TEST: 2245

COUPLE FRANCO-ROUMAIN - Magali et Ionut

Par Grégory Rateau | Publié le 24/02/2020 à 00:00 | Mis à jour le 24/02/2020 à 00:00
Magali et Ionut couple franco-roumain

Pour les mauvaises langues qui pensaient que nous ne vous présentions que des Français mariés ou en couple avec des Roumaines voici un couple dont la Française, Magali, a trouvé le grand amour auprès d'un Roumain, Ionut.

 

 

 

Grégory Rateau: Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours?

Magali: J’ai 46 ans. J’ai fait des études de sociologie et d’ethnologie puis je suis devenue secrétaire. J’ai ma propre entreprise de secrétariat indépendant depuis 8 ans.

Ionut: Je suis né en Roumanie, dans une petite ville située à environ 100 Km de Bucarest où j'ai fait une partie de mes études supérieures. J'ai fini mes études d'ingénieur en France où je suis arrivé en tant que boursier du gouvernement français à la fin des années 90. Depuis, je travaille comme ingénieur en informatique

 

Parlez-nous de votre première rencontre ?

Magali: C’était lors d’une soirée chez des amis communs. J’étais en train de débattre avec un ami un brin provocateur qui essayait de me vanter les bienfaits du communisme quand Ionut s’est assis à côté de moi pour me soutenir. Évidemment, il avait les meilleurs arguments ! Depuis, nous ne nous sommes plus quittés. Le lendemain nous savions que nous étions amoureux. Six mois plus tard nous étions mariés ! C’était il y a 19 ans. Depuis, nous avons eu deux beaux enfants.

Ionut: J'étais en stage et j'ai été invité à une fête chez un de mes collègues qui allait quitter le projet sur lequel nous travaillions ensemble pour une autre mission.
Lors de cette soirée j'ai rencontré Magali. Une discussion assez polémique lancée par un des invités sur les "bienfaits du communisme" a fini par nous rapprocher, et nous a permis de continuer à converser sur d'autres sujets, une fois que nous avions mis notre contradicteur échec et mat.  

 

Qu’est-ce qui vous a plu chez l’autre ?

Magali: Son intelligence, sa gentillesse et sa confiance en lui (et aussi son petit accent, j’avoue). Et puis Ionut a beau être une personne généralement calme et posée, il est toujours prêt à partir à l’aventure !

Ionut: Assez rapidement je me suis rendu compte que l'on pourrait converser une éternité sans se lasser. Brillante, cultivée et jolie... j'étais sous le charme. 

 

Magali, aviez-vous des a priori sur la Roumanie avant d'y venir pour la première fois ?

Je n’avais pas d’à priori sur la Roumanie car je n’en connaissais pas grand-chose à part les images de la Révolution que j’avais pu voir à la télévision. Ce qui m’a marquée là-bas la première fois que j’y suis allée, c’est surtout le froid. C’était à Noël en 2002 et les températures sont descendues à -28° ! Mais l’intérieur des maisons et le sens de l’accueil des Roumains sont si chaleureux que je m’y suis sentie tout de suite bien. J’ai pas mal souffert de la barrière de la langue au début mais tout le monde avait un petit mot en français pour moi et c’était tellement gentil.

 

Ionut, vous vivez actuellement en France, comment s'est passée votre intégration ?

Parfaitement bien. Je parlais déjà couramment le français et les systèmes administratifs, scolaires, politiques de la France et de la Roumanie sont assez semblables.
Magali et ses parents ont joué un rôle important à ce sujet car c'est grâce à eux que j'ai acquis la culture française. C'est grâce à eux que me suis senti chez moi en France très rapidement. Sur le plan professionnel j'ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m'ont aidé à m'intégrer à mes débuts. Il y a quelques années j'ai obtenu la nationalité française.

 

Comment vos familles respectives ont-elles réagi à votre union ?

Magali: Mon père connaissait Ionut qui était stagiaire dans sa société, il l’appréciait déjà beaucoup. Il a tout de suite été accepté par ma famille. Quant à moi, j’ai été accueillie à bras ouvert en Roumanie même si ça a été un peu plus compliqué à cause de la barrière de la langue. Aujourd’hui nos deux familles se connaissent et s’apprécient.

Ionut: Très bien, et ça a été l’occasion de faire une belle fête !

 

Qu'est-ce qui vous manque le plus en Roumanie Ionut ? Pourquoi êtes-vous parti ?

Je suis parti pour mes études et je suis resté pour Magali. Ce qui me manque le plus c'est la famille, et le côté léger et optimiste des Roumains en général.

 

De manière un peu plus légère, y-a-t-il chez l'autre un trait de caractère proprement français, et proprement roumain que vous aimez ou que vous détestez ?

Magali: J’avoue que j’ai parfois du mal avec le manque de ponctualité. Le fait également qu’on puisse manger à vraiment n’importe quelle heure a été assez difficile à dépasser. D’ailleurs je ne crois pas y être totalement arrivée. Mais, au final, je crois que j’aime ce côté léger. Avec Ionut j’ai appris à relativiser et à dédramatiser.

Ionut: Alors c'est peut-être léger mais pas facile à répondre, je n'ai jamais analysé ma femme par le prisme de sa nationalité. Je crois que ce qui peut m’agacer parfois, c'est une certaine rigidité sur les horaires en général et ceux des repas en particulier. Ce que j'aime ? Tout le reste !

 

 

Une expression, un dicton que vous avez appris dans les deux cultures ?

Magali: Ionut connait toutes les expressions françaises je crois. Mais moi, parlant assez peu Roumain, je n’en connais pas beaucoup. Les enfants aiment beaucoup dire « așa și așa »

Ionut: Je me souviens d’avoir été assez déstabilisé par « c’est chouette ».

 

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale