Mercredi 21 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MAFIA FRANÇAISE - Bruno Mercier, un tisserand affabulateur

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 16/09/2014 à 20:54 | Mis à jour le 17/09/2014 à 04:01

Plongée surréaliste dans les délires d'un ancien militaire. Si vous êtes français, vivant depuis dix ans au Cambodge, vous faites certainement partie de la mafia.


Suite à l'article « Bruno Mercier et la théorie de la mafia française au Cambodge, encore un mytho ? » de Cambodge Mag, nous nous sommes penchés sur les vidéos de l'ancien militaire dans lesquelles il dénonce « preuves à l'appui » ce fameux réseau pédocriminel cambodgien et ses méthodes. Nous avons également visionné une partie des trois heures de l'émission  « Libre Antenne » sur le site MetaTV.org présentée par un certain Tepa. Avouons-le, nous n'avons pas eu le courage de regarder la totalité de cet entretien laborieux mené par Tepa qui avale tout ce qu'il entend et semble parfois même complètement dépassé.

Christophe Gargiulo, dans Cambodge Mag, qualifie la partie du livre consacrée au Cambodge de diarrhée verbale difficile à résumer. Idem pour l'émission, alourdie par une diction laborieuse et des dires parfois totalement incompréhensibles de Bruno Mercier.

Qui prétend être Bruno Mercier ? L'homme qui a tout simplement mis à jour un réseau mafieux français aux tentacules internationales, celui qui a démasqué un réseau pédocriminel au Cambodge impliquant des ONG servant de paravent à des trafics de drogue et d'armes, un ex consultant de la DCRI, un consultant international en risque management, spécialiste en défense nucléaire biologique et chimique, un tireur d'élite de l'armée à 18 ans, l'homme qui a avalé à pied et en six jours les 600 km séparant Hanoï de Dien Bien Phu, un témoin de l'assaut de la grotte d'Ouvéa et de l'attentat du café de Paris de Djibouti ? .

L'homme Bruno Mercier est plus probablement un mythomane que les accusés qu'il pointe du doigt laissent tranquille. Il prétend que son livre La mafia française, ses méthodes et ses réseaux est interdit alors qu'il a fait couler son éditeur suite à un procès perdu contre le journal L'Humanité.

Les Français, des mafieux pour la plupart

Précision, ces propos rapportés ci-dessous, sensés démontrer l'existence de cette mafia, sont authentiques. Vous voilà prévenus, accrochez-vous.

Ainsi dans cette émission « Libre Antenne », Bruno Mercier accuse, le plus sérieusement du monde la grande majorité des Français vivant au Cambodge de faire partie du réseau mafieux.  A propos de son infiltration dans le réseau pédophile criminel, mission mandatée par la DCRI, Bruno Mercier explique comment de faux pédophiles se font piéger. Là encore, il part d'un fait-divers réel, la fameuse drogue versée dans un verre à l'insu de la personne visée :

"Le Français a toujours le réflexe d'aller dans des bars ou des hôtels où il retrouve des compatriotes. Ce qui est une grave erreur car les compatriotes sont le plus souvent liés à des réseaux mafieux. Il est tout à fait facile de mettre de la drogue dans un verre, la cible s'endort. On faisait alors rentrer des enfants dans les chambres, ils se mettaient nus et posaient auprès du faux pédophile". Lisez bien "on faisait" car Bruno Mercier était infiltré. Le lendemain, la victime se réveillait avec des photos autour de lui de ses actes sexuels. Il était piégé et le chantage pouvait commencer.

Notre super espion accuse des ONG, sans les nommer et qui officiellement s'occupent d'enfants démunis,  d'être au c?ur de ce réseau pédophile. Un de ses arguments : "Les ONG sont entourées de murs, de barbelés en haut, on pense que c'est pour protéger les enfants, mais c'est pour ne pas regarder ce qu'il se passe à l'intérieur". Imparable.

Comment créer des liens quand il n'y en a pas

Un peu plus loin, il démontre, tissant des liens dont il a le secret entre des faits réels ou parfois inventés, les ramifications de cette mafia :

"J'ai vécu l'attentat du Café de Paris à Djibouti [?]. En 1993, je me retrouve au Cambodge et c'est là que je peux faire des relations. Par exemple, j'avais participé à l'émission sur le Juge Borrel et le journaliste qui avait monté ce reportage m'avait dit je suis attendu à Djibouti par telle personne.  En fait cette personne est le fils d'une autre personne qui faisait chanter au Cambodge et on retrouve celui qui se faisait chanter ( sic) qui est le père de la personne qui accueillait le journaliste qui est installé à Djibouti. Donc on arrive à faire des relations comme çà. Et ces liens ne sont pas des affabulations parce que telle personne est au Cambodge telle année, deux après elle se retrouve à Djibouti et on trouve une autre mutation au Sénégal. Du Sénégal, on voit arriver quelqu'un au Cambodge. Si on regarde bien, c'est comme une administration qui mutait les gens et les déplaçait". C'est clair comme de l'eau de roche et les liens sautent aux yeux.

« Mais qui est à la tête de cette administration ? » demande alors l'intervieweur
« Les mafieux, ce que j'écrivais dans mon livre qui je rappelle est interdit de vente et attaqué de toute part, me disaient que le patron était euh ?. ». Il regarde ses fiches, un soupçon nerveux « ? était le bras droit ? le bras droit de Pasqua à l'époque, j'ai oublié son nom, il était préfet du Var ». 
« Marchianni  »  souffle Tepa.
«  Oui, Marchianni ! je l'ai écrit noir sur blanc et je n'ai jamais eu de plaintes » fait-il d'un air grave. Et d'insister : «je l'ai marqué noir sur blanc. Il y avait plein d'indices. Marchianni avait une société d'import-export à Djibouti au temps de l'assassinat du juge Borrel ». Quel indice révélateur ! 

Ainsi de suite pendant trois heures. Bruno Mercier n'hésite pas aussi à flinguer une connaissance khmère. Dans la première vidéo d'une série annoncée de dix épisodes promettant de couvrir les assassinats de Paul Virgitti et Gilbert Jouve (Cambodge), le décès suspect du Docteur Rio (Cambodge), l'assassinat d'Alan Romagnoli (Cambodge) ou encore celui du journaliste Kieffer (Côte d'ivoire) ou celui de Pierre Marziali (Libye)  - et on en passe ? il accuse Yim Seap, assistant du ministre de l'Intérieur actuel, d'être au c?ur d'une escroquerie contre un entrepreneur français avec la complicité de la mafia française du Cambodge.

La mise en ligne de la vidéo date du 14 octobre 2013.  Or, surprise, on retrouve Bruno Mercier, dans trois vidéos du 25 juin 2012 (à voir ici : 1, 2 et 3) à l'institut national de gemmologie à Paris, accompagné de Yim Seap et de Y Chhean, ex-commandant militaire khmer rouge, garde du corps de Pol Pot, devenu gouverneur de Pailin, propriétaire de casinos et d'hôtels luxueux sortis de terre grâce à l'argent du trafic de rubis. "Le sens de la visite, explique-t-il, permettre d'exploiter autrement les pierres précieuses, de mettre en place des formations professionnelles, de créer du commerce, d'attirer des touristes avec un musée dans une région défavorisée est qui Pailin".  

Et quid du sens des accusations portées à l'encontre de Yim Seap ? Elles sentent un bon règlement de compte. Quant au sens de son livre et de ses vidéos, il n'y en a pas ou si peu. Affaire classée.

Emmanuel SCHEFFER ? www.lepetitjournal.com/cambodge - Mercredi 17 septembre 2014

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet