Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PASSERELLE NUMERIQUE : Un passeport pour l’avenir des jeunes cambodgiens

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 14/10/2013 à 16:52 | Mis à jour le 15/10/2013 à 00:56

En 2011, 97 étudiants furent choisis parmi 2000 candidats venant des 4 coins du Cambodge pour suivre la formation que propose Passerelle Numérique. Après deux ans d'intense formation, 49 étudiants ont obtenu le diplôme d'« Administrateur Systèmes et Réseaux » et les 48 autres, le diplôme de « Programmeurs Web ». Le Petit Journal était présent pour la remise des diplômes le 11 octobre dernier et a rencontré les majors des deux promos respectives. Retour sur le parcours de deux étudiants pas comme les autres.

Alors que le discours du président Benoit Genuini s'achève, les jeunes diplômés de Passerelle numérique ont le sourire aux lèvres. Cette association crée en 2009 a pour but d'aider les jeunes cambodgiens en leur offrant un cursus professionnalisant destiné aux métiers de l'informatique. Les étudiants  arborent fièrement leur joli cadre estampillé de leur nom et de leur spécialité. Une armée de photographes les couvrent de flash et c'est avec délice qu'ils savourent leur succès bien mérité. Parmi eux, les deux majors de promo se fondent dans la masse des uniformes blancs et noirs et c'est non sans peine que j'arrive à les approcher pour leur demander une interview. On nous installe finalement dans une des salles de l'école, à l'écart de l'effervescence ambiante.

Korng KHEARHG et Thida PEN s'installent timidement face à moi.

 

 

 

 

Lepetitjournal.com/Cambodge : Félicitations à tous les deux !  Vous êtes les meilleurs élèves de la promo 2013. Que ressentez-vous ?

Korng KHEARHG : Je suis très fier d'être le meilleur « Administrateur Systèmes et réseaux ». Maintenant j'ai les compétences requises pour commencer ma vie professionnelle. Cela m'a demandé beaucoup de travail, surtout au début, car tous les cours étaient en anglais. Dans le domaine de la Haute Technologie c'est inévitable d'ailleurs, puisque tous les termes qui touchent à l'informatique sont anglais.

Thida PEN : Tout au long de la formation, les professeurs m'ont inspirés par leur motivation pour la programmation numérique. Au début ça n'a pas été facile ! (rires) Dans la programmation web il y a toute une partie où la créativité occupe une grande place, ce fut pour moi un vrai challenge tout comme les autres étudiants de faire appel à notre créativité. Aujourd'hui j'ai acquis une aisance en matière de création et j'en suis très fière car je me suis dépassée !

En quoi consistent vos spécialisations ?

K.K. : En tant qu' « Administrateur Systèmes et Réseaux », je suis chargé de créer des connexions internet entre les ordinateurs d'un même réseau. Dans des bureaux ou pour des entreprises par exemple. Je gère aussi tout ce qui touche à la sécurité interne de chaque ordinateur mais aussi en ce qui concerne internet.

T.P. : Moi je m'occupe de créer des sites web et des logiciels pour ordinateur, tablettes numériques et smartphones. Pour cela j'ai appris les langages PHP et HTML. Je travaille majoritairement sur des formats comme Wordpress et Joomla.

Comment avez-vous connu Passerelle Numérique ?

K.K. : J'ai eu l'information dans la ville d'où je viens par un de mes amis qui m'en avait parlé. Il m'a conseillé de me renseigner un peu plus sur ce que la formation proposait. C'est ce que j'ai fait et j'ai ensuite décidé de poser ma candidature pour la session suivante.

T.P. : Je m'intéressais déjà beaucoup aux applications sur smartphones. Je voulais savoir d'où elles venaient, comment elles fonctionnaient. Un ami m'a donc parlé de Passerelle Numérique et ça m'a tout de suite intéressée.

Qu'est-ce que Passerelle Numérique vous a proposé ?

Tout d'abord, et c'est aussi pour ça que l'on a été recruté, Passerelle Numérique propose une formation entièrement gratuite. Cela inclut les cours, le logement et la nourriture. C'est pour cette raison que les recruteurs retiennent les candidats issus des milieux les plus défavorisés. Ensuite, nous devions passer un test écrit en 3 parties : mathématiques, logique et anglais. Et enfin, nous avons eu un entretien pour connaître nos motivations.

Quels sont vos projets pour la suite ?

K.K. : Actuellement je suis en stage chez Ezecom et si tout se passe bien je serai salarié dans 4 mois. J'aimerais aussi pouvoir aider ma famille et mon village (Province de Kompong Spoe, ndlr) qui n'est presque pas connectée avec le monde extérieur. J'aimerais y installer un bon réseau internet pour améliorer les conditions de vie de tout le monde.

T.P. : Je travaille en ce moment pour Endorphine Concept qui est une boîte française (A l'origine de Geeksincambodia.com, une plateforme ndlr). Le travail me plaît beaucoup et j'espère gravir les échelons pour pouvoir un jour aller en France !

Anne Tandonnet

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

J'AI TESTÉ POUR VOUS

Une nuit à Phnom Penh

Le trafic et la chaleur étouffante en moins, la nuit est l’un des meilleurs moments pour découvrir Phnom Penh. Voici ce qu’elle propose de mieux, à ses habitants comme aux touristes de passage.

Sur le même sujet