TEST: 2248

Songthoul Fernandez: comment développer le tourisme au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 18/11/2008 à 02:00 | Mis à jour le 19/10/2018 à 12:19
Photo : (Source Photo: LPJ-Cambodge- Songthoul Fernandez)
Songthoul Fernandez

Songthoul Fernandez est franco-khmer. Il a travaillé dans le secteur du tourisme en France pendant 15 ans, avant de venir s'installer au Cambodge en 1999, date à laquelle il fonde l'agence de tourisme Kennary Tours


Le Petit Journal - Quelle est, selon vous, la situation touristique du Cambodge aujourd'hui ?
Il y a aujourd'hui trois pôles touristiques importants : Siem Reap, Phnom Penh et Sihanoukville. La destination Cambodge est définitivement perçue par les marchés comme une destination culturelle. Elle reste encore un produit d'extension (pour les marchés d'Amérique du Nord et d'Europe): c'est dans le cadre de séjours en Thaïlande ou au Vietnam que les touristes viennent passer quelques jours au Cambodge. Contrairement à ses voisins, le Cambodge n'offre pas de circuit spécifique. Malgré de nombreux atouts (fort potentiel touristique, développement des infrastructures routières, aéroports internationaux), la vision politique du tourisme national n'a pas permis de dégager des priorités de développement.

Que préconisez-vous pour augmenter les recettes touristiques du Cambodge ?
En 2007, le Cambodge a accueilli 2 millions de touristes alors que la Thaïlande en accueillait 14 millions et le Vietnam plus de 4 millions. Pour permettre au tourisme cambodgien d'entrer dans la compétition régionale, il faut le doter d'un circuit autonome répondant aux besoins des marchés. Pour cela, il faut choisir un axe touristique remplissant les conditions suivantes: une durée du circuit comprise entre 9 et 12 jours, un temps de trajet entre les étapes ne dépassant pas 3 à 5h, un produit diversifié et compétitif.

Quelles seraient les zones à développer ?
On ne peut pas tout développer, le Cambodge n'en a pas les moyens. Il faudrait concentrer les efforts sur deux zones: Kompong Thom et Kampot. Ces villes pourraient être des étapes intermédiaires vers Siem Reap et Sihanoukville. Kompong Thom présente un intérêt culturel avec son site archéologique du VIIème siècle et Kampot est une halte agréable grâce à la station climatique du Bokor, d'autant plus que Sokha est en train d'y construire un hôtel 5 étoiles.

LPJ ? Comment le Cambodge pourrait-il devenir compétitif dans la région ?
Il faudrait offrir aux touristes internationaux transitant par Bangkok et par Ho Chi Minh Ville des possibilités d'accès au Cambodge par voies routières et fluviales. Ces moyens d'accès sont moins onéreux que l'aérien. Cela implique de développer les axes routiers Poipet / Siem Reap et Bavet / Phnom Penh, ainsi que l'axe fluvial Chau Doc / Phnom Penh.

Quel est le rôle du gouvernement dans le développement touristique du Cambodge ?
Aujourd'hui, le tourisme est dilué. La politique nationale est de développer partout. Mais finalement, cela ne permet pas vraiment de faire décoller une région. Les compétences techniques du Ministère du Tourisme sont trop minces, il n'a pas de vision technique lui permettant de prendre de bonnes décisions politiques. C'est pourquoi il me semble nécessaire de restructurer les institutions touristiques par le renforcement de leurs moyens techniques.


Aurélie Colladon (LePetitJournal.con, Cambodge) Lundi 17 Novembre 2008

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale