Jeudi 3 décembre 2020

ROUMANIE: Seconde vague possible, nouvelles restrictions envisageables

Par Grégory Rateau | Publié le 02/10/2020 à 00:00 | Mis à jour le 02/10/2020 à 00:00
Seconde vague possible, de nouvelles restrictions envisageables
La Roumanie a ajouté 2 086 nouveaux cas d'infection au COVID-19 de mercredi midi à jeudi midi (1er octobre), sur près de 25 800 tests traités dans cet intervalle. Bucarest a enregistré 301 nouveaux cas, suivi de Iasi, avec 133 nouveaux cas, de Constanta - 122 et des comtés de Cluj et Bacau - 104 nouveaux cas chacun. La Roumanie a ainsi atteint près de 130 000 cas depuis le début de la pandémie.


Le nombre plus élevé de cas pourrait déclencher le rétablissement de certaines des restrictions levées ces derniers mois. Néanmoins, les mesures s'appliqueront localement, dans les zones les plus touchées, et non dans tout le pays. Ainsi, les autorités pourraient à nouveau fermer des restaurants dans les localités à taux d'incidence élevé en COVID-19 et même placer certaines de ces localités en quarantaine jusqu'à ce que les chiffres baissent.

Les autorités de certains régions ont déjà annoncé la fermeture de restaurants et d'autres espaces publics dans certaines localités.

Le Premier ministre Ludovic Orban a déclaré jeudi que les restaurants pourraient fermer à nouveau dans les localités de plus de 1,5 cas pour 1 000 habitants (au cours des 14 derniers jours), selon Mediafax.

Selon G4Media.ro, il a également demandé aux région en niveau d'urgence de mettre en quarantaine les localités présentant un nombre élevé d'infections, si nécessaire. Orban a déclaré que le risque d'infection est le plus élevé lors d'événements privés, tels que les mariages, les baptêmes et autres événements similaires, où les règles de sécurité ne sont généralement pas respectées. Il a ajouté que le deuxième facteur de risque le plus important est le transport public et les trajets domicile-travail et a demandé aux autorités locales de contrôler les opérateurs de ce secteur pour s'assurer que les règles de sécurité soient respectées.

Cependant, le pic des cas quotidiens à plus de 2 000 survient également deux semaines après le début de l'année scolaire en Roumanie. Le représentant de la Roumanie à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Alexandru Rafila, dit qu'il est normal d'avoir plus de cas après la rentrée scolaire. "C'est normal. Les enfants sont plus difficiles à contrôler, ils viennent à l'école, ils quittent l'école. Les enfants, les adolescents sont ceux qui tombent le plus facilement malades, ils ont des formes légères certes, mais ils peuvent transmettre la maladie aux membres plus âgés de la famille, qui peut aussi avoir des complications », a expliqué Rafila sur la chaîne d'information Digi 24. Il a également souligné que d'autres pays étaient confrontés à des tendances similaires après la réouverture des écoles.

Les écoles de certaines localités ont déjà fermé et les classes ont été transférées en ligne. Plus de 580 écoles sont dans cette situation, selon les dernières données du ministère de l'Éducation, tandis que plus de 4 500 écoles fonctionnent selon le «scénario jaune», la moitié des élèves suivant des cours en classe et l'autre moitié suivant les cours en ligne. Pendant ce temps, 12 540 écoles fonctionnent normalement, a annoncé le ministère le 30 septembre.

Lors d'une conférence de presse mercredi soir, le président Klaus Iohannis a mis en garde contre la "seconde vague imminente" de la pandémie et a appelé les Roumains à respecter les règles de sécurité et à éviter d'être exposés au risque d'infection.

"L'opinion quasi unanime des spécialistes est qu'une deuxième vague de pandémie est imminente en Europe. La plupart des pays du continent enregistrent déjà chaque jour des chiffres inquiétants. Notre situation n'est pas meilleure non plus. Aujourd'hui, nous avons un bilan négatif des infections. Il est impératif que nous mettions tout en œuvre pour inverser cette tendance à la hausse et maintenir la pandémie sous contrôle », a déclaré mercredi Klaus Iohannis.

Il a ajouté qu'il ne voulait pas réintroduire des restrictions, mais que de telles mesures pourraient être mises en œuvre si nécessaire. «Nous ne voulons pas réintroduire des restrictions, mais si le nombre d'infections augmente, là où nous avons la plus forte incidence, il est possible d'introduire certaines restrictions, localement, régionalement, là où le degré d'infection est tout simplement trop élevé pour être toléré». conclut le président.

Lorsque les journalistes lui ont demandé s'il s'était fait tester pour le COVID-19 depuis le début de la pandémie, Iohannis a dit qu'il n'en avait pas besoin. "Je n'ai pas été testé parce que je n'ai été en contact avec aucune personne malade. Les tests sont effectués lorsqu'il y a un soupçon de contamination possible. Je porte un masque à toutes les réunions et j'évite de participer à des événements bondés. Je recommande à tous les Roumains de faire bien attention », a déclaré Klaus Iohannis.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Vivadest ven 02/10/2020 - 09:18

Tout le monde sait maintenant, à part les moutons, que la majorité des tests sont bidons et ne servent qu à conditionner les peuples à une vaccination généralisée modifiant l Arn. Espérons sur la Roumanie aura l intelligence d ehapper au pire. Rendez vous le 4 novembre

Répondre

Expat Mag

Nathalie Ribette - "L'impact du virus a été énorme sur Sing'theatre"

Lauréate du Trophée Culture/Art de vivre des Trophées des Français de l’étranger 2020 organisés par le petitjournal.com, Nathalie Ribette s’efforce de maintenir ses activités malgré le contexte actuel