Lundi 14 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VINE 21 - Travaillez et vivez autrement en Roumanie

Par Grégory Rateau | Publié le 27/05/2019 à 00:00 | Mis à jour le 27/05/2019 à 07:27
Photo : Arthur Bergeret et Hugo Pillegand, Vine 21
Vine 21 Arthur Bergeret Hugo Pillegand co-working co-living bucarest roumanie

Arthur Bergeret et Hugo Pillegand, deux amis lyonnais ayant beaucoup voyagé, sont finalement tombés amoureux de la Roumanie et ont décidé de poser leurs sacs à dos et de s'installer à Bucarest. En 2018, ils montent ensemble, Vine 21, un espace de co-working et de co-living pour aborder la vie pratique et professionnelle autrement, pour plus de liberté et de solidarité...

 

 

Grégory Rateau: Vous et votre partenaire associé êtes deux amis d'enfance venant de Lyon et qui avez beaucoup voyagé. Pourquoi avoir choisi de tenter cette aventure et monter un espace de co-living puis de co-working ici, à Bucarest?

Arthur : Nous avions depuis plusieurs années l’idée de créer notre propre lieu et nous étions en 2016 à la recherche d’une capitale européenne pour s’établir. Et c’est lors d’un voyage entre amis en Roumanie, que nous avons découvert Bucarest et sommes tombés sous le charme de la capitale. Quelques mois plus tard, nous étions de retour ! Au cours de notre séjour, nous avons eu l’opportunité de reprendre la gestion d’une grande maison dans un secteur à potentiel et nous l’avons saisie.


 

Pensez-vous que cette manière de travailler en dehors du cadre plus stricte d'une entreprise peut se développer en Roumanie ?

Hugo : Oui bien sûr et je pense que c’est déjà le cas, vous avez probablement remarqué le nombre de personnes travaillant depuis des cafés dans la capitale… Il existe déjà plusieurs espaces de co-working, de différentes tailles et atmosphères. Mais, en comparaison à d’autres capitales européennes, il reste encore de la place pour un projet comme le nôtre.


 

Quels avantages proposent selon vous ces nouvelles façons d'envisager le travail ?

Arthur : Plus d’autonomie, de liberté, de reconnaissance et donc un sentiment global de bien-être. C’est en ce moment une tendance mondiale dans les pays développés, les codes changent et la nouvelle génération d’actifs cherche de nouveaux modèles de travail.

 

Pensez-vous que cette autonomie de l'employé peut changer les rapports hiérarchiques?

Hugo : De manière générale, le management en entreprise s’éloigne de plus en plus du cadre traditionnel. Les rapports hiérarchiques évoluent et l’employé gagne en autonomie. Le modèle « freelance », quant à lui, change complètement le rapport entre « entreprise » et « employé », la relation hiérarchique étant supprimée : c’est un échange de compétences officialisé par un contrat. Le freelancer a un enjeu fort, celui d’apporter satisfaction à ses clients. Mais de son côté, l’entreprise se voit dans l’obligation de réfléchir à des nouveaux moyens d’attirer ces profils : adapter ses modèles de rémunération, établir des relations de confiance, apporter des projets à valeur ajoutée, mettre en avant le travail de ses partenaires extérieurs.

 

Qu'est-ce qui vous séduit dans la ville de Bucarest?

Arthur : C’est tout un ensemble de choses : son architecture et ses quartiers atypiques, ses parcs, ses cafés, sa vie culturelle et ses lieux alternatifs. Et bien sûr la tranquillité et la qualité de vie, que la plupart des expatriés apprécient ici.

 

Aviez-vous des a priori avant de vous y installer?

Hugo : Nous sommes tous les deux passionnés de voyages et nous savons que les clichés sont souvent bien différents de la réalité. Nous avions eu de très bons échos sur la Roumanie et l’atmosphère particulière de Bucarest et désirions depuis un moment venir y faire un tour !

 

Pensez-vous à développer votre activité dans d'autres villes, comme Cluj par exemple ou Iasi?

Arthur : Pour l’instant, notre priorité est d’ouvrir notre espace co-working et notre coffee-shop. Ce projet demande un investissement personnel important sur le long terme. Nous n’avons pas pour objectif de créer une chaîne et souhaitons que notre lieu reste unique. Si le lieu remporte du succès, nous pourrons néanmoins envisager l’ouverture d’autres espaces et, pour être honnêtes, nous avons déjà d’autres idées en tête…

 

Vous avez vécu dans la même résidence étudiante. Que vous a apporté le co-living?

Hugo : Commençons par une définition : un co-living est un espace hébergeant sous le même toit un groupe d’individus, souhaitant partager des valeurs et des ressources communes. Ce modèle apporte des avantages certains : confort, accessibilité, flexibilité et bien sûr un esprit fort de communauté. Au sein de notre co-living, chacun dispose d’une chambre privée et les espaces communs sont partagés. La différence entre un co-living et une résidence étudiante, c'est la population. Les résidents de Vine 21 sont déjà entrés dans la vie active et ont principalement des profils créatifs : entrepreneurs, freelancers, graphistes, designers, artistes… Ils voient en notre lieu l’opportunité de nouer de nouvelles relations personnelles et professionnelles.

 

Quelles perspectives économiques voyez-vous dans l'avenir pour ce pays?

Arthur : Il reste encore beaucoup à faire à l’échelle nationale, pour rendre le pays plus attractif et cela passe notamment par le développement des infrastructures. Mais au niveau local, la capitale roumaine est en pleine effervescence, une sphère d’entrepreneurs, freelancers et créatifs en tout genre est en train d’émerger. Cette nouvelle génération dont nous faisons partie, va, nous l’espérons, faire évoluer les codes et je l’espère changer la ville. Nous prévoyons l’ouverture en septembre prochain de notre nouvel espace de co-working et coffee-shop. Mais nous avons besoin de soutien, afin de pouvoir finaliser le projet. A la clé, la possibilité de réserver un poste dans le co-working, tester notre concept de co-living, apprendre le 3D printing ou encore recevoir la formation d’un barista autour du café de spécialité !

 

 

Lien vers leur campagne de crowdfunding pour aider leur projet :  https://igg.me/at/vine21

Voir le lieu en vidéo et en musique : https://www.facebook.com/Vine21page/videos/2177962499118823/

 

 

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Je suis atteint du virus de l’expatriation, c’est grave ?

Rentrer en France ? Pour certains expatriés, cette perspective n’est pas une option, tant ils ont pris goût à la vie à l’étranger et à son lot de découvertes et opportunités professionnelles.