Lundi 24 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LA BLOUSE ROUMAINE - De la campagne roumaine à la cour royale en passant par les toiles de Matisse

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 24/06/2019 à 00:00 | Mis à jour le 24/06/2019 à 12:32
Photo : Photo: Silvia Floarea Toth
blouse roumaine

Le 24 Juin nous fêtons la Journée Internationale de la Blouse Roumaine, la célèbre blouse blanche brodée et tissée à la main. L'occasion de revenir sur ce vêtement traditionnel roumain qui a traversé les âges et les frontières. N'hésitez pas à arborer la vôtre en ce jour!

 

 

Le fil entre et ressort du tissu blanc. Il forme une fleur bleue, elle-même insérée dans une colonne de motifs qui glissent le long du bras. Rouge ou bleue ? Bleue ou rouge ? Ou celle avec encore plus de couleurs et des broderies plus variées ? Si aujourd'hui le choix des ie est possible, cela n'a pas toujours été le cas.

Les motifs des ie, brodés à la main, ont une signification bien précise. Traditionnellement, les blouses roumaines traduisaient l'âge, le statut social et la région d'origine des femmes. Ainsi, si vous étiez mariée ou plutôt âgée, vous portiez des modèles simples avec des couleurs plus ternes. À l'inverse, les jeunes filles arboraient des couleurs plus vives, pour attirer l'attention d'éventuels futurs époux.

Ce vêtement traditionnel était à la base porté par les paysannes. Elles avaient des tuniques différentes suivant les occasions. Les ie -du latin tunicae linae, tunique légère- les plus décorées étaient réservées aux jours de fêtes, les plus sobres à la vie quotidienne. Les femmes en avaient d'autres spécialement pour les hora, ces danses collectives pratiquées lors des mariages et des fêtes de village.

 

Un art ancestral

 

L'art de la confection des blouses roumaines se transmet de génération en génération, de mère en fille. La tunique est le plus souvent en lin, en chanvre, en soie ou en coton. Les motifs sont disposés en colonne sur le torse et les manches. Parfois géométriques, parfois représentatifs : papillons, fleurs et autres éléments naturels pourront être dissimulés dans un entrelacs de broderies.

D'abord portées par les paysannes, les blouses roumaines se sont, au fil du temps, fait un chemin jusque dans les garde-robes royales. Vers le milieu du XIXe siècle, la princesse Élisabeth de Roumanie introduit ce vêtement traditionnel à la cour.

Environ un siècle plus tard, le célèbre peintre Henri Matisse rendit la ie populaire en France. Avec La Blouse roumaine, peinture terminée en avril 1940 après six mois de travail, il entérine l'habit traditionnel dans le monde de l'art et lui donne une visibilité internationale.

De la campagne roumaine à la cour royale en passant par les toiles de Matisse, la ie a traversé les époques et les frontières. Elle a même été revisitée dans des collections de haute couture, comme chez Yves Saint-Laurent en 1981, avant de venir remplir les rayons de Zara ou H&M. Bien loin des traditions, les blouses de ces chaînes vestimentaires n'ont que peu de choses en commun avec les ie que certains artisans roumains fabriquent encore dans le respect de la culture de leurs ancêtres.

 

Défilé Yves Saint Laurent (AH 1999/2000) / Couverture Vogue

 

La blouse roumaine - Henri Matisse - 1940

La reine Marie de Roumanie

 

Maëva Gros

 

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet