés sur leur chemin, elles parviendront à avancer grâce notamment à leur courage et, encore une fois, à une certaine solidarité féminine. A noter que le film aurait été interdit car trop "orienté vers les femmes" et comportant des personnages féminins audacieux qui exprimaient leur droit à la liberté de différentes manières (sic). Au final, retenons qu’il reçut de nombreux prix et awards.

 

bollywood film indien lipstick femmes

 

Trishna (2012)

Au Rajasthan, Jay, jeune homme d’affaires  (Riz Ahmed) tombe sous le charme de Trishna (Freida Pinto), jeune villageoise qui subvient aux besoins de sa famille.  Jay offre un emploi à Trishna dans l’hôtellerie. S’ensuit une passion entre les 2 personnages qui les mènera à Bombay où la convergence de castes et les jugements semblent ne pas exister. Mais leur chemin ensemble est loin de s’arrêter là…

On change un peu de registre puisqu’il s’agit ici d’un film britannico-suédois tenu par des acteurs indiens reconnus. Il va sans dire que ce drame est très prenant dont on ne sort pas indemne. Les personnages sont attachants, surtout Trishna qui fait tout pour être à la fois une femme docile et indépendante. En tant que spectateur, on a vraiment envie que ça marche et que ce jeune couple amoureux réussisse son pied de nez aux traditions et aux « qu’en dira-t-on » ?... A voir absolument !

 

film émancipation femmes inde

 

Rendez-vous le mois prochain pour d'autres découvertes cinématographiques ! 

 

Nous vous recommandons

CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Directrice de la publication et rédactrice en Chef de l’Edition lepetitjournal.com de Chennai. Jeune maman et expatriée en Inde, elle crée l'édition de Chennai en août 2019 ; un prolongement de ses expériences en radio, TV et presse écrite.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Chennai

BIEN-ÊTRE

Une cure ayurvédique, ça vous tente ?

Il est un fait que l'Occident (et particulièrement la France) s'intéresse beaucoup à la médecine ayurvédique. Pour s'en convaincre, il suffit d'observer le web et les magazines. Mais pourquoi au fait?