Mardi 19 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ronronthérapie et adoption à l'UniCat Café de Kampot

Par Virginie Vallée | Publié le 07/10/2019 à 20:00 | Mis à jour le 07/10/2019 à 20:00
Photo : L'UniCat Café de Kampot. Photo fournie
unicat cafe kampot chats

Connue pour son calme et son environnement propice à la détente, Kampot possède aussi depuis deux ans un café à chats où il est possible d'aller caresser des félins et les adopter.

La « ronronthérapie », l'action d'apaiser son stress en caressant de petits félins, une activité rendue possible à Kampot depuis deux ans grâce à Monika Lienart. Installée initialement à Sihanoukville, cette Suisse-Allemande y tenait une maison d'hôtes, avant de s'installer à Kampot avec ses trois chiens et neufs chats des pagodes.

Monika a ouvert il y a deux ans ce café-refuge où l’on peut venir prendre un café, se restaurer et jouer avec les 22 chats actuellement hébergés. Arbres à chats, paniers, grattoirs parsèment naturellement le café, et les chats accueillent les visiteurs sereinement sous la surveillance de Monika. Elle veille sur ces animaux et cherche à trouver des personnes prêtes à adopter ces chats qui sont tous vaccinés et stérilisés. Les adoptants doivent faire un don pour participer à la nourriture, à l’achat de litière et aux soins des animaux restant au centre, qui ont tous été récupérés dans les rues. « J'ai eu l'idée de créer un café qui accueillait les chats des rues lorsque j'ai été bénévole à Sihanoukville pour un projet d'aide aux chats des pagodes, explique Monika Lienart. L'idée de l'UniCat Café est d'offrir aux chatons qui ont été blessés, torturés ou arrachés à leur mère trop tôt de meilleures chances de survie.  »

 

uni cat café

 

Pour le moment la propriétaire de l'UniCat Café travaille seule. Le bar à chats accueillant des animaux en bonne et moins bonne santé, Monika garde les félins infirmes et propose les autres à l’adoption. L'UniCat Café propose en outre un service de garderie, pour les personnes qui s’absentent plus d’un mois, les chats sont alors hébergés dans le café. Pour des absences plus courtes, Monika se rend chez les propriétaires pour nourrir et s'occuper des chats. « C’est moins traumatisant pour les animaux, qui ont besoin d’un temps d’adaptation quand on les change d’environnement », souligne Monika Lienart.

Adopter un animal quel qu’il soit est un engagement à long terme et de nombreux expatriés savent que leur passage au Cambodge est éphémère, ils n’osent donc pas s’engager. Les centres comme UniCat Café à Kampot mais aussi le refuge Animal Rescue Cambodia à Phnom Penh recherchent régulièrement des familles d’accueil pour de courtes durées, deux ou trois mois, par exemple le temps de faire leur vaccination pour qu’ils ne soient pas en contact avec les autres chats, le moyen de partager des moments avec un compagnon qui sera adopté définitivement par la suite. 

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles