TEST: 3629

CHENNAI : Ils cousent des masques pour les hôpitaux et la police

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 06/04/2020 à 01:00 | Mis à jour le 06/04/2020 à 01:00
masques couture coton inde

Toute bonne initiative est la bienvenue en ces temps difficiles. A Chennai, des groupes de couture se mettent en place pour coudre des masques pour les personnes sur le terrain.  

Depuis quelques jours, Kamala Murali, 30 ans, est collée à sa machine à coudre lorsqu'elle a du temps libre. Avec l’aide de tutos Youtube, elle arrive à créer une douzaine de masques en coton chaque jour qu’elle envoie ensuite aux patients, au personnel de santé, aux agents sanitaires de Chennai et à la Police. "Les masques sont en coton épais et sont fabriqués de manière à pouvoir insérer des filtres", explique Kamala, avec un groupe de couturières, nous essayons de lutter contre la pénurie croissante…En effet, les masques commencent à manquer et cela coûte cher. Les médecins font alors alors appel à des personnes qui pourraient fabriquer les masques chez elles, comme Kamala.

D’autres groupes comme les « Desiquilters » qui comptent 3500 membres sur Facebook, s’organisent pour répondre à de plus en plus de demandes d’hôpitaux en Inde. "Les cliniques et les hôpitaux nous ont demandé de fabriquer des masques pour les patients sous dialyse et les futures mères, nous prévoyons donc de poursuivre cette initiative. Et maintenant, des « quilteuses » de tout le pays le font pour répondre à la demande" raconte une des responsables.

Parmi la communauté française, lepetitjournal.com a ouï dire qu’une expatriée, couturière, met aussi à profit ses talents et fabrique des masques en tissu. D’abord destinés à la France, le courrier est maintenant bloqué et elle les distribue autour d’elle. 

Un grand merci.

 

Source : times of India

 

logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale