TEST: 2245

Le président Iohannis nomme le leader réformiste Ciolos pour former un gouvernement

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 12/10/2021 à 09:25 | Mis à jour le 12/10/2021 à 10:38
Photo : Wikipedia
Le président Iohannis nomme le leader réformiste Ciolos pour former un gouvernement

Lors de la première série de consultations tenue le 11 octobre, le président roumain Klaus Iohannis a nommé de manière inattendue le leader réformiste Dacian Ciolos (USR) au poste de Premier ministre désigné.

 

Ciolos était le seul candidat poussé par les partis parlementaires, car les sociaux-démocrates (PSD) et les radicaux (AUR) prônent des élections anticipées et les libéraux (PNL) n'acceptent personne d'autre que le premier ministre par intérim Florin Citu à la tête de l'exécutif.

Selon la réglementation, Ciolos a dix jours pour se présenter au Parlement avec un cabinet et demander le vote des législateurs. Les chances d'un scénario aussi simple sont au mieux proches de zéro, car tous les autres partis, à l'exception, dans une certaine mesure, des Hongrois de souche UDMR, ont clairement indiqué qu'ils ne soutiendraient pas un exécutif dirigé par Dacian Ciolos.

Et cela était peut-être clair pour le président Klaus Iohannis lui-même. Entre autres, la nomination faite par le président Iohannis enfreint les dispositions constitutionnelles en ce sens qu'elle n'est pas le résultat d'une éventuelle majorité parlementaire établie par le président après consultation des partis. Cependant, personne ne contestera la nomination mais attendra plutôt de voir comment Ciolos échouera dans sa mission.
Ce qui semblait au cours du week-end être la décision raisonnable du président de renoncer à pousser Florin Citu pour un autre mandat semble maintenant être la première partie d'une stratégie en deux étapes visant à restaurer la coalition de centre-droit sous le Premier ministre Citu.

Afin d'éviter les négociations avec les réformistes, le président Iohannis a apparemment choisi de « donner une leçon à l'USR », dans le but de forcer les réformistes à accepter sans condition le premier ministre libéral Florin Citu pour un autre mandat. À sa grande surprise, il pourrait échouer à nouveau et faire face à l'option d'élections anticipées qui, comme on pouvait s'y attendre, se termineront mal pour les libéraux (PNL) mais aggraveront en même temps la crise politique.

Une interprétation raisonnable de ce qui se passe est que le président Iohannis pourrait effectivement viser à restaurer la coalition de centre-droit, mais selon ses conditions. Il s'attend à ce que Dacian Ciolos échoue dans sa tentative de former un gouvernement, puis nomme Florin Citu, cette fois avec le soutien inconditionnel de l'USR, espérons-le. De cette façon, le président Iohannis consoliderait son contrôle sur l'exécutif - au prix même de perdre tout le soutien public dont il a bénéficié en tant que candidat à la présidentielle en 2014 et 2019.

 

 

 

 

 

 

source

Sur le même sujet
lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale