Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 17

HUMOUR - 6 habitudes des Français qui peuvent dérouter les Roumains

Français Français
Écrit par Grégory Rateau
Publié le 6 février 2018, mis à jour le 30 décembre 2020

LePetitJournal.com de Bucarest fait aujourd'hui un peu d'auto-dérision. Son rédacteur d'origine française vous parle des 8 habitudes des Français qui, selon lui, peuvent dérouter les Roumains. N'oublions pas qu'il est avant tout question d'humour, de rire ensemble et non pas les uns contre les autres. Ce sont nos différences, nos petites habitudes qui font notre incroyable diversité, et nos rencontres s'enrichissent aussi et surtout grâce à elles. Nous attendons vos impressions...

 

1. La bise
 
On ne pouvait pas passer à côté de cet incontournable, la fameuse bise. Elle n’est pas une coutume propre aux Français mais elle continue à émouvoir les Roumains. Certains détestent, le contact physique n’étant pas toujours des plus agréables avec des inconnus, d’autres s’en amusent, et les plus malins, prennent souvent ce prétexte pour se rapprocher des partenaires de leur choix. Ce qui n’est pas toujours très facile à comprendre, ce sont les circonstances dans lesquelles on peut l’appliquer: combien de bises doit-on faire? A qui? Homme, femme ou les deux? Aux intimes ou à de parfaits inconnus? Après quelques rencontres ou dès les premières présentations. Il n’y a pas une réponse pour chaque question mais plusieurs, car cela dépend de la région de France d’où vous venez, de l’éducation que vous avez reçue et du niveau de sympathie que vous entretenez avec chacun. Les Roumains ne sont pas les seuls à s’y perdre je vous rassure.

 


 
 
2. Oh la la, zut, eh ben, hop, heu, bof

 
Etrange, vous avez dit étrange, imaginez quand vous démarrez l’apprentissage de la langue française et que vous soyez confrontés à ces drôles de locutions, il y a de quoi en perdre son latin et c’est peu dire. “Eh ben”, “Zut”, “Hop”, “Heu” “Bof” ou encore “Oh la la”, vous ne suivez plus mais le plus difficile se trouve surtout dans l’intonation : on peut les utiliser dans différents contextes, tout dépend de la manière dont on les prononce. C'est tout un art, qui repose sur une pratique régulière et appliquée. Vous pouvez aussi bien faire toutes sortes d'onomatopées («ben», «bah», «beeeeh») et, le pire de tout, faire cette espèce de "pet de bouche" quand on ne sait pas. Et oui parfois le Français peut avoir l’air un peu bête.


 


3. Le temps passé à table


Il n’existe pas de statistiques officielles et pourtant je peux vous assurer que les Français sont les champions dans cette catégorie, ils peuvent passer des dimanches entiers autour d’une table. Surtout lors des repas de famille ou des fêtes de Noël. En France il s’agit d’un sport national, trois heures à refaire le monde en buvant du bon vin, c’est une journée comme une autre pour un Français, il trouvera toujours un bon prétexte pour ne plus décoller de sa chaise, vous pouvez lui faire confiance. Et je ne vous parle même pas de l’apéro avant le repas, et des digestifs après le dessert. Combien de Roumains m’ont fait comprendre que leur première expérience autour d’une table avec des français leur a paru si longue, qu’ils en sont sortis avec quelques cheveux blancs en plus sur la tête.

 



4. Trinquer


En Roumanie on trinque en criant le fameux «noroc» mais la coutume s’arrête là, il n’y a aucune obligation particulière, alors que chez nous c'est une toute autre histoire. Il est de mise de se regarder dans le blanc des yeux au risque de perdre sa chance, ou de ne surtout jamais malencontreusement croiser vos verres, ce qui vous condamnerait sans appel à une année de misère sexuelle et personne ne le souhaite n'est-ce pas? Quand je pense que les Français reprochent souvent aux Roumains d’être superstitieux, c’est l’hôpital qui se moque de la charité! De plus, quand vous entrechoquez vos verres il est fortement déconseillé d'oublier quelqu'un. Imaginez un peu une grande tablée de 50 personnes, et oui, vous n’êtes pas prêt de siroter votre verre.

 


5. “Petit” café, “petit” dessert

Les Français adorent qu’on leur propose un “petit” café ou un “petit” dessert au restaurant. “Pourquoi petit”, me direz-vous et bien c’est sans doute pour se déculpabiliser d’en avoir avalé déjà dix d'affilée dans la journée. Si c’est petit, ça ne compte pas, n’est-ce pas ? Vous remarquerez que la plupart du temps, la réponse à cette question est souvent “Allez !”, comme si le client attendait qu’on lui propose, qu’on lui force un peu la main alors qu’il en crevait déjà d’envie. Ce qui se cache derrière ce “Allez !” est : “Je n’avais pas vraiment prévu de prendre un café/un dessert, mais si vous insistez, je vais me laisser tenter par une petite gourmandise, mais seulement pour vous faire plaisir”. Le Français n’aime pas prendre les initiatives quand il s’agit de caféine.

café

 
 
6. On parle de bouffe à table
 

En France on mange et on parle de la bouffe alors qu’on a encore la bouche pleine. Si, si, parole de Français. Comme un fumeur qui ne parlerait que d’arrêter de fumer en tirant sur sa quatrième cigarette de la journée, la moitié du repas est consacrée à critiquer ce que l’on est entrain de manger ou à distribuer les compliments et les regrets éventuels.

 


 
Le plus drôle c’est que le Français se déteste autant qu’il s’aime. Il adore critiquer ses coutumes, ses manies, dire que c’était mieux avant mais il sera souvent le premier à fanfaronner dès que vous lui parlerez des particularités de son peuple ou quand il en aura marre des coutumes étrangères et qu’il se rappellera au bon vieux souvenir des habitudes très «françaises» qu’il aura laissées derrière lui.


Le Français n’est pas méchant, ni trop compliqué, il est simplement Français (rires), alors ne lui en voulez pas trop.

 


 

grégory rateau
Publié le 6 février 2018, mis à jour le 30 décembre 2020

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024