Lundi 17 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le marché du café cambodgien en plein boom

Par Victor Bernard | Publié le 27/11/2018 à 20:00 | Mis à jour le 27/11/2018 à 20:00
Photo : Une plantation de café dans la province du Mondulkiri. Source : AKP Kampuchea
café_Mondulkiri

La province du Mondulkiri, première productrice du café du royaume, a vu la superficie de ses cultures doubler cette année, grâce à un engouement pour le café cambodgien, palpable notamment à Phnom Penh.

Recouvrant une superficie totale de 206 hectares pouvant produire jusqu’à 300 tonnes de café par an, les plantations de café font sont un des tissus économiques principaux de la province du Mondulkiri. Les autorités de la province se félicitent de l’augmentation de la production et ont indiqué que le nombre de plantations augmentera proportionnellement à la demande de la population du royaume et aux exportations pour la demande extérieure. 65% des caféières sont exploitées par des entreprises privées à l’échelle nationale quand les 45% restants restent la propriété de petits exploitants locaux.

Le prix actuel du café en grains est de 2,5 dollars américains le kilo. Le Cambodge importe principalement son café du Vietnam et du Laos, deux pays où le climat et l’altitude des terres rendent la culture du café plus simple. La production de café dans la péninsule indochinoise trouve son origine dans la colonisation française.

Cette croissance de la demande a lieu alors que le nombre de cafés augmente exponentiellement dans les rues de la capitale. En juillet 2017, environ 300 coffee-shops étaient recensés à Phnom Penh, dont plus de 100 étaient détenus par la chaîne Café Amazon. 

Pour de nombreux observateurs, et même les chaînes elles-mêmes, le marché paraît atteindre un plafond au-delà duquel plus aucun autre café ne saurait entrer en compétition en espérant être rentable. Cependant, la compétition intense que se livrent les différentes marques bénéficie aux clients puisqu’elle encourage l’innovation et la baisse des prix du café à l’unité, qui reste un bien relativement cher, en comparaison au revenu moyen cambodgien.
 

0 Commentaire (s)Réagir