Vendredi 22 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Rapport DEP d'État américain: «corruption officielle endémique» en RO

Par Grégory Rateau | Publié le 15/03/2019 à 00:00 | Mis à jour le 15/03/2019 à 06:55
Photo : Pixabay.com
Rapport département américain corruption en Roumanie

Les problèmes de droits de l’homme en Roumanie incluent la corruption officielle endémique et la violence policière contre les Roms, selon le rapport annuel du Département d’État américain sur les pratiques en matière des droits de l’homme.

 



La loi prévoit des sanctions pénales pour la corruption de fonctionnaires, mais malgré de nombreuses poursuites très médiatisées, les pratiques de corruption restent généralisées, selon le rapport.



Dans le même temps, le pouvoir judiciaire a pris des mesures pour poursuivre et punir les responsables qui avaient commis des abus, mais les autorités ont différé les poursuites pour abus de la part de la police. En conséquence, beaucoup d’affaires ont abouti à des acquittements.



Le rapport examine également la liberté de la presse et des médias et constate que les nouvelles et la position éditoriale des journaux appartenant à des politiciens ou appartenant à des personnes ayant des liens étroits avec eux "reflètent souvent les vues de leurs propriétaires et les critiques ciblent leurs opposants politiques et d'autres médias ou organisations.» En comparaison, les médias indépendants étaient très actifs et exprimaient une grande variété de points de vue sans restriction manifeste.



Le rapport fait référence à des organismes de surveillance et à des rapports indépendants qui ont révélé que les médias progouvernementaux "ont joué un rôle clé dans la diffusion d'informations fausses" sur les manifestations du 10 août de 2018. "Des représentants du parti gouvernemental ont affirmé que les manifestations du 10 août étaient parrainées de l'étranger et visaient à mettre en place un coup d'état. Ils n'ont présenté aucune preuve à l'appui de ces affirmations ». Le rapport cite également des informations publiées par des ONG selon lesquelles au moins 15 journalistes auraient été victimes d'agressions physiques, verbales ou suite à des bombes lacrymogènes lancées par des gendarmes lors des manifestations du 10 août.



En outre, le rapport indique que le Conseil national de l'audiovisuel (CNA) et le Conseil pour la lutte contre la discrimination (CNCD) "ont évité de sanctionner les comportements peu professionnels et contraires à l'éthique des médias contrôlés par des hommes d'affaires et des hommes politiques apparentés au parti au pouvoir, tout en sanctionnant les journalistes critiquant le gouvernement". Par exemple, l’analyste Cristian Tudor Popescu a été condamné à une amende par le CNCD pour avoir critiqué la coiffure du Premier ministre Viorica Dancila. La décision de la CNDC a ensuite été annulée par la Cour d'appel de Bucarest parce qu'elle violait la liberté d'expression.



Le rapport indique également comment le média Rise Project a été harcelé par des agences gouvernementales après avoir ouvert des enquêtes sur les avoirs du chef du parti au pouvoir et de sa famille. Il mentionne également le cas du président de la Chambre des députés, Liviu Dragnea, qui a demandé qu'une enquête soit ouverte à propos du journaliste de G4Media.ro, Dan Tapalaga, et cela selon l’affirmation que ce dernier aurait révélé un mémorandum confidentiel sur le transfert éventuel de l’ambassade du pays à Jérusalem. Les médias ont montré que le reportage était basé sur des sources ouvertes. Un autre cas présenté dans le rapport est celui du maire de Voluntari, Florin Pandele, qui a poursuivi PressOne.ro après que leurs journalistes aient révélé des preuves irréfutables attestant que lui-même et d'autres fonctionnaires auraient plagié leurs thèses de doctorat.



Le rapport complet sur la Roumanie peut être lu ici.

 

 

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/us-state-department-report-ro-2018

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Athènes Appercu
TOURISME

Kalymnos, l’île aux éponges et aux alpinistes

Kalymnos, quatrième plus grande île du Dodécanèse se fait discrète dans le palmarès des joyaux insulaires grecs. Pourtant, sa beauté naturelle et son histoire n’en sont pas moins appréciables.