Lundi 10 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des zombies désarticulés et des morts-vivants à Aeon Mall 2 !

Par Thibault BOURRU | Publié le 13/06/2018 à 19:30 | Mis à jour le 14/06/2018 à 04:13
ZombieHouse-AeonMall2-PhnomPenh-Cambodge-AAAAAAAAAAAA

Le 30 mai ouvrait officiellement le centre-commercial Aeon Mall 2, laissant découvrir aux curieux quelques nouveautés, « dont un petit parc d'attraction » nous a-t-on soufflé. Sur le site internet du complexe, les informations autour des innovations filtrent très peu, mais de par le bouche-à-oreille, une d'entre-elles a particulièrement retenu notre attention : l'existence d'une maison hantée... Amateurs de ces expériences pour le moins étranges, nous avons décidé de nous y rendre.

« Penses-tu que des bouchers vont nous poursuivre avec des hachoirs ensanglantés ? » Les 45 minutes de tuk-tuk nécessaires pour rejoindre Aeon Mall 2 me permettent de spéculer sur l'intérieur du lieu hanté. J'avoue ne pas être stressé à l'idée de le visiter... Avant d'y entrer du moins. J'essaie donc de tester la résilience de Leïla. « Je n'en sais trop rien, s'amuse-t-elle. En tout cas, je ne vais pas trop manger histoire de courir assez vite. » Chacun raconte ses expériences passées, sûrement pour se rassurer, entre train fantôme à Disneyland ou encore maison hantée de Palavas-les-Flots, la tension s'installe. 

 

« Vous allez avoir peur... Peut-être. »

À notre arrivée, première surprise. Le « petit parc d'attraction » est en fait un étage aménagé pour les enfants : bateau pirate qui se balance, parcours amusant, pêche au canard, et autre tour vertigi... qui monte et qui descend. Un lieu très familial en somme, adapté pour égayer les petits lors de longues courses souvent barbantes pour eux. Nous espérons encore que la maison hantée est à part, réservée peut-être à des gens plus avertis. Nous nous dirigeons donc vers le guichet. L'illusion tombe lorsque nous voyons, sur le programme du parc, la « Zombie House » perdue au milieu des autres attractions. Le prix s'élève à trois dollars, comme pour toutes les autres activités. « Cela fait-il vraiment peur ? » Leïla interroge le guichetier. Lui, d'un air lancinant, bafouille, sourire aux lèvres, « hmm vous allez avoir peur... Peut-être. » Nous y allons, quelque peu déçus de l'accueil, le jeu et le cœur n'y sont pas vraiment.

 

Des demi-zombies, des morts-vivants pendus par des chaînes, et un étonnant tunnel

Une fois entré dans cette maison des zombies, le noir complet. « J'ai déjà peur », rigole nerveusement Leïla, c'est vrai que nous ne voyons pas grand chose dans ce premier couloir, nous ne sommes pas à l'abri de nous faire surprendre par un zombie désarticulé. Une première statue apparement repue de chair humaine nous montre la voie. Nous entrons à présent dans un cimetière miniature, où un demi morts-vivant hoche la tête de façon très robotique. Rien qui puisse effrayer une mouche finalement. Seuls certains sons peuvent faire monter un éventuel stress chez les visiteurs, des cris de zombies, d'enfants. Nous avançons sereinement et, « AAAAAAAAAAAAAAAAH ! », s'exclame Leïla recroquevillée sur elle-même, et visiblement terrifiée. Je vois passer à côté de moi quatre jeunes visiteurs, la vingtaine, traversant la maison hantée, d'une sérénité qui témoigne de l'horreur du lieu. « Bah alors ? » La jeune femme a été effleurée par l'un de ces jeunes plutôt pressé, « j'ai cru que c'était un zombie », explique-t-elle en se relevant, amusée. 

Nous entrons à présent dans une salle très surprenante, en forme de tube, avec comme seule voie de passage un pont. Le tube, orné de motifs oranges fluorescents, tourne sur lui-même dans un sens visiblement hasardeux. C'est troublant, le pont dispose, heureusement, de barrières de chaque côté pour s'accrocher en marchant. Nous sommes désorientés et perdons facilement l'équilibre. Mais cela ne dure qu'un temps, cinq secondes même nous suffisent pour franchir cette plate-forme de trois mètres. Un jeu de miroir, que l'on aperçoit sur la fin, donne l'illusion d'un chemin interminable, mais non. Quelques statues en armure et autres zombies pendus par des chaînes nous accompagnent dans la dernière pièce de l'attraction. Quatre minutes de traversée au total et retour au départ. Nous avons fait l'effort de profiter au maximum, mais cela est terminé. 

Pour être honnête, cette expérience nous a plus fait rire que peur, mais pour le prix à payer ce n'est pas si grave. Nul doute qu'avec les enfants, en famille, le moment risque de vous plaire, et de vous effrayer... Qui sait ?

*Nous ne pouvions malheureusement pas prendre de photos...

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

CULTURE

Photographie - Caroline Chevalier invite l'étrange à Phnom Penh

Dernière résidence de l’année pour l’institut français du Cambodge, Caroline Garnier a accompagné les étudiants du Studio Images dans différents lieux emblématiques de la capitale cambodgienne.